Des tissus, des tissus…

Mais seulement des tissus au grand dam de Jérôme qui me voit en acheter des tonnes régulièrement, et puis encore une autre tonne et enco…

« Eh mais t’as même pas utilisé le tissu que tu a acheté la dernière fois !« 

Oui j’avoue.

Mais voilà, en janvier, je suis tombée sur les soldes d’un site de vente de tissu déjà carrément pas cher.

CIMG5257Une polaire double face parce que j’ai bien envie de me faire la même cape que Gussette, un assortiment énorme de fermetures éclairs parce que c’est le genre de truc qu’il manque toujours, un PUL blanc parce qu’on n’en trouve QUE sur Internet, une polaire à très gros carreaux grise, un lainage à motifs, un jersey quadrillé parce qu’ils n’étaient vraiment pas chers du tout du tout mais pour lesquels je n’ai aucune idée.

Et à la réception, j’ai été un brin scotchée.

D’abord le colis est arrivé pile poil le jour dit, et ça, ça ne m’arrive pas souvent déjà, et ensuite parce qu’au déballage, je me suis rendue compte que les tissus étaient BÔÔÔÔÔ ! Ce à quoi je ne m’attendais pas vraiment vu les prix pratiqués !

Bon alors depuis janvier, on a eu le temps de voir venir hein, alors qu’est-il advenu de tout ce bô tissu ?

La réponse est : ben rien.

J’ai toujours pour projet de faire ma cape (d’ailleurs je viens de trouver un biais très chouette qui ira à merveille avec ces coloris), mon auguste génitrice m’a suggéré de faire un poncho avec le lainage (je commence à fomenter quelques idées), j’hésite toujours pour le jersey, et je n’ai pas la moindre idée pour la polaire.

Alors n’en déplaise à Jérôme, je vais continuer à faire du stock de tissu, les idées viendront en leur temps !

(Je précise d’ailleurs que je me suis violemment retenue il y a à peine un mois, et je n’ai pas craqué !!!*)

* Ce n’est qu’une question de temps

Dédicace aux professionnels du livre

C’est Jules Renard qui l’a dite :

Le métier des Lettres est tout de même le seul où l’on puisse, sans ridicule, ne pas gagner d’argent.

Petite Lutine

Au début de l’hiver (on régresse là, mais en fait non, j’ai pris les photos cette semaine alors ça va), j’ai été visiter un nouveau magasin de tissus qui a ouvert à Saint-Médard-en-Jalles et grand mal m’en a pris puisque j’ai explosé mon portefeuille. Je suis tombée sur des tissus trop trop chouettes à prix très très corrects. Dans le tas, il y avait notamment une polaire double face et un imprimé adorable (que vous avez déjà admiré sur le sac à doudou de Glü). On prend le tout, on secoue bien fort et ça donne ça :

CIMG5387
Hein qu’elle est trop belle ma puce comme ça ?

CIMG5389

Pour la cape lutine, j’ai pris la base ici, avec une arrangement ou deux puisqu’avec une polaire double face, je voulais limiter les coutures au maximum, et en même temps mettre en valeur les deux faces du tissu. J’ai donc fais la cape d’un seul tenant, seule la capuche est cousue, et j’ai fait le dos plus long que le devant.

CIMG5411-b

Notez au passage que j’ai passé le cap : j’ai utilisé une surjeteuse !!! Bon comme je n’ai pas fait les 12 années de formation diplômante, le résultat est parfois aléatoire, comme en témoigne le t-shirt que j’ai fait pour Gussette ce week-end, mais là, les réglages ont été fait par Madame Mère, donc les coutures sont impec’.

L’ensemble est bordé d’un biais taillé dans le fameux coton imprimé, et l’encolure est fermée d’un bouton à recouvrir (faut que j’aille à Bordeaux en racheter des métalliques, celui-ci est en plastoc, et c’est tout pourrite), et j’ai enfin refait la boutonnière avec une boutonnière passepoilée. Ma première. Pas grandiose mais c’est mieux qu’avant.CIMG5392

J’ai fermé les « manches » avec un point de couture pour que l’ensemble tienne à peu près en place sur une Gussette qui bouge, et franchement, ça marche du tonnerre. Et le détail qui tue :

On le retrouve aussi sur le bonnet
On le retrouve aussi sur le bonnet

Pour faire un bel ensemble, j’ai également fait une écharpe (un peu courte), un bonnet, inspiré d’un modèle d’un célèbre magasin de sport qui vend des thons super fastoche (on peut voir grosso modo la technique sur la photo du cahier. Si ça intéresse quelqu’un, je peux facilement expliquer, c’est vraiment très simple) et des moufles trouvées ici (une catastrophe).

CIMG5388-bCIMG5401Les pougnacs :

Il n’y en a pas trop sur la cape elle-même.

  • L’encolure est un peu trop large (en ce moment, je ferme l’écharpe par-dessus, ça tient bien l’ensemble mais c’est moins gracieux), j’ai sous-estimé les capacités élastiques de la polaire…
  • Je ne sais toujours pas fermer correctement un biais…
  • La boutonnière passepoilée a gardé quasiment tous ses secrets pour elle, je n’en ai pas percé beaucoup franchement…

Sur le bonnet, la couture déborde un peu par en bas. Ça ne se voit pas trop une fois porté.

Les moufles par contre, c’est une véritable cata :

  • J’ai du refaire 3 fois chaque couture au pouce
  • La bordure au bras n’est pas droite (et je ne sais pas fermer un biais, souvenez-vous)
  • La coulisse au poignet est euh… hum… joker !!!

CIMG5402

  • Pour bien finir, les pouces de la Gussette restent rarement en place plus de 10 secondes d’affilée. Heureusement, l’hiver n’a pas été trop rude, les moufles sont restées au fond du sac !

Enfin dans tous les cas cet hiver, Gussette a fait des ravages avec sa petite cape. Tout le monde a craqué. Moi la première. D’ailleurs j’envisage de m’en faire une aussi !!!