La phrase du jour

« La médiocrité va se jouer entre nous » dixit Jérôme, qui perd sa partie, à Nykos, qui perd aussi la sienne.

Publicités

La blouse de la loose

Après deux mois d’inactivité couturesque complète, j’ai profité d’un moment de miracle sans enfant pour me lancer dans un projet qui attendait depuis lurette dans mon atelier. Trois ans. Trois ans que j’avais le projet en tête, le tissus (un joli lin vert pomme offert par Mamette), l’envie, tout ça tout ça. Je l’ai même vu en haut de grossesse, puis en haut d’allaitement, pour finalement revenir à un haut tout court…

Il y a 10 jours, je me suis donc lancée. Je me suis installée dehors, sur la table de jardin pour profiter de la chaleur et du beau temps. J’ai découpé mes pièces de tissus, en taille L, comme j’en ai l’habitude dans le commerce ou sur mes patrons.

J’ai ensuite assemblé le devant avec un curieux pressentiment tout du long. Ce n’est que lorsque j’ai plaqué le haut sur moi que ce fichu pressentiment s’est confirmé : trop petit. Mais FRANCHEMENT trop petit. Grmlmlml. Je cherche le tableau des mensurations, taille L. Poitrine : 89 , taille : 73 , hanches : 96 . Et le must, la stature : 160.

Alors faudra expliquer à l’éditeur français qu’en France, les nanas qui font 1,60m de stature ne sont pas la majorité, contrairement au Japon, et qu’il serait opportun d’ajuster les patrons en conséquence.

Bon pour finir j’ai vérifié mes propres mensurations, même si je savais déjà qu’on avait un écart monumental concernant la poitrine (j’allaite toujours hein) et les hanches.

J’ai pris une décision : j’ai recommencé à faire des exercices chaque jour. Et j’ai ajusté comme j’ai pu tout en gardant à l’esprit que, quand on bidouille, faut pas le cacher, faut le mettre en valeur.

J’ai donc finalement ajouté 11 cm aux épaules avec un petit biais contrasté et ouvert le dos avec le tissu contrasté déjà choisi pour la ceinture et j’ai assuré comme une bête.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par contre, j’avais initialement prévu d’intégrer un jersey pour masquer le décolleté – vu que même les mannequins du bouquin ne l’assument pas – plutôt que de mettre un t-shirt en dessous à chaque fois. Bon ben vu tout ce que j’ai dû bidouiller, j’ai préféré assurer le montage plutôt que de risquer les conneries. J’en suis donc réduite à porter un débardeur en dessous.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Patates douces et légumes du soleil

Tous les parents savent à quel point avoir des enfants double le rythme des lessives. Tous les parents savent combien il est dangereux d’habiller Petite Bichette avec un adorable chemisier blanc et à quelle vitesse ce dernier peut être pourri par le chocolat du petit déj’ (pour les novices : moins de 10 minutes après avoir été enfilé)*. Tous les parents savent à quoi je fais allusion quand je parle de la nappe de la salle à manger qui tient debout toute seule.

Je vous laisser imaginer que l’arrivée du petit frère, sa diversification et – pire ! – son autonomie alimentaire aggrave sérieusement les choses. Et encore, nous on est pas fous, on a plutôt l’intention de s’arrêter à 2.

Eh bien Alcide a décidé d’innover, de battre les records, de faire pâlir d’envie tous les marmots cradots de la Terre, du Système Solaire et même de la Voie Lactée.

Alcide a renversé sa purée du soir sur la nappe… celle qui sortait de la machine et qui séchait sur l’étendoir… derrière lui !

Ou comme dit le philosophe Jérôme : « Cette nappe commence avec un sérieux handicap dans la vie, elle est déjà sale en sortant de la machine« .


* Mais je n’ai pas encore abandonné cette option, folle que je suis !