Des nouvelles du front

Mes groupies (ma mère et ma sœur… le succès interplanétaire n’est plus très loin) me réclament à corps et à cri. Alors je prends 5 minutes juste pour donner des nouvelles… Je précise que les 2 groupies m’ont vue en vrai de la vraie vie chacune il y a moins d’une semaine, voire il y a moins de 24h. Allez comprendre. Donc des nouvelles :

Je pensais y réchapper parce que je me change les idées au boulot mais, ça y est, je suis en plein burn-out. Genre j’en fais flipper Jérôme qui commence à se demander si je ne deviens pas dangereuse pour sa fille. Moi aussi je me pose la question. Ce n’est pas bon signe.

Gussette ne dort plus la nuit. Ni le soir d’ailleurs. Heureusement qu’elle dort chez Mme Nounou, elle. Nous non.

Donc Gussette supporte mal le déménagement, se gratte constamment le crane, se frotte constamment les joues (qui sont dans un état pitoyable il faut dire), semble travailler des dents (c’est ce qu’on se dit depuis déjà 3 mois, et toujours pas l’ombre d’une quenotte). Elle n’aime pas la délicieuse purée pomme de terre-haricots verts maison de Maman mais raffole de la délicieuse compote de poires maison de Maman. Tout n’est pas perdu.

Gussette devenant de plus en plus difficile à allaiter, je commence à réduire les tirages au boulot. La calmer systématiquement à la tétine avant de lui donner la tétée, c’est assez conceptuel, sachant que le sein est supposé la calmer de base ! Petit à petit je vais ainsi la sevrer. Ou plutôt cesser de produire du lait parce qu’elle s’en brosse un peu de savoir si c’est du lait en poudre ou du lait de Maman qu’elle avale.

Jérôme et son équipe de peintres amateurs a terminé la peinture de l’appartement il y a deux semaines. Il reste à y faire : la peinture et la pose des plinthes, le montage de la kitchenette, le montage des placards, et pour ma génitrice : les faïences de la salle de bain. Dans la maison, Jérôme a fini vendredi dernier le ponçage des toilettes, de la salle de bain et de la buanderie. Dimanche, il a fait la sous-couche de peinture avec Greg.

Mes parents sont rentrés du Portugal avec des coups de soleil, des souvenirs plein la tête et de la bière plein le foie. Et avec, pour moi, l’espoir de retrouver une vraie vie pendant quelques temps. L’épisode d’hier soir prouve que cet espoir n’est qu’un leurre, mais ma mère a pris en charge l’entretien de la maison et les lessives en retard. La blague dans tout ça, c’est que je voulais profiter de leurs 3 semaines d’absence pour :

  • investir l’appartement que nous squattons en rangeant les cartons de la vie courante qui s’entassent sur les tables et les sols
  • dégivrer et nettoyer leur frigo
  • avancer leurs lessives en même temps que les nôtres
  • faire un peu de ménage
  • racheter les produits alimentaires que nous leur avons pillé

Juste histoire qu’ils retrouvent à leur retour une maison en état, parce qu’on sait d’expérience que c’est agréable. Nous ne partons jamais en vacances sans avoir rangé et nettoyé la maison.

Au final, j’ai eu le temps de passer l’aspirateur. Côté maison seulement.

 

Ce week-end, il y a le festival des Bulles en Haut de Garonne. J’ai posé mon samedi après-midi pour qu’on puisse y passer un peu sans sacrifier le week-end peinture. Et Juju, qui redescend sur Bordeaux ce week-end (au moment du premier anniversaire de sa fille, c’est fou ça !) nous y retrouvera pour qu’on se voit. Autour d’une bonne BD tant qu’à faire.

Sur ces bonnes nouvelles, je reprends le taf où c’est le speed.

Gussette se cultive

Ayawayeuh…

Hé Jérôme… Gussette chante déjà du Noir Désir

 

Non ça n’a toujours rien à voir avec les choux…

Sous les ponts de Lacanau

Comme j’ai envie de me foutre des baffes à chaque fois que je chougne, j’essaie de PO-SI-TI-VER. Attention, cette note est pleine d’optimisme, ça dégouline de partout, c’est dégoûtant ! Non non, je n’ai même pas besoin de me forcer.

  • Mettre ma maison en cartons avec un bébé dans les pattes : je gère, puisqu’on y est arrivé…
  • Déménager 36 fois, ça fait faire du sport
  • Je suis maintenant capable de faire le tri parmi les amis sur lesquels je peux compter*
  • D’ailleurs Mannick sait prendre un déménagement en main, Belle-Soeur Ninie est tout simplement impressionnante par son efficacité et mes anciens voisins sont les meilleurs voisins du monde
  • Vivre dans les cartons, c’est bon pour l’oreille interne et en plus ça développe le sens de l’inventivité
  • Passer son temps à chercher ses affaires, c’est bon pour la mémoire et c’est plus efficace que le poisson
  • Rentrer chez ses parents, ça permet de passer un peu de temps avec eux, et à eux ça leur permet de voir leur petite-fille. En plus on a une Nounou à domicile maintenant !
  • D’ailleurs, au moins on a un toit un peu plus hermétique qu’un simple pont
  • Ma maison est en carton (mes escaliers sont en papier)** et je n’ai plus ce soucis-là
  • Pour la première fois depuis 6 ans, ma maison est propre et rangée. Je parle de l’ancienne bien sûr.
  • Ma mère n’avait plus eu de Survivor à sa charge depuis tellement longtemps. Elle va maintenant pouvoir ressusciter un ficus, un pachira, un pothos et un spathiphyllum. 4 pour le prix d’1, qui dit mieux ?***
  • Avec Gussette, on passe tous les jours devant la plage du Moutchic, et ça tombe bien parce qu’en cette saison, la lumière sur le lac est toujours magnifique. J’ai aussi le lac à 50m de chez mes parents mais ça je n’ai pas encore eu le temps d’y aller !
  • Jérôme a pu se défouler au téléphone sur SFR qui ne comprend pas à quoi sert un recommandé avec accusé de réception
  • J’ai rendez-vous avec la Lyonnaise des Eaux mercredi pour qu’ils constatent qu’ils me doivent des sous (200m3 ont disparu entre la précédente facture et le relevé de l’état des lieux !)
  • Ayrton nous a prouvé qu’il avait des talents de décorateur d’intérieur
  • On redécouvre la vie sans le Net

Sinon à part ça j’ai besoin de dormir. De dormir BEAUCOUP. Remarquez, 24h d’affilée, ça pourrait peut-être suffire ? Je suis juste morte et parfaitement inefficace au travail. Ce n’est pas cette semaine que l’État se sera fait de l’argent sur mon dos. Plutôt le contraire en fait.

* Ca me rappelle les comptes-rendus de réunion au boulot, mais pour une fois, la liste des présents et des excusés est autrement plus courte que celle des absents. Au moins au boulot, la perspective de la présence des chefs de service et élus fait culpabiliser les absents potentiels. La prochaine fois je prends ma cheffe de service avec moi.

** Avoir un enfant élargit considérablement le répertoire musical du commun des mortels.

*** Je précise que je ne blâme personne, sauf moi qui ne suis pas aller les chercher dès le lendemain comme prévu.