Couture nature (3)

Troisième et dernier volet d’un chapitre consacré à mes créations couturesque pour le mariage des Chiwis, vu que ça y est, j’ai récupéré les photos de ma Môman.

A l’origine, j’avais pensé acheter cette tenue en vert pour moi, mais je voulais quand même savoir si l’assortiment de couleurs me plairait avant de faire péter la carte bleue. J’ai donc contacté la boutique un mois avant. Deux relances téléphoniques et une tempête de neige plus tard (la tunique était dans l’entrepôt et donc nécessitait un déplacement), j’ai reçu la photo… à 3 jours du mariage. Je vous laisse imaginer qu’il m’a fallu me retourner avant, et même suffisamment tôt, vu que je l’ai terminée la veille du mariage à 23h30… Mais moi, elle me plaisait bien cette tunique, je me suis donc plus ou moins inspirée de la coupe, j’ai traficoté sur mes bouts de papiers en farfouillant dans mes tissus. C’est-à-dire qu’une fois de plus, il allait falloir gérer avec mes stocks*… Heureusement que j’avais 2 grands coupons de jersey vert et jaune. Sauf que le jersey, c’est un peu particulier comme tissu, et ça me faisait plutôt flipper. Bref, voilà un aperçu de mes idées.

Les études
Les études

Au final, même si j’ai gardé l’idée générale, j’ai changé la fleur de ginko par un gecko (c’est presque pareil !) après avoir envisagé un Totoro, histoire de varier un peu les plaisirs. Bon comme je disais plus haut, le tissu jersey me faisait un peu flipper alors juste pour rigoler un peu plus, j’ai fait des appliqués de jersey sur du jersey… youpi ! Donc le petit gecko jaune, j’ai pas eu trop trop le choix, je l’ai fait à la main (dans la voiture en panne à 10 bornes de Poitiers notamment). Le grand vert, ça a été un peu plus zen, d’autant que le sarouel n’est pas en jersey, lui !

Pour la tunique, j’ai récupéré sur papier la coupe d’un T-Shirt que j’aime bien et je l’ai amélioré selon mes désidératas. Le sarouel n’est ni plus ni moins qu’un modèle de Valérie Roy, un peu amélioré parce que je suis trop grande et que ça ne rentrait pas dans la coupon de tissu.

Et voici le résultat en images !

La tunique
La tunique
Gecko-jaune
L’appliqué de la tunique
Le sarouel
Le sarouel
L'appliqué du sarouel
L’appliqué du sarouel
The star...
The star…

Évidemment, il y a aussi les pougnacs.

D’abord le col. Au lieu d’assembler les pièces du col puis de le monter sur la tunique, j’ai fait l’inverse. L’idée était stupide.

Pougnac au col
Voilà ce que ça donne… :/

Et bien sûr, comme j’ai cousu mon jersey à la machine à coudre (vu que je n’ai pas de surjeteuse), ben chaque fois que j’enlève la tunique, j’ai une couture qui craque. Autant dire que je commence à sérieusement réfléchir à la proposition de ma mère qui souhaite se débarrasser de son ancienne surjeteuse… Ça va me demander 16 ans et 3 formations diplômantes pour réussir à dompter la bête (non je ne suis pas Marseillaise).

Mais quand même y’a du neuf pour cette série de « couture nature ». C’est la première fois que je termine quelque chose (créé sans patron)  en me disant « Chouette, ça donne l’effet que je voulais et c’est à la bonne taille : je vais pouvoir le remettre ». Unbelievable !

* Le problème quand on habite loin de la ville, c’est que le déplacement demande un effort considérable !

Publicités

5 réflexions au sujet de « Couture nature (3) »

  1. C’est chouaytte !
    Pour le jersey à la machine, point zig-zag, ou point jersey si ta machine en a un (ça ait un ou deux points droits, puis un point déporté sur le côté, puis ça revient droit… __//__//__ comme ça quoi). La surjeteuse c’est pas siiiiii compliqué (dit la fille qui a acheté une Babylock pour pas avoir à comprendre l’enfilage).

  2. Sympatoche ce sarouel ! Il faut vraiment que je m’attaque à l’apprentissage de ma machine (est-ce que ça fait 5 ans que je dis ça ? moui, je pense que c’est à peu près ça^^) !
    Pour le jersey, je note les points, justement j’avais dans l’idée de me faire un petit haut au col bénitier en viscose bien souple…

    1. Pour commencer à dresser ta machine à coudre, je ne te conseille pas vraiment de commencer par du jersey.
      Pour le jersey, déjà il faut utiliser une aiguille spéciale « jersey » ou « stretch », ramollir la tension du fil supérieur, et utiliser un point droit pas trop court. Si tu veux utiliser un point zigzag, ma machine a un point « élastique » que j’ai utilisé pour certaines coutures, mais je trouve qu’une fois porté, le vêtement n’a pas une belle finition à ces endroits-là.
      Ensuite, il ne faut surtout pas tirer sur le tissu au moment de la couture : outre que ton tissu ne va pas aimer être constamment sous tension, il va gondoler au niveau de la couture (ça le fait un peu sur l’appliqué de la tunique… comme je l’ai fait à la main, je n’ai pas été très régulière) et ça fait très très moche.
      Franchement, pour apprendre à utiliser une machine, commence plutôt par une jupe toute simple en popeline…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s