La blouse de la loose

Après deux mois d’inactivité couturesque complète, j’ai profité d’un moment de miracle sans enfant pour me lancer dans un projet qui attendait depuis lurette dans mon atelier. Trois ans. Trois ans que j’avais le projet en tête, le tissus (un joli lin vert pomme offert par Mamette), l’envie, tout ça tout ça. Je l’ai même vu en haut de grossesse, puis en haut d’allaitement, pour finalement revenir à un haut tout court…

Il y a 10 jours, je me suis donc lancée. Je me suis installée dehors, sur la table de jardin pour profiter de la chaleur et du beau temps. J’ai découpé mes pièces de tissus, en taille L, comme j’en ai l’habitude dans le commerce ou sur mes patrons.

J’ai ensuite assemblé le devant avec un curieux pressentiment tout du long. Ce n’est que lorsque j’ai plaqué le haut sur moi que ce fichu pressentiment s’est confirmé : trop petit. Mais FRANCHEMENT trop petit. Grmlmlml. Je cherche le tableau des mensurations, taille L. Poitrine : 89 , taille : 73 , hanches : 96 . Et le must, la stature : 160.

Alors faudra expliquer à l’éditeur français qu’en France, les nanas qui font 1,60m de stature ne sont pas la majorité, contrairement au Japon, et qu’il serait opportun d’ajuster les patrons en conséquence.

Bon pour finir j’ai vérifié mes propres mensurations, même si je savais déjà qu’on avait un écart monumental concernant la poitrine (j’allaite toujours hein) et les hanches.

J’ai pris une décision : j’ai recommencé à faire des exercices chaque jour. Et j’ai ajusté comme j’ai pu tout en gardant à l’esprit que, quand on bidouille, faut pas le cacher, faut le mettre en valeur.

J’ai donc finalement ajouté 11 cm aux épaules avec un petit biais contrasté et ouvert le dos avec le tissu contrasté déjà choisi pour la ceinture et j’ai assuré comme une bête.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par contre, j’avais initialement prévu d’intégrer un jersey pour masquer le décolleté – vu que même les mannequins du bouquin ne l’assument pas – plutôt que de mettre un t-shirt en dessous à chaque fois. Bon ben vu tout ce que j’ai dû bidouiller, j’ai préféré assurer le montage plutôt que de risquer les conneries. J’en suis donc réduite à porter un débardeur en dessous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Un pantalon à pont

C’est bon, Stich, tu peux fuir tout de suite, on va *encore* parler couture.

Depuis mon accouchement, j’affiche deux jolis bourrelets de part et d’autre de mon nombril. C’est très disgrâcieux certes, et surtout je ne trouve plus de pantalon qui me convienne tout à fait. Il existe pourtant un type de pantalon formidable qui cache tout ça et qui en plus a un peu la classe, c’est le pantalon à pont*.

Ca fait très très très longtemps que je me rêve un pantalon à pont sans trouver mon bonheur ni dans le commerce, ni dans les patrons de couture, ni dans les tutos en ligne. D’ailleurs, question tutos en ligne, il n’y en a qu’un seul, sur le site d’Avantages, il est très très très très très moche même sur le mannequin d’Avantages (c’est dire s’il ne va pas vous mettre à votre avantage justement). Ma maman l’a testé, il attend ses retouches depuis deux ans dans un coin de son atelier tellement il l’a déprimée.

Bref, quand je ne trouve pas ce que je veux, je passe la seconde et je fais toute seule comme une grande. Une fois n’est pas coutume, vu le désert en la matière, je partage mon expérience. Alors comment transformer un patron de pantalon classique en patron de pantalon à pont ? C’est très simple ! Munissez vous de papier patron (ou d’une nappe en papier si vous préférez), d’un crayon, d’une règle, d’une paire de ciseaux (pour papier of course) et d’un rouleau de scotch.

  • On commence par recopier le patron d’un pantalon qu’on aime bien et qu’on a étrenné. Ca évite d’avoir en plus à se casser les pieds à faire des retouches et à se retrouver avec un pantalon qui n’est pas tip top confort. Pas comme moi quoi. On laisse le dos tel quel, on ne travaillera que sur le devant. Attention, si le patron initial comporte une ceinture, il faudra la supprimer et donc remonter d’autant le pantalon.

pant-pont-1

  • On place un point sur la ligne de taille à 7,5 cm du bord côté et un autre sur le bord côté à 21 cm de la taille. On tire un trait et on découpe. Les dimensions sont indiquées *sans* les marges de couture.

pant-pont-2

  • Nous avons maintenant deux pièces. Nous allons agrandir l’espèce de triangle qui nous reste sur les bras de 4 cm le long du trait que nous venons de couper (c’est là qu’on dégaine le scotch !)

pant-pont-3

  • Si votre patron initial est prévu pour accueillir une fermeture éclair, on zigouille. Le milieu devant sera cousu jusqu’en haut puisque votre pantalon se fermera par les côtés.

pant-pont-4

On pensera bien entendu à prévoir une doublure pour le pont, la pièce triangulaire et la ceinture du dos, ainsi que 8 boutons. Une couture de renfort de part et d’autre de la base du pont sera également la bienvenue.

* Et là j’entends la toute petite voix qui demande : « c’est quoi un pantalon à pont ? »
Un pantalon à pont, c’est un pantalon qui se ferme sur les côtés, genre les pantalons de marins

Grande lutine

Tout vient à point à qui sait attendre ou – comme chacun sait – nécessité fait loi.

Vous devez être globalement au courant maintenant : depuis septembre Gussette va à l’école. Or l’école se trouve à approximativement 500m de ma maison de moi et il est globalement hors de question que je prenne ma voiture pour me prendre les embouteillages à l’école, donc le matin nous pensons à notre planète : nous marchons !!!

En prévision de l’hiver qui va bien finir par arriver (si si !), Gussette a donc eu pour son anniversaire un manteau de voileux qu’il est chaud, coupe-vent et imperméable, équipé d’une capuche (merci les voileux !). Oui mais voilà, comme d’habitude, je pense à ma fille, mais pas à moi. Or donc après cet été indien exceptionnel, il a bien fallu se rendre à l’évidence : s’il pleut je mets mon ciré jaune (top glamour, mais il est génial), s’il fait froid je mets mon manteau tout chaud et s’il fait froid ET qu’il pleut je…

euh je…

je mets les deux ?

Et c’est là que vous vous souvenez que j’avais acheté de la polaire pour un projet de cape comme celle de ma fille.

J’ai donc sorti les doigts de mon derrière vu que j’avais tout le matériel nécessaire, et j’ai fait…

cape-ang1
ÇA !

Et vous savez ce que c’est ça ?

cape-ang2

Non bien sûr, vous n’y voyez rien, une tablette ça fait pas bien la mise au point sur les gros plans. Mais en même temps y’a rien à voir parce que ça c’est un biais fermé COR-REC-TE-MENT donc la fermeture est invisible.

En plus le biais est posé presque correctement. J’avoue avoir eu des moments de faiblesse : deux coutures en ligne droite de 6.5m chacune avec en prime le poids du tissus qui tirait sur la machine (oui j’ai un scoop : la polaire c’est lourd sur des quantités pareilles)…

Alors bien sûr, c’est là qu’on se rend compte que ce n’est pas si génialement pratique.

  • Dans tout ce tissus, enfiler une cape c’est un peu la jouer Petit Poucet dans la forêt : c’est par où la sortie ???? Enfin on finit par prendre le coup de main.
  • On vient de remarquer que la polaire pesait lourd. En quoi qu’elle est la capuche à votre avis ? Bon ben elle tient pas sur la tête, y’a trop de poids sur l’arrière. Le truc ? Le béret en polaire Chik Chapo designed posé sur la tête tient chaud aux oreilles ET accroche la capuche qui tient donc parfaitement et me protège de la pluie et du vent.

Par contre :

  • Elle tient vraiment chaud et protège bien de la pluie.
  • Pas besoin de condamner mes menottes dans des poches s’il fait un peu frisquet et que j’ai oublié les gants : je peux porter un sac, des livres, tout ça que je veux bien au chaud sous ma cape, et même c’est tout à l’abri de la pluie.
  • Le col que je lui ai ajouté pour faire un peu classouille plus adulte protège le cou sur des petites fraicheurs.

Va maintenant falloir que je commande une écharpe assortie à Mamette : celle qu’elle m’avait donnée est très assortie à mon manteau noir mais pas à ma cape !

Les pougnacs ? Vous ne les verrez pas, mais  :

  • le même problème que j’ai eu pour Gussette s’est posé au niveau du col sur les quadruples épaisseurs de polaire. J’ai fini des coutures à la main (pas sûr que ce soit un vrai point de couture, mais les demi-clefs y’a que ça de vrai : encore merci les voileux !).
  • une couture sous le col n’est pas encore assez bien cachée et a parfois tendance à révéler ses dessous (la coquine !). Il faut encore que j’ajoute un point ou deux à la main pour que le col tienne bien correctement et ne soulève plus ses jupons.

Merci à ma môman pour le photo-shooting

German « Simplicity »

Ce samedi, nous étions de mariage, et pour une fois, j’avais sérieusement décidé de dégainer le porte-feuille pour m’acheter une jolie robe de cocktail. C’était sans compter sur Mamette, la mère-grand de Jérôme qui m’a annoncé au mois de mai :

« Angélique, pour votre anniversaire cette année, j’ai pensé que vous pourriez vous acheter un beau tissu pour vous faire une belle robe…« 

Ah la grande idée que voilà Mamette, j’étais à court de projet ! Tant pis pour la robe de cocktail, on verra ça une autre fois.

Partie en quête d’une idée qui me plairait, je tombe nez à nez (et en amour) avec un modèle du tout dernier Tendance Couture, le magazine publié par le concepteur de patrons allemands Simplicity (comme son nom l’indique, il est bien germain oui).

Tendances Couture n°13 - modèles 1 à 4
Oui bon… la couleur du scan est un peu moche, j’avoue

Pour ceusses qui l’ignoreraient, les patrons allemands ont une ou deux réputations à tenir :

  • leurs poitrines sont over-volumineuses
  • ils taillent grand
  • et surtout… ils sont incompréhensibles !

Ma seule autre expérience dans le domaine date un peu, je l’avoue, et à l’époque j’avais un peu été poussée à admettre que leur réputation n’était pas usurpée mais les années passant… sait-on jamais…

Bon alors déjà, on inspecte l’ouvrage, on détache les feuillets de patron : ça commence plutôt mal. Les patrons de magazines japonais sont déjà impressionnants quand on les déplie… Soyons honnêtes, les allemands sont pires. J’ai perdu 24 dixièmes à chaque œil. Au moins.

M’attendant au pire, j’ai décidé d’examiner préalablement et de façon très détaillée TOUS les conseils qui précèdent les instructions de montage. On jette donc un œil au tableau des mensurations et là, c’est le drame !!! J’apprends ainsi que j’arbore une jolie taille 44, alors que dans le commerce je prends du 42 maxi, tout en sachant qu’en plus les patrons allemands taillent grand et qu’en même temps les explications précisent « Les tailles sur les planches correspondent aux tailles allemandes, c’est-à-dire : taille 40/42 = taille 42/44 ». Sachant que les surplus de couture sont déjà inclus dans le patron (1.5 cm de surplus ? On a presque de quoi faire une doublure avec ça !!!) et qu’à cause de ça Simplicity déconseille formellement de mesurer les patrons pour vérifier les dimensions (mesures qui sont de toutes façons généralement trompeuses, donc la démarche est inutile quoi qu’il en soit).

Je suis déjà noyée !

Faisant part de mon désarroi à ma génitrice, celle-ci me suggère de faire un test avec une petite robe d’été en taille 44 et d’ajuster le tir si besoin pour la robe finale. Le principe de la toile revue à l’efficace va-t-on dire. Pas bête, puisque justement, une variante du modèle me plait beaucoup aussi. C’est ainsi que j’ai fait non pas une mais deux robes en fait. Bon ça n’a pas loupé, la taille 42 était largement suffisante. Comme quoi les tableaux des mensurations hein…

Alors la troisième réput’ n’est pas usurpée hein. On gagne de la place sur les indications, donc pas de zoom. On enchaine dessins/explications/dessins/explications/dessins/explications… On passe son temps à chercher où sont les explications qui vont avec le dessin, d’ailleurs à quel dessin en était-on… Bref, effectivement c’est la [schtroumpf]*.

En fait, les indications ne sont pas seulement obscures, elles sont également incomplètes ! Ça va de l’indication globalement superflue mais que ça aurait été pas mal de le préciser pour les débutantes, à celle qui te fait refaire 3 fois ta couture parce que vraiment ça manque. D’ailleurs je n’ai toujours pas trouvé l’endroit où ils signalent sur laquelle des 4 planches on peut trouver le patron correspondant au modèle (dans mon cas, il s’agissait du premier modèle du magazine et je l’ai facilement trouvé sur le volet A).

Le sens de couture des bretelles : y’a bien marqué le devant et le dos, tout va bien hein. Mais les bretelles sont asymétriques en ce qui concerne l’intérieur et l’extérieur de l’épaule. Et là, pas moyen de savoir ce qu’il en est alors on fait au plus logique : on met le creux de la bretelle côté cou et « l’excroissance » côté épaule. Râté.

Les fautes de frappes sont sympas aussi. On me conseille ainsi de faire une couture de soutien à… 11.3cm du bord. Quelle est la distance correcte ? J’en sais rien, je ne l’ai pas faite, elle ne sert à rien. Au contraire du surpiquage qui n’apparait jamais mais que je me suis empressée de faire parce que sinon le rebord n’a aucune tenue (c’est d’ailleurs dans les techniques de base dans mon Encyclopédie de la couture).

De même, la couture des bretelles n’est initialement pas renforcée – ce qui me parait tout à fait aberrant – et ils font coudre les bretelles au bustier tout de go sans ajustement. Ce que je ne peux concevoir sans une séance d’essayage préalable, et franchement j’ai bien fait (rien que pour l’histoire du sens des bretelles).

Tout ça pour qu’à la fin, je reprenne 5cm dans le dos de la robe finale qui flottait complètement (et encore, le devant aurait bien mérité qu’on lui retire 2 cm, mais pour ce faire, il me faudrait tout découdre et tout recommencer).

Verdict : mes robes sont jolies, y’a pas de soucis, mais faut vraiment s’armer de patience. Ma fâcheuse manie de coudre sans patron m’aura au moins permis de rectifier le tir sur un truc ou deux, mais je n’aime vraiment pas l’idée d’intégrer les marges de couture. Déjà, 1.5 cm** c’est trois fois trop et en plus, couper tout contre le patron, c’est juste un coup à mettre un coup de ciseaux de couture dans le papier du patron***. Les initiés savent qu’on ne coupe JAMAIS autre chose que du tissu avec des ciseaux de couture.

Bref… « Simplicity » mes fesses !

* Aaaaah ouiiii, le retour du schtroumpf ! Gussette répète tout en ce moment !

** Sauf indication contraire. L’indication, tu la vois trop tard, youpi ! A moi le découd-vite !

*** Vécu, of course.

Un petit air de Rococo

On va zapper un projet couture ou deux (que vous pouvez quand même apercevoir sur instant-gramme) pour passer direct à ma dernière prouesse. Ça faisait un petit moment que ça trainait sur mon bureau, puis sur ma table d’atelier*, mais certainement pas dans ma machine. Il s’agit d’un patron japonais emprunté à la médiathèque à la rentrée.

Et là, normalement ça devrait vous faire deux tilts.

  • « Hein ? Y’a des patrons de couture à la médiathèque ?« 

Haha ! Vous n’y aviez pas pensé à celle-là hein ? Bon, j’avoue : moi non plus, jusqu’à ce que je vole l’idée à la médiathèque de Saint-Médard. Donc oui, vous pouvez toujours aller jeter un œil dans la bibliothèque près de chez vous, ils y auront peut-être pensé aussi : les systèmes de patrons japonais permettent très facilement d’allier les contraintes d’un prêt public et des patrons individuels.

  • « Hein ? Tu as cousu d’après patron ?« 

Celle-là je la dois à ma mère : « Ce dois être la première fois que tu utilises un patron !« 

Rhô la méchante, c’est même pas vrai ! Mais j’avoue que ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps… L’occasion en tous cas de me rendre compte que ces gens n’ont pas le sens pratique. Comme d’habitude, je n’en ai fait qu’à ma tête.

Bref, trêve de bavardages, voilà voilà, ça vient :

Il s’agit de la blouse B2 de Couture au féminin que j’ai quand même personnalisée un peu, mais qui garde un esprit rococo peu habituel chez moi (ce qui a un peu perturbé le Jérôme semble-t-il…) :

Devant
Devant
Dos
Dos

En fait, le plus long a été de trouver de la dentelle qui me plaisait et de trouver un tissu contrastant avec le bon tombé. Pour la confection j’ai juste profité d’une VRAIE journée de congé (Gussette chez Mme Nounou)… Je pensais même pas qu’il était possible de faire un projet couture aussi complexe en une journée. Ben sans enfant, c’est possible !!!

Admirez les détails :

De la dentelle sur les manches
De la dentelle sur les manches
De la dentelle sur le col
De la dentelle sur le col
De la dentelle en bas
De la dentelle en bas
Et des petits boutons dans le dos
Et des petits boutons dans le dos

Des pougnacs, il y en a assez peu. Je suis moi-même surprise en fait !

  • On commence par l’application manquée du biais sur la fente que vous pouvez observer juste au-dessus. Du coup  ça fait des petits plis qui ne font pas partie du plan d’action initial.
  • Quelques petits ratés sur la couture de la dentelle du col

IMG_20140423_113756

  • Et une vue intérieure pas super glamour

IMG_20140423_113843

Bref, que des choses qui passent globalement inaperçues quoi…

Et portés, qu’est-ce que ça donne ?

Ça donne que je peux la porter comme je veux, sois j’assume jusqu’au bout, soit je la joue soft :

porté

Au fait, je vous ai déjà dit que j’adorais les blouses raglan ?

* Hé oui, pour les fêtes, j’ai eu une buanderie en état ! Ou presque, je dois encore me débarrasser de la tour de CD qui squatte et il faudrait aussi équiper les murs d’une étagère, mais d’un coup ça a bien pris forme. J’ai maintenant un vrai placard dans lequel j’ai pu ranger entasser mon bazar, une table de travail bien grande et j’ai gardé la vieille table en formica pour y mettre les machines à coudre. Et hop, voilà comment on passe un article trop à la bourre dans une astérisque !

Le doudou est dans le sac

Pour son Noyël*, la cousine Glü (ou plutôt sa mère en fait) voulait un sac brodé à son nom pour ranger son doudou à l’école. Cette fois, point de création à haut risque donc, un sac à doudou, c’est un sac à doudou, j’ai juste pris les instructions données . Oui bon, comme je ne peux jamais rien faire comme tout le monde (sinon, à quoi bon coudre soi-même ?), j’ai un tout petit peu arranger à ma sauce un détail ou deux quand même.

D’ailleurs, il le fallait assez grand, parce que son doudou, à la cousine Glü, il est assez imposant ! Fut un temps, elle assommait ses sœurs à coups de doudou. Mamisa a dû faire une intervention chirurgicale d’urgence sur ledit doudou pour en retirer les éléments les plus dangereux.

CIMG5245-2
Quelques calculs…

Comme j’ai bêtement omis de prendre des photos de la bête, c’est ma frangine Vinie qui a pris les photos d’un sac à doudou déjà bien éprouvé, en témoignent les taches :

IMGP2018-2
Recto

IMGP2022
Verso

L’intérieur est doublé d’un tissus bleu marine bien solide pour tenir le poids du monstrueux doudou. Initialement, le bleu clair devait être en bas et le blanc en haut vu que je ne me faisais pas beaucoup d’illusions sur la destinée du fond du sac, mais finalement, c’était plus joli dans ce sens-ci. Au diable le sens pratique !

*Notez qu’on n’a pas beaucoup avancé dans le temps.. Le rattrapage de retard risque d’être loooooong

Paré à virer mon capitaine !

Là en ce moment-même, on marie les Bretons (finalement, des fois c’est rigolo de prépublier les posts, on peut envoyer des trucs sur le blog alors qu’on est même pas dispo, genre : regardez, j’ai un smartphone* et je publie des articles pendant la cérémonie de mariage).

Donc les Bretons, ils suivent la tendance : ils font un mariage thématique, mais sans rien demander aux gens pour les fringues. Y’a que les enfants qui doivent s’habiller en marinière et béret marin (en polaire s’il vous plait**), mais nous, leur thème des phares, il nous inspire. Bon pour Gussette, c’est vite plié, on avait justement eu une robe en satin bleu marine et blanche genre tu peux de toutes façons la mettre que pour un mariage, et pour Jérôme, on a fait les boutiques. Et il est pas peu fier !

Pour moi ben… Je crois que je ne sais plus les faire les boutiques, justement… J’ai pris une feuille, un crayon, et j’ai dessiné. Je voulais un truc esprit marin, mais je ne voulais pas non plus me déguiser en Sailor Moon ou en collégienne japonaise. Du coup j’ai cherché des idées pour faire la jupette de la robe un peu originale. Après quelques gribouillages, un peu d’inspi, j’ai abouti à 2 robes sympas. J’en ai écarté une (qui a finalement terminé dans la machine à coudre maternelle) et j’ai réfléchi au patron pour l’autre. Elle s’inspire des robes ballon de cette nana, dont je n’aime pas la tête de mort mais dont j’aime beaucoup la forme.

Premières études pour le patron
Premières études pour le patron

Pour les détails techniques, la robe est en jersey, doublée en jersey (le jersey rayé est très très fin, sans doute trop léger pour les températures polaires bretonnes, et définitivement pas assez solide pour supporter le poids de la jupette) et la boule est en drap de coton tout bête. J’ai ressorti le patron de la tunique Gecko (issu d’un t-shirt bien ajusté de ma garde-robe, que je m’étais bien amusée pour copier le patron sans toucher au t-shirt… que j’aime bien quand même), j’ai réglé deux-trois détails et j’ai dégainé le tuto de Petit Citron pour les jupes boules que j’ai un peu adapté pour obtenir la forme désirée. A la place du grand rectangle, j’ai fait un trapèze en ajoutant 20cm sur la largeur du bas, j’ai raccourci de 10cm supplémentaires la doublure de la jupette (et donc rallongé d’autant le trapèze). Pour les manches ballon, j’ai fait un patron de manche de base puis je l’ai transformé en manche ballon. Rien d’insurmontable au final (même les fronces je m’en suis tirée !), si ce n’est la petite anecdote.

J’ai voulu tenter une formation surjeteuse à l’occasion de ma visite hebdomadaire au domicile parental. Sauf qu’en fait la mère était absente, alors j’ai fait une autoformation. Avec le livret de l’autre surjeteuse parce que le livret de celle que j’utilisais était introuvable. En bref j’ai fait une autoformation. Après une heure d’enfilage (mais j’ai compris à part ça hein), j’ai renoncé à faire une couture propre avec un tissus que j’avais peur de retailler. Donc au final je suis rentrée à la maison et j’ai continué à utiliser le point élastique doublé d’un point droit (l’un ou l’autre en solo, ça ne me convient pas) sur ma machine à coudre.

Bon ben c’est pas tout ça, mais… je vous fait le défilé ?

robe-marin1
Cliquer pour agrandir
robe-marin2
Cliquer pour agrandir

Et le pougnacs ? Oh ben oui, y’en a forcément !

D’abord, un jour j’apprendrai à faire une couture droite, pour surpiquer ça fait plus propre, une couture droite. Et ensuite, pour le biais en jersey, je l’ai jouée feignasse, j’ai préféré ce tutoriel à celui-là, alors forcément, les finitions intérieures ne sont pas sublimes !

robe-marin3
Cliquer pour agrandir

Mais, je suis fière de moi. Une fois encore, la robe ressemble à ce que je voulais, elle est ajustée tout comme il faut et elle fait un effet bœuf. En plus elle fera une super chouette petite robe d’été pour les années à venir !

Enfin sinon, vu que les mariés viennent juste de se dire oui là… Tous nos vœux de bonheur aux Brestois ! (s’il y a le moindre accroc, j’aurai l’air d’une [BIIIIP] et je renoncerai définitivement à programmer mes articles).

* Bon en vrai j’ai un téléphone qui fait téléphone, réveil-matin et agenda, et c’est bien assez.

** Oui un 31 août, des bérets en polaire. Mais la mariée a dit : « Oui mais c’est à Brest« . C’est la mariée qui l’a dit hein, c’pas moi !!!