Petit essai sur l’art du foutage de tête

Depuis plusieurs années, à la médiathèque, nous râlons déjà très très fort sur les économies de personnel des groupes d’édition des magazines qui ont pour effet principal un suivi des abonnements absolument catastrophique. A titre d’exemple : les réabonnements pas pris en compte (mais avec le virement qui a bien été encaissé, lui), l’interruption chaotique des abonnements en plein milieu de l’année, les rachats intempestifs par des groupes divers et variés sans qu’on soit prévenus (ce qui donne des effets secondaires assez rigolos aussi), etc. etc. etc.

Cette semaine, en plein préparation pour un événement fort prochain sur le thème des États-Unis, mes collègues ont mis le nez dans les magazines jeunesse en quête de titres correspondant au thème. En particulier dans Je lis des histoires vraies auquel nous fûmes autrefois abonnés à la Ville et auquel nous sommes toujours abonnés à l’Océan. La résultante, c’est que nous avons toujours de vieux numéros à la Ville (alors que normalement nous effectuons un pilon régulier) et que Merveille a découvert l’art du copié-collé (ou comment faire des économies sur le dos de ses abonnés – les gens qui payent leur abonnement la peau du derrière, vous savez ? – sans aucun scrupule).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mot pour mot, image pour image, le dossier est strictement identique. Seule change la maquette. Et les années.

Comme si l’arnaque n’était pas assez grosse, les petits jeux qui accompagnent le dossier sont exactement les mêmes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais ce n’est pas tout !

Je veux dire, ils auraient pu faire ça de façon exceptionnelle, genre on a un gros problème momentané et pour dépanner on ressort un vieux numéro. Mais non, c’est en fait une habitude récurrente…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et admirez au passage l’usage non modéré de notre ami Toshop pour ajouter quelques flocons supplémentaires hystoire que notre Abbé Pierre national se pèle bien les miches !!!

Alors ? C’est qui le dindon de la farce ? C’est le gentil parent qui casque plus de 50€ chaque année pour l’abonnement des ses adorables têtes blondes !!!

Alors juste une suggestion pour le gentil parent. S’il veut casquer le même prix pour un magazine de qualité, je lui suggère Le petit Léonard qui a certes une maquette immonde, mais qui est très sérieux et initie ses adorables têtes blondes à l’art sous des formes extrêmement variées. Et l’art c’est important pour ouvrir l’esprit de ses adorables têtes blondes !!!

Mon nouveau jouet

Comme je le disais lors de mon dernier poste (il y a 3 semaines… pouf pouf pouf…), mon nouveau jouet que j’ai eu à mon Noël de moi, c’est un blender chauffant et c’est trop trop trop trop bieeeeeen !!!

Un blender chauffant, pour résumer, c’est un Bébé Cuisine™ géant en mieux.

Parce que quand Gussette était bébé, j’ai découvert le Bébé Cuisine™ et là je me suis dit que c’était génial et qu’il me fallait à tout prix la même chose en version adulte (oui parce que bon, le Bébé Cuisine™, question quantité, c’est pas royal). Et là, on m’a répondu que ça existait, ça s’appelait « Je cuis je mixe™ » et ça coûtait la modique somme de la peau du derche*.

Il y a 1 ans, ma sœur en a eu un pour son anniversaire et à cette occasion, j’ai vu une démo du bousin. Et là c’est devenu mon ultime motivation dans la vie pour le jour où j’aurais une peau du derche à vendre. Et puis cet été, un copine me dit « mais tu sais, y’a le Cuisineo™ de Je mouline™ qui fait la même chose pour 1/4 de derche« .

Après renseignement, Cuisineo™ ne fait pas toutes les fonctionnalités du Je cuis je mixe™, il fait très précisément toutes celles qui ne m’intéressent pas. Mais lors de ma petite enquête, j’ai découvert le blender chauffant, et en particulier celui de Je mouline™ qui fait juste ce que je cherche : des purées, des soupes, des compotes… (et au passage la béchamel qui va vachement moins me prendre la tête maintenant) et éventuellement la cuisson vapeur.

Depuis, on bouffe des soupes maison constamment, c’est trop booooon !

* Aujourd’hui, la valeur du derche est estimée à 1200€

EDIT du 01/02/2017 : Mon blender chauffant vient d’adopter le doux surnom de Papy Cook.