France Gall remise au goût du jour

Qui a eu cette idée folle un jour d’inventer les changements d’heure ?

Bon c’est vrai que pendant mes 30 premières années de vie, j’ai apprécié le passage à l’heure d’hiver. Quel plaisir, chaque année, de dormir une heure de plus !

Bon, l’an dernier j’ai oublié. Et cette année aussi. De toutes façons, avec un enfant, le plaisir de dormir une heure de plus, vous l’oubliez. Parce que chez un enfant, l’heure c’est l’heure. Grattez-vous pour la grasse mat’. Dommage, parce que là en prime, j’ai été malade toute la nuit, et j’en aurais bien profité un peu de mon rab de sommeil… Idem hier matin. Nuit relativement un poil plus reposante, mais pas enchanteresse non plus. Bon, il me reste ma semaine de boulot pour profiter de mon rab de sommeil, mais je ne suis pas certaine de l’apprécier à sa juste valeur du coup.

Non vraiment, le passage à l’heure d’hiver, c’est sympa quand on est jeune, et qu’on fait la fête jusqu’à pas d’heure la veille, mais après, c’est très surfait hein.

Bon, en attendant, j’assume une Gussette grognon qui, en plus de ne pas apprécier le décalage (c’est Mme Nounou qui va rire le soir cette semaine…) couve un truc. J’attends de savoir de quoi il retourne avec appréhension…

Aujourd’hui un clip pourri : Ce matin, un lapin

Non je ne suis pas devenue complètement gaga à force de m’occuper de Gussette. Quoique… Je ne peux oublier le jour où ma collègue m’a surprise en train de chantonner une comptine qui ne me sortait pas de la tête… « HOULA ! Écoutez ça, Angélique, elle a craqué !!! « 

Non mais cette fois, ce n’est pas ma faute, c’est celle de Jérôme. Oui. Encore lui.

Personne ici n’a oublié les épiques pestacles de Chantal Goya hein ? La minette qui, à 70 balais, se promène encore en petite robe rose avec une pêche d’enfer (et je suis jalouse de sa taille fine, oui, et j’assume).

Ouais non, là, ça va pas, c’est pas le clip officiel. Le clip officiel est juste pire et schtroumpfissime, digne des années 80 avec un joli blue screen et une Chantal Goya toute coincée

Ce n’est pas fini, la semaine prochaine, on reste dans le même registre (la faute à qui hein ?)

Les jeudis pas gentils

Je sais pas vous, mais chez moi, le jeudi, ça a toujours été un jour pourri.

Quand j’étais gamine, c’était le lendemain du mercredi, donc de la reprise des cours. Forcément pas cool du tout.

Quand j’étais étudiante, c’était toujours le jour où tombaient les cours les plus barbants (les secrétariats des UFR devaient sans doute comploter pour rassembler tous les trucs les plus pénibles). Y’a aussi une période où on m’a collé un énorme trou de plusieurs heures entre les cours du matin et ceux de l’après-midi. Qu’à cela ne tienne, j’en ai profité pour aller manger chez ma Mémé bien aimée*, et ça, ça en a sauvé des jeudis !!!

Depuis que je suis entrée dans la vie active, le jeudi, c’est jour de réunion (et là y’a de quoi se tirer une balle) et de déplacements.

Le jeudi, ça aurait pû se contenter d’être MON jour pourri, mais le jeudi, c’est aussi un jour d’air, celui où je devrais avoir +3 lignes à tous mes jets de Ka** donc déjà c’est pas normal, et en plus j’ai constaté (et pas que moi d’ailleurs), que le jeudi :

  • à la médiathèque, on s’ennuie : personne n’est capable de l’expliquer, mais voilà, c’est comme ça, les stats de fréquentation du jeudi pousseraient un poisson rouge à se suicider de lassitude (c’est dire !)
  • aux activités c’est encore pire. A la gym, tous les cours sont blindés. Sauf à celui du jeudi.
    Fréquentation moyenne : 3 personnes par cours. Il est arrivé que la prof se retrouve seule…

Et v’là ti pas que l’aut’ jour, Mme Nounou me sort que de toutes façons, elle le sait, le jeudi, Gussette est TOUJOURS de mauvais poil. CQFD.

Alors voilà, moi je suis curieuse de savoir : un sociologue a-t-il pris la peine d’étudier l’étrange phénomène du jeudi pas gentil ? J’aimerais bien comprendre ce qui cloche…

* Une grosse pensée pour elle. Ça fera 9 ans dans 2 semaines qu’elle aura quitté nos vies…

** Pardon, je dévie

Aujourd’hui un clip pourri : Stach stach

On poursuit avec la liste Jérôme, et Jérôme jusqu’au bout puisqu’il s’agit aussi de son titre fétiche, celui qui lui a permis, en dansant dessus sur un comptoir, de gagner un T-shirt aux couleurs d’une marque d’alcool que chez nous on l’aime-on-en-boirait-des-tonneaux-à-se-rouler-par-terre-le-soir-dans-le-bistrot.

Les personnes présentes au mariage se souviendront qu’elles ont voulu faire un clin d’œil au Marié en lui faisant la chorégraphie et qu’il s’est précipité parmi les danseurs pour ne pas être en reste (on sait jamais, il y avait peut-être un T-shirt à gagner, malheureusement, cette fois-ci, point de comptoir).

Bref, voici un petit instant Mickael Young, grand héros de la musique française s’il en est (keuf keuf) et les Bratisla Boys.

Les terres angéliques prospèrent et s’accroissent

Voilà voilà… Je cultive mes terres…

Bon en fait, l’autre jour, ma sœur a exprimé son regret de ne pouvoir partager mes propos sur le Livre des Visages*, parce qu’au lieu de faire comme tout le monde et d’être inscrite sur cette plateforme de l’Enfer, je préfère tenir un blog.

Qu’à cela ne tienne, WordPress (eux, je fais de la pub, je les aime) est formidable, alors je lui ai dit : « WordPress, mon petit oiseau des îles, n’y a-t-il point une solution pour satisfaire ma fratrie sans pour autant me corrompre ?« . Et lui il m’a répondu « Mais si regarde, je te mets l’icône du Livre des Visages en bas de tes articles. Tes fans pourront ainsi en importer le contenu sur leur mur sans que tu aies besoin de t’inscrire au Livre des Visages« . Ce à quoi j’ai conclu par « Farpait, je savais que tu étais génial ! Dans ce cas, ajoute aussi quelques autres réseaux sociaux, y’a pas de raison que je leur face fasse de la pub à eux et pas aux autres. Pis d’ailleurs, moi chuis sur Gogol+**« .

Et puis après, je me suis dit qu’il manquait une présentation de ma pomme pour les gens qui ne me connaissent pas et qui tombent ici (il semble qu’il y en ait), alors je me suis attelée à la Tache (la pôvre).

* Non je ne mettrai pas de lien, faudrait voir à pas trop abuser non plus

** Oui bon, faut le dire vite

Aujourd’hui un clip pourri : Y’a du soleil et des nanas

Houlà attention c’est du lourd. Normal, c’est la série Jérôme* !!!

A mi-chemin entre la vidéo amateur et la pub pour le Club Med, GO Culture** a remixé dans les années 90 la célèbre chanson des Bronzés. Elle est désormais aussi connue que la chanson initiale. Mais le groupe aurait pu s’offrir une agence professionnelle pour la création du clip quand même…

* Ne sous-estimez pas la sous-culture de ce garçon, elle est énorme !

** Rien que le nom du groupe devrait vous mettre la puce à l’oreille

La contrebasse monte à Paris

Souvenez-vous, il y a quelques temps années (j’étais encore free-child à l’époque), je vous avais déjà parlé de La Contrebasse de Süskind, mise en scène par Stéphane Alvarez et jouée par l’inimitable Thierry Rémi.

C’est marrant, j’avais alors fait la pub pour le voisinage Canaulais, ne pouvant moi-même re-re-retourner le voir puisque j’étais dans le train pour Paris. Ben justement, cette fois c’est Thierry qui prend le train pour Paris, car il va donner La Contrebasse au Lurcenaire (53 rue Notre-Dame des Champs) du 24 octobre au 2 décembre.

Bientôt, on ne dira plus « Après Jacques Villeret, voici Thierry Rémi dans La Contrebasse » mais « Avant Thierry Rémi, Jacques Villeret avait aussi interprété ce rôle ». Les Parisiens, courrez courrez, parce que la pièce est déjà, en soit, absolument énorme, mais que en plus, Thierry est génialissime ! C’est vraiment un excellent moment à passer, drôle et de qualité.

Pour les dates :

  • à 20h du mardi au samedi
  • à 17h le dimanche jusqu’au 18 novembre inclus
  • à 15h le dimanche à partir du 25 novembre

Pour les tarifs (argh je m’étrangle… c’est ça les prix à Paris pour une soirée un peu culturelle ???) :

  • Plein tarif : 30€
  • Tarif réduit 1 (Séniors + de 60 ans) : 25€
  • Tarif réduit 2 (étudiant – 26 ans) : 15€
  • Tarif enfant (Jusqu’à 12 ans) : 10€

Et pour les réservations :