Les pigeons, ces super-héros

Quand le Professeur Moustache réhabilite nos amis les pigeons (ou pas)…

Angoulême 2015

Depuis l’an dernier, K.BD est officiellement représenté en tant que Presse au Festival BD d’Angoulême. Cette année, trop d’la balle, on a donc profité :

  • de la visite guidée par le commissaire d’exposition sur les expos Moomins et Charlie Hebdo ;
  • de multiples invitations que nous avons déclinées (ou même pas lues, on est assailli de mails dès le jour où le FIBD reçoit la demande d’accréditation), sauf une : la conférence de presse de Rue de Sèvres qui s’est fait bien plaisir en s’offrant Jirô Taniguchi, Jérémy Moreau, Scott McCloud, Pierre Lemaître (en effet, il fait pas d’la BD lui d’habitude, bravo à ceux qui suivent), et j’en passe ;
  • de la cérémonie de clotûre (même si l’obtention d’invitations n’est pas de tout repos).

Je vous propose donc un rapide retour en image sur la cérémonie de clotûre. Excusez la médiocre qualité des photos, l’objectif du téléphone pose très vite ses limites.

Fleur Pellerin, ministre de la culture

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Mme la ministre de la Culture et de la Communication toute de rouge vêtue, Fleur Pellerin (c’est ma ministre de tutelle et j’ai découvert son existence aujourd’hui, hum), nous a fait un trèèèèèèèèèèèèèès long discours bourré de banalités – mais n’est-ce pas le propre de la politique ?). De sa petite demie-heure, nous retiendrons quelques mots :

  • un hommage (encore) à Charlie Hebdo (mais bon, ç’aurait été difficile de passer à côté) et un projet de création en partenariat avec l’hebdomadaire suscité d’une formation au dessin de presse qui pourrait être accueillie dans de prestigieuses écoles destinées à l’image ou dans des écoles de journalisme ;
  • un clin d’œil aux États Généraux de la BD qui se sont déroulés ce week-end. Elle a bien entendu les doléances hein… Si si promis. De Gaulle en son temps aurait résumé par un éloquent : « Je vous ai compris« . Fleur Pellerin s’est contentée de préciser que la réforme du régime de retraite des artistes et auteurs devait « consolider [la protection sociale] et non en aucun cas* de [la] bouleverser« 
  • la prévision d’une étude sur les revenus des auteurs (ça va lui faire drôle !)

Prix de la liberté d'expression aux morts de Charlie Hebdo par le biais de Blutch

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Blutch, dépéché par l’équipe de Charlie Hebdo** pour réceptionner le Prix, a fait un discours digne de ceux qu’il représentait, plein de cynisme et néanmoins plein d’émotion. Les mots les plus justes de cette cérémonie sont sortis de sa bouche !

Bd alternative pour Dérive urbaine

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Prix Cultura pour Les vieux fourneaux

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Prix polar SNCF pour Petites coupures à Shioguni

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Un Florent Chavouet tout ému qui n’avait tellement pas prévu de gagner quoi que ce soit qu’il s’était perché sur le balcon et qui s’est donc fait désirer pour arriver jusqu’à la scène.

Prix patrimoine pour San Mao

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Le trophée a été reçu par le fils de Zhang Leping ainsi que par l’éditrice de San Mao en France.

Prix Révélation pour Yékini le roi des arènes

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Prix de la série pour Last Man

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Prix spécial pour Building stories

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Chris Ware n’était bien sûr pas présent, c’est donc son éditeur qui a reçu le trophée.

Fauve d'or pour Riad Sattouf avec L'arabe du futur !!!

A post shared by Angélique Badelel (@badelel) on

Encore un Fauve d’or qui fait débat, le deuxième pour Riad Sattouf. De mon côté j’ai trouvé que L’arabe du futur est un très bonne BD qui a mérité sa sélection officielle, mais que cette même sélection comportait beaucoup de titres qui auraient plus mérité le Fauve d’or. J’ai découvert avec satisfaction que je n’étais pas la seule à penser que Ulysse était fauve-d’or-isable mais manifestement ça n’a pas suffit à récompenser Jean Harambat.

Néanmoins ce palmarès est très honorable et pour une fois assez logique dans l’ensemble !

* Z’avez vu l’accumulation de négation hein ? A moi on m’a enseigné la communication po-si-tive !!!!

** Les survivants de CH ne peuvent même plus sortir de chez eux pour acheter un quignon de pain

Les macchabées de K.BD

Pardon, ce n’est pas correct… Je devrais dire : ces êtres indispensables qui ont malheureusement disparu…

Oui ! Ceux-là qui ont marqué le milieu de la bande dessinée de leur empreinte, et qui ont marqué l’histoire de K.BD par leur disparition. Bref, ce mois-ci, Mitchul prend les rênes pour revenir sur les pas de quelques grands noms du Neuvième Art qui ont quitté ce monde depuis les débuts du blog.

Dès aujourd’hui et pour les dimanches à venir, retrouvez Moebius, Toppi, Fred, Comès et Nakazawa

Vol au-dessus d’un nid de BD

Après une longue et intense migration, K.BD vient de se poser sur son nouveau lieu de villégiature. Espérons juste qu’il ne reparte pas à l’automne, vu le taf on va pas être motivés !

Bref, la nouvelle adresse de K.BD, notez-là dans vos tablettes : http://blogkbd.wordpress.com

Et dès ce dimanche, une première synthèse sur ce nouveau blog, avec les nouveaux en-têtes et notre nouveau thème estival… Bref, une première à ne pas manquer.

De retour de Saintonge

Les valises sont encore dans l’entrée, ainsi que les sacs de bouquins. Quand elle ne fait pas la sieste, la Gussette est heureuse comme Ulysse de retrouver ses parents (hors de question de laisser sa maman aller chez la kiné sans elle ce matin, tant pis s’il faut abandonner son papa à son triste sort pour cela*) et court partout dans la maison, MAIS…

Mais nous avons passé un week-end de folie sans enfant !

Mais nous avons passé des heures dans les files de dédicaces et les expos.

Mais nous avons mangé comme des cochons des trucs pas diététiques du tout.

Mais on a goûté senti le vieux marc du grand-père de Mo’ (surnommé le Papi Paulo)**.

Mais nous avons été à la soirée AFTER PAPER au Kennedy, et même après la bataille (il y avait une super projection au même moment), on a croisé des tonnes d’auteurs.

Mais Jason Shiga est venu me saluer en pleine soirée et ça fait drôlement bizarre !

Mais on s’est fait une soirée Mont d’Or de brutasses.

Mais on a encore passé le week-end avec les gens de K.BD et c’était bien.

Mais… demain on reprend le chemin du boulot et ça c’est vachement moins classe !

Oui-oui, souvenez-vous les gens : ce week-end y’avait le festival international de la bande dessinée à Angoulême. Enfin faut vous réveiller un peu ! Faut suivre l’actualité quoi ! Que diable !!!

* YOUHOUUUU ! Un point contre la papaïte aigüe !!!

** Tellement fort que je suis tombée dans les pommes rien qu’en humant son parfum

Et événement

Ah oui, sinon aujourd’hui y’a un événement un vrai : pour célébrer son troisième anniversaire, K.BD lance ce jour son premier prix K.BD. Et en plus, y’a une BD à gagner. C’est fou c’qu’on peut être généreux nous, rhâlâlâ…

Bon, en toute humilité vraiment, notre sélection officielle est vachement mieux que celle d’Angoulême hein (ben ouais, y’a mes deux chouchous qu’ils y sont même pas dans la sélection angoumoise), et en toute humilité, on décernera forcément le prix à une BD qu’elle déchire les Mamans Ourses. Et c’est là que vous intervenez : si vous trouvez qui obtiendra le prix et grosso merdo combien y’aura de participants à ce concours (pas la peine de me faire cracher les vers du nez, rien n’est joué à cette heure pour aucune des deux questions), ben vous pourrez choisir une BD parmi la sélection et c’est nous qu’on la paiera.

C’est fou c’qu’on peut être généreux nous, rhâlâlâ…

Ah oui pardon, je me répète

Bon hop-hop-hop, y’a pas de temps à perdre, on va pas y passer la nuit non plus, c’est que ça se passe.

Ida au pays des singes

Ida sur K.BDUne fois n’est pas coutume, je suis très fière de la synthèse que j’ai rédigée pour K.BD et qui paraissait ce matin. Au programme Ida, la série qui aura rendue son auteure, Chloé Cruchaudet, célèbre. Je reviens aux manettes dans deux semaines, plus que jamais au pays des singes, mais rien ne garantit que ma plume soit si alerte (sauf si le wizi veut bien m’en lâcher une*) !

Ça faisait longtemps que je n’avais pas pris de synthèse, alors j’en fais 2 coups sur coup 😛

Évidemment, je vous invite à visiter K.BD tous les dimanches, c’est plein de super découvertes vraiment variées, et mes collègues sont très plaisants à lire…

* Ahaha, vous pensiez que je vous direz de quoi il retourne ? Vous avez l’air bien fins hein ? Ou vous avez compris la référence et vous savez déjà quel sera le titre retenu : mes ficelles de caleçon, car c’est une chouette BD !