They are the Champions

Bon c’est pas un scoop hein, vous êtes déjà tous au courant (ou alors vous habitez en Patagonie) : l’équipe de France de Basket est championne d’Europe. Je ne me voyais pas le zapper ici, mais en même temps je ne voyais pas comment en parler. L’idée de Jérôme : ce que je retiens du match.

Et ça tombe bien, je ne suis pas la seule à l’avoir retenu, ce qui fait que je peux même vous le montrer :

LE TROIS POINTS HALLUCINÉ D’ANTOINE DIOT à 9m du panier et à moins d’une seconde de la fin du deuxième quart-temps !

Ah si et au fait, c’est officiel (et ça c’est un scoop) : Vincent Collet SAIT sourire 😛

Gussethon : deuxième étape

Dimanche 18 septembre 2011, avec un bidon tout rond et un bébé qui ne voulait pas sortir, je profitais de mes derniers instants de liberté : le lendemain matin à 8h, je rentrais à la maternité pour un déclenchement. Fallait bien se consoler, et justement, la France s’était qualifiée pour la finale de l’Euro Basket. Une superbe finale France-Espagne qui a permis à l’équipe de Bobo de décrocher l’argent mais guère plus.

Et ce soir, pour les deux ans de ma Gussette, ils l’ont fait : les Bleus ont battus l’Espagne !!! Si ça c’est pas un beau cadeau ?! Bon d’accord, elle n’en a rien à péter. N’empêche que dimanche, l’équipe de France sera à nouveau en finale de l’Euro, et que cette fois, elle a éliminé l’Espagne avant.

\\o DANSE DE LA JOIE ! o//

Bon alors oui c’est vrai, le sujet du jour, ce n’est pas la demi-finale.

Le sujet du jour, c’est que ma Gussette aujourd’hui, elle a eu ses deux derniers vaccins d’une vilaine série de 2 ans, et que le prochain devrait être en 2018.

Le sujet du jour, c’est qu’aujourd’hui, sur son carnet de santé, ma Gussette a fait un bond de 5cm et 1kg en 3 mois.

Le sujet du jour, c’est qu’aujourd’hui ma Gussette a soufflé deux fois sa bougie comme une grande (chez Mme Nounou et à la maison), qu’elle a déballé ses cadeaux et qu’elle ne voulait plus se coucher, qu’elle a reçu des bisous de tout le monde et qu’elle en a même fait par téléphone à ses grands-parents et à son arrière (un miracle ne vient jamais seul).

Deuxième étape du Gussethon : check !

France-Lettonie

Hier soir, l’équipe de France de Basket a montré à l’univers en général et à la Lettonie en particulier qu’elle n’avait pas que des noms, que ses joueurs étaient aussi des hommes*.

* Pour l’anecdote, le coach letton – Ainars Bagatskis de son petit nom – avait dit avant le match : « Bien sûr, les Français sont favoris parce qu’ils ont des noms. Mais le Basket c’est 5 contre 5 et nous sommes des hommes. » (« Of course the French are the favourites because they have the names. But basketball is five on five and we are humans. » pour la VO). Bon accessoirement je me marre, parce qu’une grosse partie de nos « noms » sont absents de cet Euro…

Vous reprendrez bien un peu d’Euro ?

Ahahah, non non, je ne vous propose pas de gagner au loto ou de subventionner vos projets de carrière (faudrait déjà que je commence par ma pomme dans les deux cas).

C’est juste pour vous rappeler que vous m’oubliez quelques temps là.

Pour les mêmes raisons qu’il y a deux ans au même moment.

Non je ne parle pas de mon accouchement.

Mais enfin, vous n’êtes vraiment au courant de rien ?

Bon allez un indice : il s’agit de sport.

Un autre indice : je ne supporte toujours pas le foot.

Bon je vous crache le nom du dernier indice : Tony Parker

Oui ? Ca y est ?

Bon ben voilà, c’est l’Euro de Basket, alors les soirées à la maison sont un peu sacrifiées. K.BD part aux oubliettes, Arkhan aussi (ah mais c’était déjà le cas en fait), et pour le ménage, on remerciera Astro de faire le minimum requis à notre place.

Bref, on se retrouve à la fin du mois, avec sans doute un temps mort pour le Gussethon 2013 (ah tiens, le planning de l’Euro 2013 est légèrement décalé par rapport à l’Euro 2011).

Allez les Bleus !

Des albums à découvrir

Till the cat propose de découvrir une petite maison d’édition jeunesse, Les fourmis rouges, avec des graphismes vraiment chouettes. Et comme j’aime bien les éditeurs indépendants, même si j’ai participé au concours pour en gagner, ben je vous file le lien pour que vous participiez zaussi !

Et merci à Sonic d’être plus attentive au web que moi… Et à Jérôme de m’avoir forcé à allumer mon PC aujourd’hui.

Bretagne or not Bretagne

On ne sera pas resté bien longtemps en Bretagne, mais on peut dire qu’on en aura fait le tour : Nantes – Rennes – Fougères – Rennes – Saint-Brieuc – Morlaix – Brest – Quimper – Vannes – Nantes. En route nationale. On a ainsi pu visiter les routes paumées près de Fougères (mais pas le château de Mélusine), le KFC de Saint-Brieuc et la mairie de Brest. C’est formidablement beau la Bretagne !*

Bon, mis à part les classiques (les vagues qui explosent sur les phares, les collines** bucoliques, les forêts magiques, les légendes féériques et les binious des Fest-Noz), on peut dire que la Bretagne est vraiment chouette pour rouler dedans. Elle est gratuite. Si si. Aller à Brest depuis Bordeaux coûte autant en péage que d’aller à Toulouse. 700 bornes au même prix que 300km, la mer en plus et le soleil en moins ! Et pis c’est pas des routes toutes pourrites hein, ce sont des grosses nationales presque comme des autoroutes. Ça donnerait presque envie d’y passer toutes ses vacances !

Presque. Y’a aussi des inconvénients à la Bretagne. Et ça fait partie des clichés. Il y fait VRAIMENT humide, même quand il fait beau. Deux victimes à la maison. Jérôme n’en fait pas partie évidemment, c’est toujours les mêmes qui trinquent…

* lol

** Pardon, le « Massif » Armoricain est composé de montagnes. De très vieilles montagnes. Très plates donc.