Pourquoi je flippe

Il y a un truc qui fait que ces deux-trois derniers mois, je n’ai pas été sereine et qui fait que je ne le serai jamais vraiment pendant les mois à venir (enfin j’espère. oui c’est bizarre de dire ça). Un truc dont je n’ai jamais parlé ici, alors que pourtant, « mon blog c’est mon psy ». Peut-être parce que c’est un truc dont on ne parle pas vraiment, peut-être parce que les seules personnes qui peuvent comprendre vraiment sont celles qui l’ont vécu, peut-être parce qu’on n’a pas envie de faire étalage de ça, peut-être parce que d’en parler me rend agressive, peut-être parce que… plein de raisons ou d’absences de raison…

Ce truc c’est que j’en suis en fait à ma 4° grossesse. Ou plutôt à mon 4° début de grossesse (premier trimestre, mon amour). Alors oui, si vous faites bien le compte, à l’heure actuelle, j’ai un seul accouchement à mon actif. Bravo, vous pouvez maintenant passer Math Sup’.

Que s’est-il passé ? On n’en sait rien. Un coup de pas d’bol sans doute. On sait que la fausse couche est très fréquente (mais les stats changent d’une source à l’autre) alors on y pense, sans y penser. On regarde ses copines et on se dit qu’on explose les quotas (ou pas, peut-être qu’elles n’en parlent juste pas, comme chacune) alors ça peut tomber sur soi, pourquoi pas. Mais quand on se retrouve aux urgences avec une porte de prison qui annonce (aimablement, cela va sans dire) : « la grossesse est arrêtée », il ne reste plus que les yeux pour pleurer. « Le fœtus était sans doute mal-formé, suggère-t-on, votre corps l’a éliminé naturellement ». Est-ce que ça rassure réellement ? Bien sûr que non ! Ce petit bonhomme qui est parti, on l’attendait tous déjà. Maman la première.

C’est dur, c’est certain mais ça arrive, ça n’empêche absolument pas que ça fonctionnera la fois suivante. Surtout que tout le corps médical s’est mis d’accord sur un point : « Vous en avez déjà eu un, c’est donc qu’il n’y a pas à s’inquiéter ».

Alors pourquoi, au coup suivant, on sait déjà que ça finira dans les toilettes ? Et pourquoi l’expérience nous donne-t-elle raison ? Pourquoi le sort s’acharne-t-il ?

Cette fois-ci, je suis enceinte pour la troisième fois en trois ans. Et là ça fonctionne. On est arrivé petitement aux 12 semaines fatidiques, frayeurs après frayeurs. On dit que les femmes enceintes sont chiantes ? Mais avez-vous essayé celles qui ont peur ?

Maintenant, j’ai un bidon énorme qu’on dirait que j’ai 1.5 mois de grossesse supplémentaire, c’est officialisé au boulot, tout le monde me félicite, tout est beau, tout est rose…. Mais se détendre tout à fait ne semble pas être à l’ordre du jour, on trouve toujours un bon prétexte pour flipper.

Pourquoi j’en parle maintenant ? Parce que sinon je ne le ferai jamais : ça ne me manquera pas, je préfère tourner la page. L’écrire ne m’est pas évident mais j’estime qu’il faut le faire car personne n’en parle, à croire que ça n’existe qu’ailleurs, chez les autres… C’est une expérience difficile et pas seulement sur le moment. On y pense à chaque cycle. On y pense surtout à chaque début de grossesse, on prie pour que ça ne recommence pas, on pleure au moindre doute, on s’endort angoissée, on se réveille rassurée… pour quelques heures.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Pourquoi je flippe »

  1. Hey, toutes nos félicitations ! Nico et moi on croise les doigts fort fort pour que le petit bout se pointe sans encombres, fais bien attention à toi. Si j’ai bien compris le premier cap est passé, courage pour la suite. Bisous de nous deux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s