Bye bye 2017

Cette année n’a certes pas été intense en activité sur ce blog, mais elle a été intense en vraie-vraie-vie-de-la-vrai-vie quand même.

Alcide :

  • a 21 mois ;
  • a appris à faire ses nuits ;
  • bouffe comme 25 ;
  • grandit grandit grandit (il a commencé à enfiler des fringues en 3 ans à seulement 20 mois) ;
  • court court court grimpe court saute court…
  • fait 100 bêtises à la minute ;
  • bavarde – en même temps avec une sœur aussi bavarde que la sienne, il a un bon exemple à suivre, alors il discute – en ce moment on est à une moyenne de 1 à 2 nouveaux mots par jour et il commence à s’exprimer vraiment ;
  • est passé à la chaise de grands il y a tout juste quelques jours, ce qui n’est pas sans nous causer quelques frayeurs ;
  • peut passer un temps fou à se concentrer sur un livre, un jeu, un puzzle, un dessin ;
  • aime chanter et danser ;
  • danse comme un dieu d’ailleurs (et j’exagère à peine… à peine j’ai dit !) ;
  • sait compter jusqu’à « quac’ » mais pas jusqu’à 1 (néanmoins, quand je compte 1,2, 3, il complète « quac’« ) ;
  • aime mettre le boxon dans la chambre de sa sœur ;
  • adoooooOOoOoooOore sa sœur ;
  • a fait son premier pipi au pot le 22 décembre chez Mme Nounou mais est incapable de rester assis sur celui de la maison plus de 4,5 secondes.

 

Gussette :

  • a 6 ans ;
  • est rentrée en CP ;
  • apprend à lire, à écrire et à compter avec un soif inextinguible ;
  • est une élève qui étonne ses enseignantes (« Mais Maîtresse, pourquoi tu demandes de colorier à l’intérieur ? On verra pas quand ce sera collé ! » ou encore à se disputer avec son camarade Polo, fils de l’instit des CM2 « C’est Casse-Noisette » / « Non c’est Tchaïkovsky » / « Non c’est Casse-Noisette » / « Non c’est Tchaïkovsky« ) ;
  • parle, parle, parle, parle, parle, parle,  parle toujours, parle, parle, parle, parle,  parle encore, parle, parle, parle… etc.
  • dessine, dessine, dessine, crée, dessine, dessine,  dessine toujours, crée, crée, dessine, dessine,  dessine encore, dessine, crée, dessine… etc. Les poubelles sont remplies des dessins et bricolages de Gussette, mais chut, faut pas lui dire ;
  • adore jouer avec son frère mais n’a pas intégré que l’âge de ce dernier n’est pas toujours compatible avec ses projets ;
  • n’aime rien tant que passer du temps avec ses copains/copines ;
  • a été voir son premier concert ;
  • est une méga-pétocharde qui a besoin de prendre confiance en elle, on a donc décidé de profiter de l’hiver pour la laisser prendre ses repères et baisser la pression sur le vélo et la trottinette au grand dam de Beau-Papa (que j’emmerde au passage, merci, ça soulage) qui ne comprend pas qu’un enfant de 6 ans ne sache pas faire du vélo.

 

Jérôme :

  • travaille ;
  • ne parvient pas à convaincre ses patrons de refaire du télé-travail malgré ses appels du pied (du 53 fillette à ce stade) répétés ;
  • fait du basket :
  • gère l’asso ;
  • gère le festoche de l’asso ;
  • s’est lancé dans la création de jeux de société et a présenté un proto au Trophée Créateur du FLIP ;
  • entretient toujours notre bédéthèque comme il peut.

 

Angélique :

  • travaille ;
  • gère 2 mioches de 7h à 9h et de 18h30 à 20h/20h30 du mardi au jeudi + lundi complet avec Alcide + mercredi après-midi avec Gussette et pète un plomb à force ;
  • a décidé de se révolter au boulot à défaut de se révolter à la maison ;
  • a fait grève pour la première fois de sa vie ;
  • s’est syndiquée ;
  • a refait grève ;
  • s’apprête à recommencer si ses patrons ne changent pas d’attitude ;
  • est représentante du personnel à la mairie pour 1 an ;
  • va voir un sophro-analyste 2 fois par mois ;
  • fait du yoga 1 fois par semaine ;
  • n’a plus le temps de lire ;
  • n’a plus le temps de coudre ;
  • n’a pas le temps de broder ;
  • n’a pas le temps de dessiner ;
  • a tenté de se mettre au crochet mais n’a pas le temps de crocheter ;
  • s’est mangé dans la gueule qu’elle ne s’occupait pas assez de ses enfants et passait trop de temps à lire (spéciale dédicace à Beau-Papa qui va finir par se prendre un retour de bâton un jour…)
  • alors s’est remise à lire… massivement… par rébellion pure et simple ;
  • rumine contre Beau-Papa depuis 2 mois quand même ;
  • pense avoir enfin mis la touche finale à sa crèche de Noël… un jour elle vous en parlera peut-être ;
  • redécouvre occasionnellement l’usage de la bicyclette ;
  • a *ENFIIIIIIIN* trouvé des médecins qui acceptent de s’inquiéter de ses problèmes de santé apparus à la naissance de Gussette… il y a 6 ans donc !

 

Et sinon, on a profité de nos vacances de Noyël pour :

  • jouer avec notre nouveau joujou familial : la Switch !
  • jouer le deuxième scénario de notre Escape Game local, j’ai nommé Tête Chercheuse qu’il est trop bien, faudra en parler un jour aussi !

Bref, si on devait résumer l’année 2017, je la qualifierais de CHIAAAAAAAAANTE, s’il n’y avait pas les enfants à regarder grandir.

Je ressens un très grand besoin de passer du temps seule pour moi (et je ne sais plus faire… quand ça m’arrive miraculeusement, je ne sais plus quoi faire), en famille (à 4 j’entends) et sans gens, mais aussi du temps en amoureux et sans enfant ou du temps avec les copains sans contrainte. En même temps, il n’y a qu’au boulot que j’arrive à restée centrée. Bref, je suis pleine de contradictions, pleine de manques, je suis trop pleine de mon quotidien étriqué et je fatigue de tout ça. Je lutte comme je peux puisque je ne peux rien changer (sauf à changer radicalement de vie… suis-je prête à le faire ? en ai-je vraiment envie ? sous quelle forme ?)

Vierge

Au cours d’une discussion sur les signes astrologiques…

Moi je suis bélier
Et moi, je suis quoi ?
Toi, tu es vierge
C’est quoi, verge ?

Hum… No comment

Patates douces et légumes du soleil

Tous les parents savent à quel point avoir des enfants double le rythme des lessives. Tous les parents savent combien il est dangereux d’habiller Petite Bichette avec un adorable chemisier blanc et à quelle vitesse ce dernier peut être pourri par le chocolat du petit déj’ (pour les novices : moins de 10 minutes après avoir été enfilé)*. Tous les parents savent à quoi je fais allusion quand je parle de la nappe de la salle à manger qui tient debout toute seule.

Je vous laisser imaginer que l’arrivée du petit frère, sa diversification et – pire ! – son autonomie alimentaire aggrave sérieusement les choses. Et encore, nous on est pas fous, on a plutôt l’intention de s’arrêter à 2.

Eh bien Alcide a décidé d’innover, de battre les records, de faire pâlir d’envie tous les marmots cradots de la Terre, du Système Solaire et même de la Voie Lactée.

Alcide a renversé sa purée du soir sur la nappe… celle qui sortait de la machine et qui séchait sur l’étendoir… derrière lui !

Ou comme dit le philosophe Jérôme : « Cette nappe commence avec un sérieux handicap dans la vie, elle est déjà sale en sortant de la machine« .


* Mais je n’ai pas encore abandonné cette option, folle que je suis !

Première visite aux urgences

Voilà voilà… Gussette a visité les urgences, ça c’est fait.

J’étais moyennement fière hier matin quand le centre de loisirs m’a appelée. Dans ces cas-là on se demande toujours ce qui ne va pas. Y’a eu la fois où elle avait gerbé dans le bus qui l’emmenait au centre par exemple (dès 9h30 ça te met en conditions pour la journée). Sauf quand, au moment où tu décroches, tu entends l’animatrice qui parle avec ta gamine. Schtroumpf de schtroumpf, qu’est-ce qu’elle s’est cassé ???

« Oui bonjour, je vous appelle car Gussette s’est fait mal (oui oui j’ai compris, qu’est-ce qu’elle s’est pété ?). Elle était en train de jouer et elle est tombée (mais vas-y, pitié ! dis-moi ce qu’elle s’est pété ???). Elle s’est fait très mal (oui mais dis-moi…) et elle s’est ouvert la lèvre (OUUUUF !!! pas de plâtre !!!) et elle saigne aussi à l’arcade sourcilière. J’ai appelé le 15 et ils disent qu’elle devrait voir un médecin.« 

Oui sauf qu’en fait elle s’est ouvert l’INTÉRIEUR de la lèvre. Donc points résorbables. Donc urgences. Mais youpi quoi. Justement hier, les urgences étaient blindées de chez blindé ! Y’a même un type qu’est arrivé avec des douleurs thoraciques AU MOMENT où Gussette allait enfin être recousue.

On a dû arriver aux environs de 13h (juste derrière les pompiers, ça n’augurait rien de bon, sur un parking blindé, ce qui n’augurait rien de meilleur), attendu 3/4h en salle d’attente, médecin qui  commence à pouvoir se préoccuper de ma pupuce vers 15h-15h30, sortie de l’hosto à 16h45. Le temps d’aller manger un bout au Clown Restaurant parce qu’on avait toujours rien mangé depuis le matin, que j’étais en train de faire une crise d’hypoglycémie et que Gussette n’était pas en mesure de manger autrement que par paille interposée (yaourt – compote – milk shake quoi), de passer à la pharmacie, de faire le plein de compotes, yaourts à boire et soupes pour les repas à venir et c’était déjà l’heure d’aller chercher Alcide chez Nounou. Arrivée à la maison à 19h, comme d’habitude, mais avec une journée bien pourrie dans l’intervalle (je suis sympa, je vous épargne les autres looses de la journée).

Et ben ma Gussette, y’a des trucs qu’elle tient pas de sa mère faut croire. Parce que sa mère n’a jamais réussi à se viander de cette façon déjà. Et parce que sa mère aurait fait chier son monde toute la journée et la semaine qui suivait avec. Parce que sa mère c’est une vieille chochotte et que Gussette a fait preuve d’un courage exemplaire.

Déjà, l’animatrice me l’a rendue en me disant « Là je pense qu’elle va pleurer maintenant qu’elle est avec vous » et elle aurait pu vu la frousse qu’elle a eu. Mais non, stoïque la môme.

Et puis à aucun moment elle ne s’est plainte qu’elle avait mal et elle aurait pu vu la tronche qu’elle avait (la marche du toboggan imprimée dans la joue depuis l’arcade jusqu’à la lèvre – je te raconte pas l’hématome qu’elle va se promener). Mais non, stoïque la môme.

Et puis elle a à peine gémit sur la partie je-te-recouds-sous-double-anesthésie-mais-tu-vas-en-chier-quand-même  et elle aurait pu vu le truc qui a failli me faire tomber dans les pommes (oui hypoglycémie aussi, je sais). Mais non, stoïque la môme. Enfin elle a quand même gémit.

Et puis elle aurait pu brailler quand l’anesthésie est retombée. Mais non, stoïque la môme. Enfin elle a quand même chouiné sur le coup mais elle s’est vite ravisée. Un coup de milk shake bien glacé à la paille, un Yoshi en jouet et on est reparti comme en 40. On n’en a plus entendu parler. Si elle n’avait pas une tête à ressusciter un mort-vivant, elle n’aurait pas fait la différence avec une journée normale.

Elle aurait aussi pu passer une nuit de schtroumpf. Mais non, stoïque la môme.

Elle est tout de même sous paracétamol en systématique mais franchement, ma puce est une héroïne !!!

La loi des séries

Au cours de ses premières années de vie, Gussette a été franchement épargnée par les différentes bactéries s’invitant (sans y être invitées) dans son petit système digestif. Ça a bien failli une fois, quand elle avait à peu près 1 an 1/2 ou 2 ans : réveil très très ronchon qui débouche finalement sur un gerbage en règle -> Allo docteur -> Madame, c’est la gastro. Et en fait, du moment où elle a eu vidé ses tripes, elle s’est mise à sauter partout. Tu parles d’une gastro… Elle a évacué ce qui la gênait et pis voilà.

Bref, sa première vraie gastro, elle a dû la faire y’a genre 9-10 mois.

Puis elle en a fait une autre début septembre, ramenée par son papa à la maison. Merci le cadeau-souvenir !

Puis son frangin nous en a ramenée une autre du RAM au mois de novembre… Paf ! Une troisième pour Gussette.

Puis un épisode de diarrhées expresses (mais récidivantes, youpi !) pour toute la famille fin janvier.

Et enfin la cinquième le jour du premier anniversaire de son frère (grumph !).

Pas une gastro en 4 ans 1/2 et elle s’en prend 5 en 10 mois !

Bye bye 2016

Encore une année écoulée. Avec mon 36° anniversaire, je suis officiellement rentrée dans la catégorie des VIEUX DÉCHETS (à 30 ans on est juste vieux et à 40 on est grabataires selon la classification des jeunes cons).

Pour dépoussiérer tout ça, notre petite famille s’est enfin agrandie, mais comme j’étais justement aux portes de la catégorie des vieux déchets, les médecins m’ont fait passé le test horrible de O’Sullivan*. Je crois que sur le moment, j’aurais volontiers souhaité que ledit O’Sullivan n’aie rendu l’âme avant d’inventer ce truc ignoble. Pas que ce soit juste infect comme on me l’avait vendu. Non, j’ai juste passé 3h à jeun (à jeun enceinte pendant 3h… huhuhu… y z’ont le sens de l’humour les médecins) avec seulement une demi-tonne de sucre chelou dans l’estomac. Le tout dans une foutue salle d’attente en train de faire un malaise, mais juste pas assez pour que j’en tombe et qu’on me prenne au sérieux. D’ailleurs en fait ça n’aurait rien changé parce que si tout le monde déteste ce fichu test, c’est justement parce que tout le monde fait un fichu malaise plus ou moins important.

2016 est aussi une année à décès avec le départ de Michel Delpech, Michel Galabru, Pierre Tchernia, David Bowie, Prince, Leonard Cohen, Billy Paul, George Michael, Michel Tournier, Juliette Benzoni, Umberto Eco, Alain Decaux, Benoîte Groult, Jim Harrison, Harper Lee, Jean-Pierre Coffe, René Hausman, GotlibSiné, Mohammed Ali, Michel Rocard, Shimon Peres, Fidel Castro, Boutros Boutros-Ghali, Ousmane Sow, Carrie Fisher… Pour ne citer qu’eux.

Certains de ces décès nous touchent plus que d’autres, mais aucun ne fait suffisamment d’ombre à notre rayon de soleil de l’année, une petite canaille qui bouge qui bouge qui bouge : Alcide !!!

A 9 mois 1/2, Alcide est un petit morfalou (enfin pas avec son otite), qui gigotte, qui rampe, qui visite, qui touche à tout, qui se met debout, qui dit « Maman » (et fait craquer sa maman), qui s’éclate aux bébés nageurs, qui fait de grands sourires à tout le monde, qui joue beaucoup avec sa frangine, qui a mangé le savon de Papa, qui refuse toujours de dormir sauf dans les bras et qui grandit… BEAUCOUP ! (On l’habille en 18 mois, ça y est !). La joie de vivre incarnée version XXL.

De son côté, Gussette, 5 ans, continue à jouer les supers grandes sœurs mais n’a pas manqué de le faire durement payer à ses parents. Elle est rentrée en Grande Section, est inséparable de ses amis Roulietta et Petit Prince, geek comme une malade au grand dam de ses géniteurs et continue à dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner, dessiner… Après un échec retentissant en Baby Basket l’an dernier, elle s’est mise à la Baby Gym avec ses copains et ça marche plutôt bien.

Est également entrée dans nos vies : Maria qui rend chaque semaine la maison vivable en toute discrétion. Pour autant, j’ai toujours une incapacité chronique à prendre du temps pour moi. Cette année a été excessivement catastrophique de ce point de vue (2 semaines que j’ai commencé cet article, 1 mois 1/2 pour faire 2 pauvres sarouels pour ma grande sœur, 1 an 1/2 que je dois dessiner un logo pour Tifoïde…)

A côté de ça, on développe notre vie sociale canaulaise avec des gens très chouettes alors ça compense.

Et puis on s’est mis à l’AMAP alors depuis on mange des légumes, un truc de fou fou fou ! A Noël, on a adopté un blender chauffant, genre de Bébé Cuisine™ géant que je cherche depuis 5 ans. Depuis on bouffe des soupes, des purées et des compotes à gogo ! Genre encore un peu et on va vraiment avoir une alimentation équilibrée didonc !

* Et là, horreur ! Je découvre que Pédia m’annonce que j’avais pas besoin d’être à jeun. Définitivement, je déteste mon labo. Et pour bien finir, on t’annonce que « 20 % des femmes auront soit un diabète gestationnel soit une intolérance au glucose » et donc qu’on impose à ces nanas une torture pareille pour leur provoquer des réactions allergiques… c’est très fin…

Cœur de Shrek

Pour la toute première fois de ma vie, j’ai cuisiné un oignon.

Si, un oignon.

Un vrai.

Épluché, émincé et tout.

L’AMAP me fait vraiment faire n’importe quoi !

Bon, et je me suis empressée de le faire bien fondre et de le planquer sous une bonne grosse soupe de butternut histoire de faire passer tout ça.