Les pigeons, ces super-héros

Quand le Professeur Moustache réhabilite nos amis les pigeons (ou pas)…

Un miracle peut-il en cacher un autre ?

Aujourd’hui, à la médiathèque, il y avait une gamine (environ 11-12 ans) qui a dû quitter le bâtiment toute fière. Il faut dire que mon collègue et moi sommes restés ébahis devant un tel miracle.

  • Elle avait une montre au poignet.
  • Une montre avec des aiguilles.
  • Et en plus elle savait lire l’heure dessus.

Au début elle n’a pas compris notre réaction, nous l’avons donc invitée à faire lire l’heure sur sa montre à ses comparses (intelligemment scotchés sur leurs écrans à se tirer dessus à coup de tanks au passage).

Bizarrement elle s’est faite envoyée schtroumpfer par ses copains…

Considérations vestimentaires

Alors voilà. En théorie il me reste 2 mois à tirer. Sauf que je commence déjà à ne plus rentrer dans mes vêtements de grossesse. Vais-je devoir finir ces derniers mois à poil ? Je n’espère pas parce que là, la saison ne s’y prête pas vraiment….

Bigleuse

Il y a 22 ans, l’ophtalmologue familial détectait un cas de myopie avancée en ma personne. Ma famille, toujours très empathique, se moque encore de moi et des situations dans lesquelles elle s’est aperçue que j’avais peut-être un problème de vue. Tu m’étonnes John, j’y voyais que t’chi !

Bref, il y a 22 ans, je déposais pour la première fois sur mon auguste tarin cet instrument de torture que l’on nomme habituellement lunettes.

Torture, si si. Je ne m’y suis jamais tout à fait habituée.

  • C’est rapidement moche.
  • Ça prend la buée pour un rien.
  • En cas de pluie c’est un enfer.
  • Taper la bise à un autre binoclard pose de sérieux problèmes.
  • Tu passes ton temps à les nettoyer mais elles sont constamment crades.
  • Je te raconte pas l’enfer à la plage*.

Mais surtout :

  • Ça glisse.
  • Et ça fait mal derrière les oreilles.

Bref c’est impossible à régler convenablement.

Ce qui fait que pendant des années j’ai porté des lentilles. La dernière fois, j’ai trouvé un chouette opticien, très pro, qui a tenu compte de mes remarques pour me proposer une monture un peu plus adaptée à ma problématique. Ce qui ne change rien au fait que j’ai la fâcheuse manie d’oublier mes lunettes sur ma table de nuit le matin, que je ne les mets qu’au moment de partir** et que je les enlève systématiquement devant l’ordinateur.

Fâcheuse manie qu’il va me falloir poursuivre et développer, vu qu’hier, mon ophtalmo m’a annoncé une nouvelle que j’aurais jamais crue possible. Je n’ai plus besoin de lunettes en permanence. Seulement pour la conduite, le cinéma, la télé, les trucs qui demandent à voir de loin.

Et là vous allez rire.

Je n’y arrive pas.

22 ans de binocles… Je n’arrive plus à les enlever.

Vous n’imaginez pas comment je me sens con !!!

* Je rappelle pour mémoire que j’ai fait de la planche à voile pendant 10 ans. En régate, je ne voyais pas les bouées, j’étais obligée de suivre les autres pour savoir où j’allais (bon ça et le fait que c’était toujours le même parcours officiel… ça aide un peu).

** Une fois je me suis aperçue à 5km de chez moi que je les avais oubliées. Tu m’étonnes que je voyais mal la route ! (si si, c’était bien moi au volant).

Une nouvelle adresse

Je suis tombée un peu par hasard sur le blog d’une coach familiale assez intéressant qui donne des astuces pour régler certains petits problèmes du quotidien (notamment le problème du matin). Je partage le lien pour celles et ceux que ça intéresserait.

http://familycoach-pro.com/

Des légumes dans ma maison

Chez nous, le grand drame culinaire, ce sont les légumes. Nous en mangeons peu, en achetons par conséquent peu, donc en mangeons encore moins et en achetons encore moins. Faut pas croire, au bout d’un moment, ce cercle vicieux devient encombrant. Nous avons envie de légumes (ou du moins autre chose que des pâtes et de la purée industrielle) et tout ce qu’on peut trouver chez nous, ce sont des légumes surgelés, des boîtes de haricots blancs et des lentilles. Les légumes du commerce sont vraiment pas top et en plus ils sont chers. Il y a bien un marchand de primeurs qui pose sa charrette près de la maison chaque fin de semaine (quand il n’est pas en vacances, car il y a droit aussi) mais j’ai tendance à louper le coche*. Par ailleurs, je n’ai pas toujours été enchantée par ses produits (même si, d’une façon générale, c’est plutôt pas mal) et moi qui ai été habituée aux tarifs des charrettes des Capus ben les légumes à Lacanau, c’est plutôt cher.

Parallèlement, Lacanau possède une AMAP plutôt active, souvent blindée, dont Mme J. me fait l’éloge depuis des années (surtout depuis que je suis maman en fait).

Grenadine arrête pas de bénir son AMAP.

Nos copaings canaulais nous en parlent tout le temps depuis qu’on les fréquente.

Et j’ai appris récemment le prix du panier.

12€ le panier hebdomadaire, sachant que les 12€ sont vite atteints à la charrette de primeurs sauf que là, c’est bio et ce sont forcément des produits de saison. Pis ça m’oblige à en prendre… pas comme la charrette quoi…

Un panier entier hebdomadaire, ça nous fait beaucoup pour nous, mais on va partager avec ma Môman de moi.

Bref, tout ça pour dire qu’hier, j’ai récupéré mon premier panier AMAP avec plein de choses vertes dedans. « Mais Maman, pourquoi tu prends de la salade ? J’aime pas ça« . Oui je sais ma chérie, et ton père non plus. Ben va falloir en bouffer, parce que moi je suis contente d’en avoir (hé ben c’est pas gagné cette affaire).

Ce qui fait que ce midi, dans mon repas express que je cuisine le moins possible parce que j’ai la flemme, mes pommes noisettes cramées (oubliées dans le four, classique) côtoyaient un radis géant et de la mâche. Genre des LÉGUMES !!!!

IMG_20160105_132032

Et en bonus, je me suis aperçue ce matin que certaines recettes à faire baver de Grenadine sont réalisables avec les trucs chelous de mon panier** alors que jusque là, je me demandais toujours où elle allait chercher ses ingrédients…

* C’est vrai, il est juste à mi-chemin entre la médiathèque et la maison, en particulier à midi à l’heure de la débauche, c’est vraiment compliqué d’y aller.

** « Allô Mag ? T’as ton panier là ? Non parce qu’il y a des trucs avec des grandes feuilles vertes et des tiges blanches et plates, chais pas c’que c’est… Aaaah des blettes ??? C’est donc à ça que ça ressemble ???« 

Le réveil de l’espoir

Évidemment nous ne pouvions pas passer à côté de l’événement cinématographique de l’année, nous y avons donc consacré notre sortie ciné annuelle : nous avons été voir Star Wars : le réveil de la Force.

Contre toute attente, j’en suis sortie somme toute ravie s’il faut comparer avec la préquel qu’avait pondu George Lucas il y a quelques années. J’ai toutefois deux gros bémol à y opposer :

  • Il est bien connu que les Stormtroopers n’ont pas de pensée propre et que leur cerveau est passablement allégé côté neurones. Comment ont-ils pu faire de l’un d’eux le héros de cette histoire ??? Heureusement, la scène de la fuite en chasseur avec Poe remonte le niveau : Finn est au canon, il tire partout SAUF sur le câble qui les empêche de partir. L’honneur est sauf.
  • Il est bien connu également qu’un sabre laser ne peut être activé que grâce à la Force (un simple bouton n’y suffit pas, non non). Pourquoi un Stormtrooper arrive à en manier un ? That’s the big question !

Pour le reste, pas de soucis, j’ai revu Un nouvel espoir. Résumé garanti sans spoil (sauf pour ceux qui n’ont jamais vu le premier opus de la saga) :

  • Dès le début, Leïa remet un message à R2D2.
  • L’Empire débarque sur Tatooïne pour récupérer le robot.
  • Le Faucon Millenium est tracté par l’Étoile Noire.
  • Han et Chewbacca boivent un verre à la cantina.
  • L’Étoile Noire détruit une planète. Ou deux. Ou trois. Ou plus… Bref, là où se trouvent les tenants de la diplomatie républicaine.
  • Han Solo, Chewbacca et Luke délivrent Leïa des mains de Darth Vador.
  • La résistance attaque l’Étoile Noire en bombardant le cœur de la machine, sa seule faiblesse, avec des X-Wings. Évidemment, l’arme est détruite juste avant qu’elle n’entre en action pour faire sauter la planète où se trouve le QG de la Résistance.
  • Darth Vador avoue à Luke qu’il est son père sur une passerelle au milieu du vide. HEIN ??? Mais c’est pas dans le bon film ça !!!!
  • Cliffhanger de la mort qui tue : Luke retrouve Yoda pour devenir un Jedi.

Je ne sais plus qui m’a dit l’autre jour que les rumeurs étaient fausses : Le réveil de la Force n’avait rien à voir avec Un nouvel espoir. Ah bon ? Je suis certaine d’en avoir oublié, mais à part l’ordre qui est un peu aléatoire, avouez qu’il est difficile de ne pas penser au film originel.

Mais sinon j’insiste, c’est un très bon moment. Faudra juste que Disney envisage de s’équiper d’un conseiller spécialisé dans l’univers Star Wars à défaut de consulter George Lucas lui-même.