Balade à L’Épau

Cette année, les vacances familiales prennent place dans le Grand Nord – une idée de Jérôme à 10 jours du départ, notez qu’on a été vach’ment prévoyant – à savoir en la cité du Mans.

Et on profite allègrement de la Nuit des Chimères qui plait beaucoup à toute la famille.

Arrivée hier soir à 20h avec *beaucoup* de retard et première balade aujourd’hui à l’abbaye de l’Épau, une ancienne abbaye cistercienne fondée par la veuve de Cœur de Lion et restaurée par le Département de la Sarthe.

Chouette balade en famille qui aura comblé tout le monde puisque le lieu, super beau, a perdu son côté catho et kitschissime, est complètement dépouillé et se trouve au cœur d’un parc immense. On y a aussi trouvé – bonne surprise – un atelier animé par Les Petits Débrouillards au cours duquel Gussette a été filmée par une télé locale, ainsi que plusieurs expos photos de très bonne qualité.

La visite n’a en revanche pas grand chose de didactique, on en apprend clairement plus sur Pédia mais le lieu est vraiment chouette et finalement, je le vois plus comme un immense lieu d’exposition, de détente et de découverte avec un bâtiment splendide !

Bref, un endroit à faire en famille (mais sans poussette si on veut voir ce qui se trouve à l’étage sans avoir à se relayer en bas).

Et pour bien finir cette note, recommandation spéciale pour la crêperie Le Bel’Helen qui adjoint à son accueil accueillant (oui c’est redondant si j’veux) des crêpes véritablement délicieuses, je ne m’attendais pas à régaler autant mon palais, je l’avoue. On regrettera seulement d’être passé à côté du cidre fermier, victime de son succès (oui j’allaite, si si).

De quoi je me mêle ???

Jusque là, j’estimais avoir été assez épargnée mais hier j’ai été interloquée par la réaction d’un monsieur à vélo tandis que nous revenions, avec Gussette, d’aller chercher Alcide chez Mme Nounou en poussette. Gussette était épuisée, venait de se fader 1.5km à pied et la moitié d’autant sur le retour et était en train de partir en vrille.

Pour ma part, j’ai deux enfants, un boulot (et voui, ça y est, j’ai repris), des nuits jamais assez longues et une aînée qui me pousse à bout (et voui, ça y est aussi… ça fait un petit moment qu’elle a compris… dommage… disons que j’ai bien profité du répit). Moi aussi j’ai le droit d’être fatiguée, faudrait dire à ce monsieur d’arrêter de croire que les parents arrêtent d’avoir des émotions ou de la fatigue à l’instant même où ils deviennent parents.

Bref, Gussette en train de partir en vrille au bord de la route… une rue moyennement sécurisée pour les piétons et les vélos au passage… et j’ai un bébé dans la poussette… J’essaie tant bien que mal de la récupérer avant que ça ne tourne à la crise et là, ce monsieur, arrêté, me regarde. Circonspecte mais polie, je lui dis « bonjour« , plutôt histoire de lui faire comprendre « kestufoulatoa ?« 

Et le monsieur me répond genre il est le monsieur le plus adorable de la Terre : « Vous devriez être plus indulgente, Madame« .

NON  MAIS DE QUOI JE ME MÊLE ???

J’avoue… je lui aurais bien mis mon poing dans sa petite tronche. Mais le bon point c’est que Gussette, aussi interloquée que moi (ah oui, critiquer les parents devant les enfants, c’est la meilleure des idées au passage) en a oublié sa crise.

Un jour, les gens comprendront que juger les parents, c’est loin d’être la solution. Oui je sais, c’est illusoire.