Sand story

Cet hiver, Gogol a fait une mise à jour des photos satellites de Soulac…

soulac1

soulac2

Un petit air de Rococo

On va zapper un projet couture ou deux (que vous pouvez quand même apercevoir sur instant-gramme) pour passer direct à ma dernière prouesse. Ça faisait un petit moment que ça trainait sur mon bureau, puis sur ma table d’atelier*, mais certainement pas dans ma machine. Il s’agit d’un patron japonais emprunté à la médiathèque à la rentrée.

Et là, normalement ça devrait vous faire deux tilts.

  • « Hein ? Y’a des patrons de couture à la médiathèque ?« 

Haha ! Vous n’y aviez pas pensé à celle-là hein ? Bon, j’avoue : moi non plus, jusqu’à ce que je vole l’idée à la médiathèque de Saint-Médard. Donc oui, vous pouvez toujours aller jeter un œil dans la bibliothèque près de chez vous, ils y auront peut-être pensé aussi : les systèmes de patrons japonais permettent très facilement d’allier les contraintes d’un prêt public et des patrons individuels.

  • « Hein ? Tu as cousu d’après patron ?« 

Celle-là je la dois à ma mère : « Ce dois être la première fois que tu utilises un patron !« 

Rhô la méchante, c’est même pas vrai ! Mais j’avoue que ça ne m’était pas arrivé depuis longtemps… L’occasion en tous cas de me rendre compte que ces gens n’ont pas le sens pratique. Comme d’habitude, je n’en ai fait qu’à ma tête.

Bref, trêve de bavardages, voilà voilà, ça vient :

Il s’agit de la blouse B2 de Couture au féminin que j’ai quand même personnalisée un peu, mais qui garde un esprit rococo peu habituel chez moi (ce qui a un peu perturbé le Jérôme semble-t-il…) :

Devant
Devant
Dos
Dos

En fait, le plus long a été de trouver de la dentelle qui me plaisait et de trouver un tissu contrastant avec le bon tombé. Pour la confection j’ai juste profité d’une VRAIE journée de congé (Gussette chez Mme Nounou)… Je pensais même pas qu’il était possible de faire un projet couture aussi complexe en une journée. Ben sans enfant, c’est possible !!!

Admirez les détails :

De la dentelle sur les manches
De la dentelle sur les manches
De la dentelle sur le col
De la dentelle sur le col
De la dentelle en bas
De la dentelle en bas
Et des petits boutons dans le dos
Et des petits boutons dans le dos

Des pougnacs, il y en a assez peu. Je suis moi-même surprise en fait !

  • On commence par l’application manquée du biais sur la fente que vous pouvez observer juste au-dessus. Du coup  ça fait des petits plis qui ne font pas partie du plan d’action initial.
  • Quelques petits ratés sur la couture de la dentelle du col

IMG_20140423_113756

  • Et une vue intérieure pas super glamour

IMG_20140423_113843

Bref, que des choses qui passent globalement inaperçues quoi…

Et portés, qu’est-ce que ça donne ?

Ça donne que je peux la porter comme je veux, sois j’assume jusqu’au bout, soit je la joue soft :

porté

Au fait, je vous ai déjà dit que j’adorais les blouses raglan ?

* Hé oui, pour les fêtes, j’ai eu une buanderie en état ! Ou presque, je dois encore me débarrasser de la tour de CD qui squatte et il faudrait aussi équiper les murs d’une étagère, mais d’un coup ça a bien pris forme. J’ai maintenant un vrai placard dans lequel j’ai pu ranger entasser mon bazar, une table de travail bien grande et j’ai gardé la vieille table en formica pour y mettre les machines à coudre. Et hop, voilà comment on passe un article trop à la bourre dans une astérisque !

Le lit de grande

Ça fait plusieurs mois qu’on fomente ça avec Jérôme : installer Gussette dans un lit de grande. Mais vu que le seul jour qu’on a en commun pour faire des courses, c’est le dimanche (pas le pied pour faire les courses vous noterez…) ben la visite chez le Suédois a un chtit peu attendu mes congés. La douillette trop petite aussi.

Alors voilà, hier après-midi, j’ai lâchement abandonné les collègues, et avec Jérôme, nous avons franchi le pas : nous avons choisi un lit de grande pour Gussette. Un lit de très grande même, parce qu’on ne va pas changer 20 fois de lit. Et des barrières pour pas qu’elle tombe la pitchoune, parce qu’elle a beau avoir 2 ans 1/2 (et être inscrite à l’école, ça y est), elle continue à bouger énormément la nuit. D’ailleurs je me demande bien comment on fera pour la retrouver dans sa couette le matin !

Nous n’avons pas monté le lit tout de suite, par manque de temps, nous avons donc remis ça à ce matin. Enfin en vrai, c’est Jérôme qui s’y est collé. L’expérience montre que quand on monte du Suédois, vaut mieux le faire tout seul sinon ça donne rapidement ça. Et comme j’ai été réquisitionnée pour péter des portails, ben je me suis aussi retrouvée dans l’équipe des « courses » et Jérôme dans l’équipe « lit »*.

Mais en rentrant des courses, Jérôme m’a fièrement annoncé qu’il manquait une pièce indispensable sur le pied du lit. Faut retourner chez le Suédois. Un samedi. 100 bornes pour le plaisir. Ben c’est parti.

Gussette a fait la sieste dans le lit-parapluie et Maman est partie changer le pied du lit.

Alors au passage, chapeau le Suédois : le SAV est quand même super au poil. Je ne m’en rends compte que maintenant, mais à la réflexion, ils ont toujours été efficaces en fait. Mais pour m’en rendre compte vraiment, il a fallu que j’arrive avec un pied de lit tout seul sans son paquet un samedi après-midi quand même. Bon, le côté moins cool, c’est que du coup j’ai attendu deux fois plus longtemps au retrait de marchandise après. Là c’est moins chouette.

Bref, après un aller Lacanau-Bordeaux, un passage express au SAV, un passage à rallonge au retrait de marchandise et un retour Bordeaux-Lacanau, je suis finalement arrivée en héroïne avec un pied de lit impeccable.

Et Jérôme a pu reprendre sa séance de bricolage au réveil de la puce. Excitée comme une puce, la puce. Ah on le saura que Papa monte le lit de grande ! Les jouets de Gussette n’ont pas beaucoup vu la lumière du jour aujourd’hui ! Et le lit a juste mis deux fois plus de temps pour se monter du coup.

Mais enfin ça y est, ce soir, le lit de grande est monté. Gussette et Papa l’on essayé, ça a l’air pas mal du tout.

Le lit de grande

Gussette voulait même se coucher sans manger dites donc ! Et à peine le repas fini, elle réclamait le lit, c’est dire !!!

Bon ben 1/4h après, y’a un « toc toc » qui est sorti de la porte de sa chambre.

Et un fou rire de la bouche de Papa et Maman aussi. Pas au point la crédibilité des parents…

 

* Chez nous, on fait des équipes de 1.

Quelque chose de pourri au Pays des Jouets

Un jour (un jeudi), Oui-Oui prend son petit taxi jaune pour se rendre à Miniville. Il compte bien y rester pour la soirée et stationne donc son petit taxi jaune près du boulot : un endroit tranquille où il sait pouvoir trouver des places en récupérant facilement le tram. Il passe une très bonne soirée, mais de retour à son petit taxi jaune, il s’aperçoit que la voiture de Sournois est garée derrière (devant une porte de garage, donc en stationnement interdit) et encastrée dans sa boule de remorque. Ne voyant pas Sournois à l’horizon et ayant hâte de retrouver sa petite maison, Oui-Oui décide que tant pis, il va partir quand même. Ça tombe plutôt bien, il ne provoque pas de gros dégâts ce faisant : le pare-choc de la voiture de Sournois est juste un peu déboité, rien de bien grave.

C’est sans compter sur la sournoiserie de Sournois qui a pris soin de relever le numéro de plaque d’immatriculation. Un mois plus tard, Oui-Oui reçoit un courrier de l’assurance de Sournois lui demandant réparation pour un accident survenu un samedi. Justement, ce samedi-là, la voiture de Mirou l’oursonne était en panne et elle avait emprunté le petit taxi jaune de Oui-Oui. Pourtant, elle jure ne pas avoir eu d’accident ni de quelconque accrochage ce jour-là. Oui-Oui le signale à sa propre assurance qui lui demande de rédiger une attestation sur l’honneur qu’il n’a pas eu d’accident :
« Promis Monsieur Oui-Oui, on s’occupe de tout.« 

L’affaire semble en effet s’être arrêtée là mais un an plus tard, Monsieur le Gendarme vient frapper à la porte de Oui-Oui pour un accident survenu toujours à la même période, mais cette fois un mercredi soir à 2h du matin. Pourtant Oui-Oui est très sage, il ne rentre jamais après minuit ! Mais même si l’accusation est très brève et inexacte, il s’agit bien de l’incident avec la voiture de Sournois !

Monsieur le Gendarme prend quand même la déposition de Oui-Oui, très complète et très détaillée. Il lui donne une convocation pour le tribunal pénal et jure qu’il n’aura pas plus qu’une petite amende pour délit de fuite.
« Sinon, je pose ma démission !« 

Pendant ce temps, Oui-Oui ne chôme pas car il n’a pas envie d’être accusé de quelque chose qu’il n’a pas fait. Il rappelle son assurance qui reprend contact avec l’assurance de Sournois. Moins d’une semaine avant la convocation au tribunal, l’affaire est enfin réglée : l’assurance de Oui-Oui verse 1200€ forfaitaires pour remplacer le pare-choc*. Mais Sournois n’a pas retiré sa plainte pour autant et Oui-Oui doit quand même perdre une matinée de travail pour aller au tribunal.

Monsieur le Gendarme va pouvoir poser sa démission, car Oui-Oui est condamné à 322€ d’amende** et à deux mois de suspension de permis. Ce qui est très embêtant car il habite très loin de Miniville et qu’il doit aller à son travail deux jours par semaine quand même…

Merci la justice ! Le Pays des Jouets est un beau pays !

La morale de cette pauvre histoire : Oui-Oui va devenir un peu plus con peut-être… Et il conseille à la prochaine victime de Sournois d’appeler la fourrière au lieu de partir bêtement sans rien dire.

* Avec ça, Sournois aura pu s’offrir un pare-choc en or !

** Ou en rubis même tiens…