Gussethon : troisième étape

Oui alors certains me feront remarquer que je lag* un peu et ils n’auront pas tord : j’ai profité de la moindre parcelle de mon temps libre de la semaine pour dormir, lire et procrastiner. La maison est certes dans un état lamentable, mais je m’en fiche, ça me fait du bien. Tout ça pour dire que le petit voyant du PC ne s’est beaucoup allumé et que par conséquent, je n’ai pas fichu le petit orteil ici.

Il n’empêche néanmoins que samedi dernier, soit il y a une semaine jour pour jour, Gussette checkait la troisième étape du Gussethon haut la main !

Ces premières semaines d’école l’ont déjà métamorphosée, et je me dois d’avouer que c’est désormais une vraie petite fille qui s’améliore quotidiennement sur le langage, qui a fait de très gros progrès en propreté (vous vous doutez que si je dis ça, c’est que ce n’est pas encore au point, à notre grand dam, mais par respect pour l’instit et son ATSEM, elle attend de rentrer à la maison pour « déborder ») et elle se met à nous chanter les tubes de la récré à tue-tête : Une souris verte, Pêche pomme poire abricot, Dansons la capucine, tout ça tout ça…

C’est aussi un peu son premier vrai anniversaire dans le sens où cette fois, elle comprend bien ce qui se passe. Sauf que pour elle, c’est encore son anniversaire (ben oui… trois jours de cadeaux**, et après, allez lui expliquer que c’est une seule journée !)

* Et là j’entends la toute petite voix qui demande : « c’est quoi lag ? »
Eh bien, toute petite voix, figure-toi que « lag » est un vocable de gamer signifiant que ta connexion, elle est toute molle et que ça te  pourrit ton jeu tout simplement. Oui en effet, on ne parle pas de jeu là mais c’est pareil, c’est lent quand même.

** Et encore : à l’école, le maître regroupe tous les anniversaires du mois en une seule journée et ce n’est pas encore passé.

En bronze

Bien sûr vous étiez tous scotchés à votre écran hier soir pour voir la (difficile) victoire de l’équipe de France face au Lituaniens. Vous savez donc déjà tous que la France est, ce soir, médaillée de bronze à la Coupe du Monde de basket masculin.

Sans surprise, les États-Unis remportent l’or. Tellement sans surprise qu’à la fin du 3° quart-temps, ils étaient déjà marqués victorieux sur le wiki pour l’année 2014.

Bref, tout ça pour dire que : vous voyez bien qu’il fallait faire confiance à nos petits Frenchies – même sans Parker – parce que l’air de rien, ça reste leur meilleur classement au Coupe du Monde de toute l’histoire de l’équipe de France masculine de basket.

Cette année encore, l’équipe a révélé des éléments inattendus : Joffrey Lauvergne en particulier, intégré à l’équipe l’an passé pour l’Euro et resté très discret et Rudy Gobert. Thomas Heurtel et Evan Fournier ont aussi largement fait leurs preuves et se sont rendus indispensables sur le parquet.

La France en bronzeUne pensée à ceux qui ont eu le courage de renoncer à cette coupe du monde :

  • Parker bien sûr, qu’il est difficile de blâmer après avoir répondu présent tous les étés pendant 13 ans
  • et Ajinça qui s’est presque fait huer d’avoir préféré rester auprès de sa parturiente de femme. J’ai honte pour tous ceux qui ont osé le critiquer, et que je me permets de féliciter au passage.

Et rendons à Collet ce qui revient à Collet : l’équipe de France ne cesse de monter en puissance depuis qu’il a pris le poste de sélectionneur en 2009. Alors… à quand la médaille d’or ?

Alors ? Cette première semaine ?

Ben le bilan de cette première semaine est assez mitigé.

Après une petite baisse de moral jeudi, Gussette est plutôt enchantée (mais quand même crevée) par ses journées d’école. On arrive presque à lui tirer les vers du nez sur un truc ou deux (hier elle a mangé des carottes avec des petits pois à la cantine et on a obtenu UN prénom de copine par exemple) mais faut poser les bonnes questions au bon moment quand même.

Finalement le stress de la rentrée c’est ça : que fait ma fille en ce moment ? est-ce que ça se passe bien ? est-ce qu’elle s’intègre ? comment réagit-elle à ce changement ? Vous n’aurez juste aucune réponse : l’enfant ne pipe mot et pour avoir une conversation avec l’instit’, faut réussir à le coincer discrétos dans un couloir… Bon excusez-moi mais je respecte mon mariage et celui du maître donc non… On attendra qu’il vienne accompagner ses gamins à la médiathèque pour en savoir plus… ou pas. Même à la réunion de rentrée je n’ai rien pu savoir, j’ai fini par partir avant la fin après avoir obtenu une info ou deux intéressantes sur la journée type des enfants et m’être arrachée les cheveux à entendre les autres parents.

Bon bref, donc à l’issue de cette première semaine, je suis une maman comblée de voir sa fille

  • réclamer à se déshabiller toute seule,
  • à réussir à le faire, t-shirt compris,
  • à prendre sa douche seule,
  • à se rhabiller seule (avec un petit coup de main pour enfiler l’encolure du t-shirt quand même).

Je suis joie.

Et à l’issue de cette première semaine, nous avons déjà constaté la disparition d’un sac de change complet et d’une tétine accompagnée de sa boite. La scolarité de Gussette commence bien, avec un bilan hebdomadaire équivalent toutes les semaines pendant 8 ans, ça va nous coûter cher en garde-robe !

Le trac

On m’avait dit que le jour de la rentrée, c’était le jour des larmes. Celles des enfants et celles des parents.

  • Pour l’enfant, j’étais globalement pas trop inquiète, même si la vue d’autres enfants en pleurs pouvait toujours avoir un impact négatif.
  • Pour la mère, j’étais franchement sereine tout en me disant que attention, on ne sait pas si le jour J ne sera pas juste complètement terrible.

Surtout que le copain T. de chez Mme Nounou est allé se fiche dans la classe d’à côté. Depuis le temps qu’on disait à Gussette qu’elle irait à l’école avec T… Grumph.

Mais j’ai quand même mis toutes nos chances de notre côté pour que ça fonctionne bien : on a déifié l’école, diabolisé le maître (ah non ça ce n’est pas une bonne idée), lu des histoires, expliqué comment ça se passait, on a été voir l’école ensemble pendant l’été et on a gardé l’option « Nounou »* après la classe pour une transition tout en douceur…

Et puis hier matin, à 8h30, au lieu de pioncer tranquillou vu que ma fille écrasait son oreiller méchamment, j’ai commencé à flipper : est-ce que j’ai bien prévu ça ? et ça est-ce que c’est OK ? holala, le cartable qui n’est pas encore prêt, je vais oublier un truc, c’est sûr ! C’est vite passé, Gussette m’a fait une journée monstrueuse : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusqu’à ce matin.

On m’a dit que je devais pleurer, pas avoir le trac comme si je passais un examen. Alors pourquoi le trac, sachant que je ne suis pas inquiète pour ma fille outre mesure ? Bonne question, merci de l’avoir posée.

Gussette était ravie d’être à l’école, y’avait plein de livres, plein de jeux, plein de trucs à faire. On a fait connaissance avec le maître et avec l’ATSEM qui est toute gentille et toute jeunette. Avec Papa, on a fini par se sentir de trop et on est parti avec un bisou. Je pense que ça ira mieux ce soir quand je la récupèrerai chez Mme Nounou et qu’elle me racontera sa journée de façon aussi chaotique que d’habitude. Là tout de suite maintenant, je viens juste de me rappeler que j’ai oublié de prévenir le maître que la propreté à la sieste, c’était encore périlleux…

* Mme Nounou a des places de libre. Vous habitez Lacanau ? Vous cherchez un mode de garde souple et rassurant pour votre enfant ? Contactez-moi !