Du féminisme

Pour moi, pendant très longtemps et jusqu’à il y a encore peu, le mot « féminisme » avait une consonance négative. C’était un truc rétrograde qui avait été indispensable à la libération de la femme mais qui n’était plus du tout à la page aujourd’hui et pas du tout en accord avec les préoccupations actuelles. Un peu comme le syndicalisme aujourd’hui : indispensable à l’évolution de la société mais complètement largué quant à la défense des vrais besoins des employés. Oui, je suis un poil extrémiste. Mais n’allez pas croire : je continue de croire que les femmes doivent être reconnues dans cette société machiste et que les droits des travailleurs doivent être défendus. Ce n’est pas le rôle que je condamne mais les méthodes.

Deux exemples concernant le féminisme :

  • l’abandon du « mademoiselle », à mes yeux complètement inutile dans notre reconnaissance sociale, alors que le combat pour une vraie place de la femme a tant d’enjeux plus importants ;
  • la stigmatisation de la femme allaitante comme vache à lait.

Oui ben voilà, on y revient : l’allaitement… Angélique tu nous casses les pieds. Oui mais c’est comme ça : à mon sens, le rôle du féminisme, c’est de protéger la femme comme personne humaine et égale à l’homme, et donc de lui accorder la possibilité de faire des choix qui sont les siens. Si une femme souhaite allaiter son bébé, si ça la grandit, pourquoi condamner cette pratique ?

Ces derniers temps, j’ai fini par me dire que « féminisme » n’était finalement qu’un mot pour désigner la défense des droits de la femme et qu’il y a encore trop de chemin à faire pour condamner le mouvement initial. Et puis à bien y regarder, avec mes critiques et mes revendications… Ne suis-je pas moi-même « féministe » ?

Sauf quand j’entends Elisabeth Badinter, figure du mouvement féministe dire ça (38° minute). Au XXI° siècle, la femme est toujours sous-considérée, y compris par ses propres défenseurs. Au XXI° siècle, on nous interdit toujours un choix. Moralement on nous interdit de choisir le biberon. Et si on est féministe on nous interdit de choisir l’allaitement. Marie Thirion, initialement interviewée dans cette émission (début de l’interview à la 31° minute pour ceux que ça intéresse) répond de façon sublime à une colle posée par une auditrice : mais si on échoue, on est jugée. Non.

En tant que femme nous sommes jugées, quel que soit notre choix. Ma Maman-qu’elle-est-merveilleuse a fait le choix de ne pas allaiter ses filles pour que ses filles puissent allaiter, elles. Elle a toujours mal vécu deux points : celui de ne pas pouvoir vivre un allaitement qu’elle aurait aimé vivre et celui du jugement. Parce que donner le biberon à son enfant fait de vous une mauvaise mère. Pourtant si vous faites le choix d’allaiter, vous serez jugée sur ce choix également. L’allaitement à la demande c’est mal parce que le bébé n’apprend pas à s’éloigner de sa mère, parce qu’on en fait un enfant capricieux, parce que.. parce que… parce que… Vous allaitez ? Vous devriez vous cacher, on ne veut pas voir vos nichons. Vous n’arrivez pas à allaiter ? Vous êtes mauvaise. Quel que soit votre choix dans l’éducation de vos enfants, vous le ferez MAL.

Il y a quelques années, j’ai assisté à une formation avec une sociologue. Elle avait fait une étude sur la population qui fréquentait les bibliobus dans les zones rurales ou semi-rurales. Son constat est effarant et finalement, il est confirmé par mon quotidien au sein d’une médiathèque semi-rurale et même en temps que lectrice. Les mères de famille n’empruntent pas pour elles. Elles viennent pour leurs enfants. Leurs pratiques culturelles, elles vont plutôt les faire dans les villes où on ne les reconnait pas car elles ont peur du jugement. Peu de temps après avoir fait cette formation, j’avais moi-même été surprise par une voisine alors que j’étais affalée dans mon canapé à lire (au lieu de faire mon ménage par exemple) et j’en avais ressenti une grande gêne. Cette expérience m’interroge encore aujourd’hui.

Soyons honnêtes : quoi que fasse la femme, elle est jugée et son pire juge, c’est la femme. Mme Badinter, en tant que féministe, juge une pratique (avec des arguments qui sont faux au passage, et heureusement !) qui a fait l’objet d’un choix conscient par certaines femmes. Son rôle devrait être de défendre ces femmes dans leur choix et de privilégier un combat qui leur permette d’assumer ce choix. Plutôt que de les condamner.

Mesdames vous voulez allaiter ? Vous êtes la honte du genre féminin, vous travaillez contre la liberté de la femme. Bouuuuuuh !

[Lien vers le coup de gueule que j’ai aimé]

Publicités

5 réflexions au sujet de « Du féminisme »

  1. Pour ma part je ne me suis même pas posé la question d’allaiter ou pas. Les seules que je me sois posées, c’est comment faire pour apporter le meilleur à mon enfant.
    Le jugement des autres, oui…. mais cela ne m’a jamais fait changer de cap. Pour n°2 j’ai même allaité en pleine rue ou dans le RER… dans le porte bébé, sa bouche juste au niveau du sein, ni vu ni connu. Et quand je croise une maman qui allaite dans un centre commercial ou à la plage : la plupart du temps elles sont discrètes, j’adresse un grand sourire, et elles me le rendent…

    1. Moi j’ai surtout eu droit aux réflexions du corps médical : « prolonger la location du tire-lait ? Je vous mets 3 mois d’ici là vous en serez débarrassée » ou encore « Vous faites des cystites constamment, c’est parce que vous allaitez ». Par contre du côté de Belle-Belle-Maman, aide-soignante à Pellegrin, j’en vois des vertes et des pas mûres, et pas seulement sur l’allaitement. En ce moment, Jérôme et moi sommes de mauvais parents parce que Gussette DOIT aller voir un ORL et un podologue, c’est sûr. Et puis un enfant ne DOIT pas se lever la nuit pour aller faire pipi, ce n’est pas normal et puis et puis et puis…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s