Envie de vomir

Comme tout le monde, vendredi soir j’ai été atterrée d’écouter la radio en rentrant chez moi. J’ai flippé ma mère en entendant l’ambiance apocalyptique et j’ai pensé très fort à tous ces gens qui (comme nous le même soir, mais juste dans une autre ville) sont sortis s’amuser. Fêter un anniversaire, boire un verre entre amis, trinquer à un heureux événement… Dans les victimes, il y avait sans doute des femmes enceintes qui profitaient de leurs derniers moments de liberté, peut-être des familles qui sont sorties ensemble, enfants compris. Ou des parents qui ont confiés leurs enfants à la baby-sitter en sachant qu’ils devaient rentrer avant minuit pour la libérer. J’ai pensé à ceux qui réalisaient un rêve en allant voir en concert leur groupe préféré. J’ai pensé à tous ces gens qui profitaient d’un vendredi comme un autre pour se détendre après une semaine de labeur. Ils sont partis le cœur léger, ils sont rentrés le cœur lourd… S’ils ont eu la chance de rentrer. J’ai pensé à ces familles qui attendaient dans l’inquiétude des nouvelles de leurs proches. J’ai eu la chance de ne connaître aucune victime (enfin je crois). Ce qui s’est passé me donne envie de vomir. Ce qui est venu après aussi.

Ce genre de scène, il y en a tous les jours dans le monde et tout le monde s’en fout. Ce qui choque les gens, c’est juste qu’il a eu lieu à Paris. Résultat : un sentiment de nationalisme exacerbé, du grain à moudre pour Marine Le Pen et Nadine Morano, des drapeaux bleu-blanc-rouge qui fleurissent sur Le livre des visages et sur les monuments du monde entier, la Marseillaise dans toutes les versions possibles et imaginables.

Pendant ce temps, les Palestiniens continuent à s’en prendre plein la tronche, les femmes continuent à se faire violer en Syrie (et ailleurs), les Centrafricains s’entretuent, etc. Tout ça dans l’indifférence la plus totale. Et pourtant les dégâts sont tellement plus importants.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas se sentir concerné par ce qui s’est passé, au contraire. Moi aussi j’ai mis ma bougie à la fenêtre, moi aussi je suis les actualités pour connaître les avancées de l’enquête et de la situation. Mais je suis envahie par un sentiment de démesure. Pourquoi ce qui s’est passé à Paris a engendré une telle mobilisation internationale alors que tout le monde s’en fout quand un gonz fait sauter un bar au Maghreb (sauf si y’a des Français dans les victimes… pardon) ? Ce qui me dégoûte, c’est qu’il faut être Occidental pour mériter des larmes.

J’ai la chance d’être née en France, j’aurais pu en avoir moins et mourir à 10 ans en sautant sur une mine antipersonnelle, mais le destin a voulu que je sois Bordelaise aux XX°-XXI° siècles. Ce n’est pas que j’aime mon pays, mais j’aime ses valeurs. Je ne suis généralement pas d’accord avec ce qui s’y passe parce que si mon pays a des valeurs, il chie dessus à la moindre occasion (le pays des Droits de l’Homme ? je me marre). Pour autant, j’y vis bien, j’y suis globalement en sécurité, j’ai le droit de dire ce qui ne me plait pas et j’y suis heureuse, à l’abri. C’était aussi le cas de tous ces gens qui sont sortis à Paris vendredi soir dans l’insouciance et je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais pu y être. Mais je ne peux pas non plus m’empêcher de me dire que, décidément, toutes les vies n’ont pas la même valeur.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Envie de vomir »

  1. Je n’aurais pas mieux dit, j’ai aussi un sentiment de malaise en pensant à « l’autre attentat » à Beyrouth : pas un monument illuminé aux couleurs libanaises dans le monde, pas d’indignation des chef d’état, pas d’élan de solidarité… Sans parler des autres coins chauds un peu partou dans le monde…
    Après je pense que pour nous c’est normal d’être plus touché par ce qui s’est passé à Paris, et qui nous concerne plus directement. On ne peut pas porter toute la misère du monde sur nos épaules, sinon on n’aurait plus qu’à croquer notre pilule de cyanure… Ce qui ne veut pas dire que « leurs » vies valent moins que les « nôtres ».
    Moi ce qui m’a foutu la gerbe c’est d’entendre les Sarko, Estrosi (maire de Nice, joie), Ciotti etc. la ramener à coup de « Je vous l’avais bien dit  » (texto), juste envie de leur dire « Ta gue**e ! ». Je suis étonnée que les bleus marine ne nous aient pas encore gratifiée d’une belle connerie dont ils ont le secret…

    1. Oui, bien sûr qu’on se sent concernés et c’est normal, ça se passe chez nous, et pour certains, avec des gens qu’on connait. Ce genre d’événement peut se passer n’importe où et n’importe quand, l’important étant juste qu’on ne s’y attende pas.
      Pour autant, je déteste ce sentiment de chauvinisme soudain où chacun se réapproprie le drapeau français quand, la veille, on l’aurait brûlé pour protester contre autre chose. Quant à la Marseillaise qu’on entend à toutes les sauces, les gens semblent oublier que, habituellement, ils la fustigent pour la violence de ses paroles.
      Nous, on ne voit plus que notre nombril et malheureusement le reste du monde aussi alors que la Terre n’a pas arrêté de tourner et que la violence continue partout ailleurs sans que personne (nous ou le reste du monde donc) ne semble sourciller.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s