Langues étrangères

Parfois, quand j’entends ma fille papoter, je me dis que je devrais peut-être me mettre au japonais…

Les enfants malades, à quoi ça sert ?

Pour résumer, ça sert à se reposer.

Ça vous fait rire hein ? Oui bon je l’avoue, ça s’est plutôt bien goupillé mon absence « enfant malade », parce que :

1. Gussette n’avait qu’une otite sans rhume donc un coup de Boboprane© et hop on est tranquille,

2. avec la nuit d’enfer qu’on a passé à courir après médecin et pharmacie, elle a dormi toute la journée,

3. j’en ai profité pour DORMIR aussi (et j’en avais bien besoin),

4. comme elle s’est bien reposée, elle a été toute mignonne et j’ai pu faire plein de choses avec elle à côté : vider quelques cartons (je vous ai dis qu’on était loin d’avoir fini d’emménager ?), faire le ménage, m’occuper du linge, lire, faire une chro pour Ben Dis… (non elle n’est pas en ligne, j’ai pas eu le temps de la terminer, faut pas abuser non plus).

On aurait dit une journée normale de glandouille normale dans une situation normale d’adulte sans enfant normal. Bref, pour une première fois, ça me donnerait presque envie de recommencer, si je ne savais pas que dans une situation habituelle, un enfant malade, c’est l’Enfer sur Terre.

 

 

 

Aujourd’hui un clip pourri : Ievan Polkka

A vous aussi ça doit vous arriver : y’a des musiques, quand vous les entendez, ça ne vous quitte plus le cerveau. Le clip du jour est de celles-là, réfléchissez à deux fois avant de lire la vidéo, c’est moi qui vous le dis. Ou coupez le son éventuellement parce que là, on a une perle aujourd’hui (mais on perd en saveur sans le son quand même).

Ma génitrice dirait que oui mais la version a capella est vachement mieux. Oui mais la version a capella fait nettement moins clip pourri, d’une part, et t’as qu’à pas partir en vacances d’autre part : les absents ont toujours tord !

En finnois, ça donne « Nuapurista kuulu se polokan tahti jalakani pohjii kutkutti »*, c’est juste imprononçable, c’est chanté par Loituma et ça s’appelle Ievan Polkka :

* Garanti avec copié-collé

Gussethon : première étape

Il y a un an jour pour jour, à 10h32 si on en croit l’horloge de la salle d’accouchement (mais de toutes évidences elle n’était pas à l’heure), après bien des péripéties, Gussette sortait la tête de mon euh… mon entre-jambe on va dire…

A cet instant précis, cette petite fille que je n’arrivais pas vraiment à attendre est devenue mon idole. Un coup de foudre qui ne s’est pas encore démenti même si elle me fait parfois tourner en bourrique, même s’il y a eu des périodes trèèèèès compliquées, même si je n’ai pas encore complètement récupéré une vraie vie.

Ce soir, elle soufflera mangera* sa première bougie.

Première étape du Gussethon : check !

* Ça ne peut pas être pire que les chaussures de Maman… D’autant qu’elle a doublé sa denture hier !

 

 

 

Aujourd’hui un clip pourri : Don’t worry be happy

Voilà le premier clip de la série Jérôme.

Nettement moins kitsch que les précédents mais tout aussi déjanté, ce clip est suffisamment fou pour avoir nécessité la participation d’un Robin Williams moustachu.

Ne vous prenez pas le choux, contentez-vous d’être heureux, et observez la merveille !

Les godasses

Depuis quelques temps, ma Gussette n’arrête pas les progrès. Genre fin juillet, Mme Nounou part en vacances. Dans les 48h, la demoiselle se décide à s’asseoir toute seule et dans les jours qui suivent, elle se positionne sur du 4 pattes (mais sans avancer), et rentre bien ses fesses quand on la tient debout. D’ailleurs, j’aurais été Mme Nounou, ça m’aurait grave vexée !

Puis dès le retour de Mme Nounou, la voilà qui se met à gambader à 4 pattes (attention danger !), puis à se hisser sur les genoux. D’ailleurs, j’aurais été sa mère, ça m’aurait grave vexée… Ah ben justement je suis sa mère… Et je m’en schtroumpfe. Mère indigne !

Toute cette période-là, Gussette l’a passée pieds nus parce que 1, les chaussures à sa taille que je possédais restaient rarement plus de 5 minutes à ses pieds, et que 2, il faisait chaud. Mais il parait qu’à ce stade, de toutes façons, pieds nus c’est mieux.

Puis fin août, les matinées se rafraichissant, j’ai commencé à remettre des chaussettes aux pieds de Gussette, et là, Mme Nounou s’est trouvée bien embêtée, parce que la miss glissait quand on la mettait debout.

Ce serait peut-être bien de lui acheter des chaussures là maintenant…
Euh… Ah ?

Or il se trouve que Beau-Papa souhaitait mettre la main à la poche pour les tout-premiers souliers de son unique petite-fille et qu’il avait une affaire en or pour les chaussures d’enfants (vente à l’usine à moitié prix). Donc rendez-vous le lundi à Blanquefort pour acheter de superbes souliers « station debout » avec une semelle souple et qui tient bien la chwille. Bon, Gussette a moyennement apprécié qu’une sombre inconnue s’empare de son pied, mais au final, Maman est trop trop fière de cette première paire de chaussure trop jolie, moderne, en cuir, « pas trop chère » (35€ à -50% ?! Et elles vont durer 3 mois maxi ?! Laissez-moi m’étrangler !) et financées par le porte-feuille grand-parental*.

Jolies, modernes, en cuir et… « pas trop chères »
Je suis fan de leur côté « steampunk »

Et en fait Gussette aussi, elle en est bien contente. Pour preuve : dans les 3 jours, elle se décidait enfin à décoller son pied du sol pour faire quelques pas (très instables certes, mais quelques pas quand même). Depuis, elle se hisse même toute seule sur ses pieds. Et poursuit ses visites à 4 pattes. Son nouvel objectif : réussir à aller gambader dehors avant que Maman ou Nounou ne s’en aperçoive.

Bon, ses chaussures, elle ne peut plus les enlever d’elle-même, mais elle les dévore toujours autant, et quand on les lui retire, elles occultent soudain toute autre activité. Alors c’est super pratique pour l’occuper quand on lui change la couche (moment d’angoisse s’il en est).

Tout ça pour dire que ce midi, alors que je lui changeais la couche et qu’elle jouait avec ses jolies chaussures en cuir, celles-ci se sont retrouvées projetées par une volonté toute gussettienne dans la bassine de flotte qui se trouvait à côté.

Les jolies chaussures

En cuir

Trop trop belles

J’en pleure toute les larmes de mon corps.

Bon ça va hein, elles vont bien hein, y’a qu’à voir la photo (prise après séchage).

Mais quand même…

Les jolies chaussures…

En cuir…

Trop trop belles…

Non mais vraiment, cette enfant ne respecte RIEN !

*Souvenez-vous, je suis la fashion victim de ma fille

Aujourd’hui un clip pourri : I want to break free

Yann l’avait déjà trouvé, voici le deuxième clip pourri.

Ce n’est pas parce qu’on a marqué le monde de la musique qu’on n’a pas le droit de s’offrir une vidéo qui fait mal aux yeux. Nous (oui « nous », ce n’est pas une vidéo de Jérôme mais c’est lui qui me l’avait montrée à la base, alors on va dire qu’elle est de nous deux) avons le plaisir de vous présenter la libération de la femme version Queen : I want to brek free. Moins Rocky Horror, mais toujours kitchissime, à croire que c’est générationnel !

Ou pour citer Yann (tout le monde ne lit peut-être pas les commentaires) : « La mini jupe en cuir et la moustache ! So sexy !« . Merci Freddy pour cette image euh… traumatisante…