Dépêche-toi

C’est une phrase que je ne supporte plus et que j’assène pourtant des dizaines de fois chaque matin (c’est d’ailleurs pour ça que je ne la supporte plus).

Gussette, dépêche-toi de te lever… Gussette, dépêche-toi de manger ta tartine… Gusette, dépêche-toi de boire ton chocolat (sans en mettre parto… trop taaaard)… Gussette, dépêche-toi d’aller aux toilettes… Gussette, dépêche-toi de sortir des toilettes… Gussette, dépêche-toi d’enlever ton pyjama… etc. etc. etc. Bref, Gussette, dépêche-toi. Et ce jusqu’à ce que j’ai enfin lâché ma fille à la maîtresse (ou au centre de loisir en ce moment).

Avec sa variante « Tu te dépêches », sans compter les « Gussette une fois, Gussette deux fois… »

Ce n’est pas qu’elle a des difficultés à faire les choses hein ! Globalement elle est débrouillarde et si elle a besoin d’aide, je suis prête à lui filer un coup de main (à condition qu’elle l’accepte bien sûr).

Non, mademoiselle prend le temps de jouer. Avec une chaussette, avec sa brioche, sur le trône… Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’un rien stimule son imagination… Et mes nerfs !!!! Dire que je suis supposée essayer d’arrêter de crier, je vous assure que ma patience est à rude épreuve !

On se lève à 7h le matin pour être à 8h30 à l’école, sachant qu’on habite à 500m du lieu en question. Quand j’entends des parents dire qu’ils préparent leur mioche en 30 minutes, j’enrage (parce qu’en plus, si mademoiselle ne trainait pas tant, c’est effectivement le temps qu’on y mettrait) !

Et c’est la même le soir pour aller au bain, à table, au lit…

Gussette, DÉPÊCHE-TOI !!!!

Les impôts

Ah les impôts… Qu’on les aime les impôts. Entre la déclaration des revenus – une véritable partie de plaisir – et les sous à sortir du porte-feuille, le Trésor Public a vaguement tendance à nous courir sur le haricot. Je ne vous raconte pas les commentaires d’ailleurs quand mes lecteurs règlent leur cotisation « à l’ordre du Trésor Public s’il vous plait »… Enfin de ce côté-là j’ai de la chance, la médiathèque est un espace de loisir et de détente alors bon, ça passe, on en rigole deux minutes et c’est oublié. Mais les impôts… Les impôts… Un mal nécessaire, mais alors qu’est-ce qu’il fait mal !

Alors voilà, d’ici le 15 octobre, nous avons nos premiers Fonciers à payer, parce que nous habitons une maison neuve et que les premières années, nous avons pu bénéficier d’une exonération. COOL ! Mais bon, du coup aussi nous n’avons pas encore pu mettre en place une mensualisation, et comme les choses s’enchainent toujours à merveille, nous avons eu 1500€ de réparation sur les voitures juste avant réception de l’avis d’imposition. Donc plus de sous pour les impôts… Ou pour manger, selon.

Bref, pas de bol.

Mais ce n’est pas le sujet du jour. Le sujet du jour, c’est que je pousse ma gueulante au nom de tous les parents de France, de Navarre et d’Outre-Mer :

MAIS POURQUOI ??? Pourquoi ces [biiiiiip] nous collent les Impôts Locaux PILE entre la rentrée des classes et Noyël ???

Ma maison à moi

[J’avais prévu un player ici mais depuis la disparition de Grooveshark je n’ai pas encore trouvé de solution efficace. En attendant, je vous laisse quand même l’adresse pour avoir la musique qui va avec cet article]

Ma maison à moi que c’est mon chéri qui l’a dessinée, elle est grande et elle impressionne tous nos visiteurs.

Il n’y a pas un seul couloir dedans pour perdre le moins de place possible. Elle est conçue pour qu’on y vive ensemble à tout moment de la journée ce qui fait qu’on a une pièce à vivre absolument immense dans laquelle on retrouve la bibliothèque (et chez nous, c’est un espace très important), le bureau, le salon et la salle à manger. On y a aussi installé une zone de jeu pour la puce. La cuisine n’est pas tout à fait dans le même espace, mais c’est quand même la même pièce ce qui fait que deux personnes peuvent être à l’autre bout de la maison, elles sont toujours ensemble.

Ma maison à moi, c’est un endroit où je suis bien même si je continue à m’arracher les cheveux quand je vois son état.

Pour tenter d’améliorer ce dernier point et juste pour me faire plaisir rien qu’à moi (bon et peut-être à lui aussi… et peut-être parce que c’est une nécessité), Jérôme s’est retroussé les manches ces derniers temps.

  • Il s’est retroussé les manches devant son ordi pour me commander un nouveau lit tout beau tout neuf qui ne se casse pas la figure quand je m’y installe.
  • Il s’est retroussé les manches pour faire enfin le placard de la salle à manger. Nous avons pu y ranger toutes les boîtes de jeu d’un côté et je profite du côté gauche pour réaménager (quand je suis motivée) les rangements de la cuisine. A terme, le bordel de la cuisine devrait réussir à trouver sa place dans les placards.
  • Il s’est retroussé les manches pour aller chercher un peintre. Nous avons trouvé une nana qui, après deux mois de retard, a réglé le problème récurrent depuis 3 ans : la TERRRRRRIBLE troisième chambre ! Travail rapide, propre et soigné. A peine si on voyait qu’elle avait bossé pendant la journée si on n’ouvrait pas la porte de la piole, tant elle a été attentive à ne pas en mettre partout. Quand même, j’applaudis !

Le problème récurrent de la troisième chambre, c’est quoi au fait ? Le problème récurrent de la troisième chambre, c’est qu’on ne l’avait pas faite.

Épuisé par des mois de travaux, Jérôme avait laissé de côté la dernière chambre. Juste quelques mois le temps de se remettre et de profiter un peu de sa maison. Sauf que cette dernière chambre demandait de remettre la ponceuse en route puisque les bandes de placo de la maison ont été faites par un gros porcasse. Et là très franchement, personne n’était très motivé pour y retourner.

Régulièrement on y revenait. Ne serait-ce que chaque été ces trois dernières années à chaque début de grossesse… Régulièrement on… ben on… ben rien du tout en fait. Pas envie, c’est tout.

Finalement, cet hiver, Jérôme en a eu assez et a décidé qu’il le ferait faire par un pro. Le temps de trouver chaussure à notre pied, que notre chaussure nous abandonne, qu’on trouve une autre chaussure, que notre nouvelle chaussure nous lâche puis revienne à la charge deux mois plus tard… Nous voilà avec une chambre poncée et PEINTE !

Prochaine étape : le parquet. Jérôme avait prévu de le faire cet été pendant ses congés mais du coup c’est râpé. N’empêche que cette partie-là c’est la plus facile. Manquera plus qu’à ce que l’électricien termine le travail et le lit-bébé qui squatte le séjour depuis 1 an et demi prenne place. Faudra encore y faire un placard (promis Jérôme, c’est le dernier !) et vider les trucs pour bébés de la chambre de Gussette, histoire qu’elle se rende compte qu’en fait, elle a de la place pour jouer dans sa chambre aussi.

Bref… Un jour, ma maison sera finie finie finie et j’y serai encore mieux !!!