La première croisade

Rien à voir avec le cinéma. D’ailleurs pour nous c’est loin d’être la dernière : tels Zorro, les poux sont arrivés, avant même d’avoir eu le temps de faire la rentrée !

Alors déjà, je suis rouge de honte à l’idée que demain matin, je vais annoncer à Mme Nounou que je lui ramène une Gussette ultra-capricieuse, pas plus propre qu’il y a trois semaines et toute pouilleuse de la tête. Nonobstant ces considérations morales, il faut bien passer à l’attaque, et je n’ai pas l’intention de laisser les poux aller plus loin dans leur invasion. Nous avons donc établi un plan d’attaque très serré :

  • Ce soir, shampooing anti-poux de la pharmacie et peigne à poux sur Gussette et moi-même*
  • Changement des draps et bain généralisé (aux noix de lavages et Tea-tree, of course) pour les copains qui accompagnent habituellement les nuitées de la Gussette
  • Dodo avec des tresses**, une goutte d’huile essentielle d’Eucalyptus radiata derrière chaque oreille
  • Le matin, coiffage au monoï (cheveux attachés serrés, of course)
  • Le soir, on se lave les cheveux à la décoction de noix de lavage que je devais faire ce soir et que je n’ai pas faite
  • Lundi prochain on refait un shampooing anti-poux pour virer les dernières lentes récidivistes

Et bien sûr, il faut que je mette la main sur un peigne à chat, parce que même si mon peigne à poux est très fin, il ne l’est pas encore assez pour ramasser les lentes.

Bon tout ça, c’est bien entendu le plan d’action idéal que ce serait bien qu’il fonctionne, mais avec ces fichues bestioles, allez savoir ce qui nous attend ?

* J’aime autant m’assurer que je n’ai pas hérité de la manie de ma génitrice consistant à choper les poux en même temps que ses enfants !

** Pocahontas a emménagé chez moi !

Histoires de boules

Aujourd’hui, nous avions prévu d’aller faire des courses pour préparer Noël avec Gussette : acheter un sapin et des décorations de Noël principalement*.

L’autre truc de la journée, c’était le premier rendez-vous d’Akasha avec son vétérinaire, histoire de faire connaissance.

Justement, le thème du jour, c’était les boules : après vérification par une professionnelle, Akasha n’est plus une femelle. C’est cool, justement, je voulais un mâle à la base.

* Pour ne pas faire comme l’an dernier

Le chat Potté

On aurait pu l’appeler ainsi, ou Potée* vu que c’est une femelle, y’a qu’à voir…

akasha

Mais notre nouvelle colocataire s’appelle Akasha et ça lui va bien vu qu’elle est effectivement bien rousse et entourée d’une gangue de Ka-Soleil (oui bon là je vous perds un peu, désolée).

Elle est très très TRÈS câline, intelligente, déjà bien dressée (la litière, tout ça…), difficile de croire que c’était un chat sauvage menacé de mort ! Il va falloir qu’elle apprenne qu’on ne monte pas sur les tables, mais contrairement à son prédécesseur, elle n’a pas commencé par dévorer les câbles de Wii.

Gussette s’est trouvé un compagnon de jeu auquel elle accepte de prêter ses jouets, ce qui est très drôle à voir, mais cette nouvelle camaraderie n’est pas sans quelques désagréments de part et d’autre. Cette fois ce sera à Gussette d’apprendre… la douceur (et ce n’est pas gagné, croyez-moi) !!! Heureusement que la créature est aussi d’une extrême patience.

Bref, voilà, la maison est à nouveau équipée d’un félin.

* Miam !

Il avait 4 ans

Quatre années, 10 maîtresses, une naissance, deux déménagements et deux cohabitations plus tard, Ayrton a déjà rendu son tablier.  Faut croire qu’il en avait déjà trop vu pour son jeune âge… Personne n’était prêt, ni lui ni nous, et ça a été tellement brutal…

Depuis hier matin, Ayrton est donc enterré sous le genêt où il aimait faire ses griffes depuis 11 mois.

Il y a tout juste 4 ans, j’allais chercher notre nouveau chat…

Ayrton à la naissance

Un mois de coloc’

Non je n’héberge aucun SDF actuellement. Enfin presque. En tous cas ce n’est pas mon SDF habituel, Greg a encore un toit sur la tête depuis la dernière fois.

En fait il s’agit du coloc’ d’Ayrton, non pas qu’il soit SDF mais plutôt orphelin, et de race féline. Ses patrons l’ont lâchement abandonné pendant tout un mois pour aller se dorer la pilule aux Antipodes, alors Ayrton a bien voulu lui faire une petite place. Bon c’est pas comme s’ils ne se connaissaient pas les deux loulous, vu que la dernière fois, c’était dans l’autre sens et ça a duré 4 mois 1/2.

Ladite patronne – ma génitrice – était quand même un peu inquiète de la façon dont la colocation allait se dérouler, car là, son chat Guguss allait s’installer sur le territoire tout beau tout neuf d’Ayrton, mais force est de constater qu’il n’y a eu aucune difficulté. Un pschitt ou deux au tout début, mais ils se sont finalement royalement ignoré pendant tout un mois, et ont parfois partagé quelques courses poursuites dans le jardin. Dernièrement, ils ont aussi partagé la nouvelle litière naturelle que Jérôme a creusée en essayant de réduire la hauteur de la colline du jardin (le jardin est toujours en chantier, lui. D’ailleurs la maison aussi en fait)

CIMG4580

Tout ça pour vous révéler que tout va bien : Ayrton n’a pas gagné de neurones au cours du mois qui vient de s’écouler. Maman peut se rassurer, la présence de Guguss n’a en rien perturbé mon chat.

CIMG4595
NDLA : la bosse, c’est mon matou qui s’amuse à grimper au canapé en passant SOUS la housse

 

Histoires de boules

A force qu’Ayrton nous casse les c… nous l’avons emmener chez le vétérinaire pour qu’il goûte également à ce plaisir. Bref, la menace de voir arriver des bébés Ayrton s’amenuise, et on espère bien qu’il découchera moins souvent maintenant. En attendant, perdre ses boules, ça rend amorphe, on n’imagine pas à quel point. Enfin… une bonne nuit de sommeil et il n’y paraitra plus rien : demain aux aurores, il nous rappellera que son estomac, lui, n’a pas été amputé.

Et sinon demain je commence mes heures d’été Confus

Le retour du jedi

La Force a dû être avec lui pour qu’il survive 2 semaines sans manger le
jedi Ayrton !
Il est enfin rentré aujourd’hui, la peau sur
les os, épuisé et couvert de tiques. La véto dit que ses intestins sont
vides, signe qu’il n’a rien mangé depuis plusieurs jours, et là ben…
il dort, la pauvre petite bête.

Pour mémoire, cet imbécile a
disparu le jour où on devait l’emmener chez Virginie avant le voyage de
noces. Le voisin a rempli sa gamelle régulièrement, l’a aperçu en tout
et pour tout deux fois en presque deux semaines et n’a jamais réussi à
le choper. Depuis notre retour samedi soir, on ne l’avait pas encore vu.