La fin de l’année

On est le 31 décembre, c’est le moment de faire le bilan de l’année très bientôt écoulée.

Donc, il s’est passé trois choses principalement :

  • Je suis tombée enceinte, et je ne me suis presque pas fait mal. Même qu’à la fin, ça a donné un Bébé !
  • On a ouvert la médiathèque après 2 ans de boulot sur le sujet, et cette dernière ligne droite a été bien hard. Au final j’ai fait l’inauguration et j’ai été mise en arrêt avant d’avoir eu l’occasion de la faire fonctionner. Mais pas d’inquiétude, mardi on reprend le chemin du travail.
  • Après des mois et des mois de négociations, on a *enfin* eu le crédit pour notre maison, le pire est donc derrière. Maintenant on aimerait bien que le fournisseur du menuisier arrête de se moquer de nous et livre les portes et fenêtres livrables au 15 novembre, histoire que le menuisier puisse bosser aussi. Non parce que là, cette histoire, elle nous bloque le plâtrier, le plombier, l’électricien et la récupération des portes intérieures chez Lapeyre qu’elles nous attendent au magasin depuis le 11 décembre l’air de rien (j’ai adoré le coup du chauffeur malade juste avant la fermeture annuelle de l’usine, c’était très très drôle, il a de l’humour le fournisseur ! Il va nous faire une ristourne sur sa blague au moins j’espère).

Sinon cette année, j’ai appris des choses. Bon malheureusement, à part promener mon gros ventre et pondre un œuf, je n’ai pas fait grand chose, donc ça va être très obsessionnel :

  • Que enceinte, on n’a pas forcément les symptômes communément admis, mais les autres ne sont pas forcément beaucoup plus plaisants : je n’ai pas eu de nausées mais lutter contre le sommeil toute la journée pour être prise d’insomnie la nuit, c’est trop funky, et passer son temps à chercher les mots qu’on emploie habituellement tous les jours c’est franchement rageant.
  • Et que le premier trimestre, en vrai, c’est le pire. Le troisième, j’étais peinarde au fond du canapé de toutes façons.
  • Que quand on n’a jamais eu d’enfant, et même quand on en a eu, on est prié de ne pas donner de leçon à la future/jeune mère, qui au mieux s’en foutra passablement ou enverra bouler (il parait qu’enceinte, elle a le droit), au pire fera des conneries des bêtises parce qu’elle a commis l’erreur d’écouter. J’ai appris au passage que chaque enfant est unique, chaque maman aussi, et que le mieux reste de faire comme on le sent, même si ce n’est pas toujours facile. Donc non, je ne laisse pas mon bébé pleurer, même quand il est fatigué. Ce sera peut-être une chieuse plus tard, mais ça ce sera MON problème.
  • Que quand on dit qu’avoir un enfant ça change une vie, c’est du pipeau. Je n’aurai juste plus jamais l’occasion d’avoir un tant soit peu de temps pour moi.
  • Qu’on peut à la fois surveiller son ventre dans la glace et le trouver toujours trop petit, et en même temps le planquer pour pas qu’il se voit trop (une femme enceinte, c’est hachement compliqué quand même).
  • Que waouhouh, un accouchement peut être merveilleux ! Je veux bien retenter l’expérience dites donc. Mais je confie l’enfant en nourrice alors.
  • Qu’on peut passer 9 mois à culpabiliser parce qu’on n’a pas franchement d’affinité pour ce truc qui pousse, simplement parce que bon, ben en fait on a beau faire des échographies, comment on peut être sûr de ce qui se trouve là-dedans hein ? Mais ça ne veut pas dire qu’on n’aimera pas son bébé quand il sortira. Ouf.
  • Qu’on m’avait bien dit de profiter de la grossesse pour me reposer rondidju ! Maintenant c’est fini, je vais devoir attendre 15 ans pour dormir à nouveau (et là je me vengerai en jouant de la trompette devant sa piaule à 9h le matin quand elle se sera couché à 5h).
  • Que ma fille c’est la plus belle de la Terre MOUAHAHA, vous pouvez courir pour faire mieux !

Dans notre entourage :

  • On applaudit Soizic, Yann et Ficus qui s’apprêtent à accueillir un petit Yucca. Au passage Soso, le réveillon n’est sans doute pas le meilleur moment pour accoucher, hein. Juste au cas où ça te prendrait comme ça, je ne suis pas certaine que le personnel de la maternité soit très motivé les soirs de fête.
  • Denish va être papa d’ici 3 mois, j’ai appris ça mardi soir. Jérôme le savait depuis 2 bons mois :

– Ah ? Tu ne le savais pas ?!
– Euh… non…
– Mince, j’ai oublié de lui dire…

  • Juju et Cadorette ont donné la vie à une jolie petite fille qui doit déjà avoir 8 ou 9 mois et qui fera une très bonne compagne de jeu pour Gussette.
  • Lef’ et Vivian aussi. Leur Toadette a déjà 6 mois. D’ailleurs j’ai revu Lef’ en octobre, je ne l’avais pas vu depuis mon mariage, et je n’avais même jamais vu son Heimlich !
  • Shigure et Catherine aussi. Leur second est né fin juillet.
  • Foufie et Féfane ont emménagé à Beychac et Caillau en janvier, ils ont fait plein de travaux, et il leur reste plein de boulot. Ils ont célébré leur mariage de l’an dernier au mois de juin et ils mettent en route les séances d’entrainement pour donner un petit frère à Mathi.
  • Copine Cécile et Stéphane « un pet de zèle » ont encore déménager. Ils essaient de concurrencer Mannick mais ils n’y arrivent pas car… Mannick a encore déménagé.
  • Christophe nous a lâchement abandonné pendant 6 mois où il a disparu à Toronto. Manifestement il s’est bien amusé, mais est revenu en manque de sauciflard, de bon pain, de fruits et de légumes.
  • On a fêté les 2 ans de Ficus, Mathi et Heimlich tous ensemble. Déjà.
  • Cadorette a changé de boulot et a abandonné la librairie. C’était pourtant un métier d’avenir !
  • Gaduche est de retour à Bordeaux.
  • Dans les moins bonnes nouvelles, les ruptures nombreuses et soudaines : Mannick, Lala et May ont fait un tir groupé. Et ça, ça chamboule aussi bien des choses.
  • J’en oublie sans doute plein, mais je m’arrête là, parce que j’ai un bébé hurlant et crevé qui veut téter, d’abord, et ensuite parce qu’il en manquera toujours. J’éditerai si j’en trouve d’autres (ou qu’on me le signale aussi hein). En attendant, bonne nouba !

Et pensez à aller faire votre promenade hebdomadaire sur K.BD demain, c’est moi qui vous parlerai d’un album formidable.

EDIT du 01/01/2012

Évidemment fallait que j’oublie un truc, et un truc TRÈS important : ce que GUSSETTE a appris cette année. Bon en fait son apprentissage se limite à 3 mois et 11 jours, mais quand même :

  • téter (c’était important et difficile)
  • faire des petites risettes (à 4 semaines) puis de vrais sourires ( à 6 semaines pétantes), c’est trop craquant
  • gazouiller (« Aheu », « Gaaa », et depuis hier « Teeeuh »)
  • faire de l’œil à ses parents (maintenant qu’elle sait faire les 2 points précédents, c’est trop facile)
  • faire ses nuits, puis les défaire,  et dans tous les cas dormir le moins possible en journée (grrr)
  • prendre son bain avec le sourire (ça aura été long)
  • attraper sa main droite avec la gauche (en cours d’apprentissage, on en profite pour essayer de lui inculquer le salut traditionnel chinois) et attraper la fleur de son arche, étape suivante le hochet
  • redresser sa tête quand elle est sur le ventre, puis quand elle est sur le dos (en cours d’apprentissage)

Le Penseur…

Le Penseur de Gussette

Depuis quelques jours, Gussette commence ses journées à 6h le matin. Ça tombe bien, Jérôme est en vacances cette semaine…

Statistiques

Sur un blog, y’a un truc génial, ça s’appelle « statistiques ». Pas tant que ce soit vraiment utile dans le cas de ce blog-ci, vu qu’il ne présente qu’un intérêt limité pour 99.999999999% de l’humanité (j’ai arrondi à l’inférieur hein), mais c’est bon pour les chevilles du (de la) propriétaire. Ouais parce que depuis quelques temps, mes stats ont explosé. Je ne comprends toujours pas pourquoi d’ailleurs, mais pour vous donner un aperçu, mes stats mensuelles sur un an, ça donne ça :

  • janvier : 67
  • février : 21
  • mars : 30
  • avril : 60
  • mai : 37
  • juin : 52
  • juillet : 67
  • août : 125
  • septembre : 415
  • octobre : 392
  • novembre : 368
  • décembre :  246

Une étude rapide de ces données me permet d’en retirer quelques remarques :

  • D’une part, 67 visites en janvier alors que je n’ai quasiment rien posté, franchement, vous êtes trop bons avec moi !
  • Un début d’explosion en août ? Non non, ce mois-là, Virginie s’est amusée à relire l’intégralité de mon blog… (Quelle folle tu es !) Je précise qu’il y a ici les archives de l’époque Hotmail… Ça commence à dater.
  • Bizarrement, l’explosion de septembre coïncide avec la naissance de Gussette. Merci pour votre attention mais… fallait pas vous sentir obligés de poursuivre les mois suivants ! A l’heure actuelle, j’ai en 2 ou 3 jours l’équivalent de ma fréquentation mensuelle d’avant. Je vais finir par faire une crise cardiaque en regardant mes stats moi !
  • Le mois de décembre est inachevé, mais globalement les stats baissent sur l’ensemble de l’automne. Ouf vous m’avez fait peur, bientôt on reviendra à une activité normale et intimiste.

Enfin ce n’est pas exactement pour tout ça que je vous bassine aujourd’hui avec mes stats de blog. Avec les stats, il y a aussi les intitulés des recherches qui vous ont mené jusqu’à moi. Plusieurs fois j’ai eu envie d’y répondre, mais chaque fois je me suis retenue, craignant de contrevenir à un potentiel copyright sur les Statalacon de Nathalie Jomard.

Bon, je passe outre le redondant « badelel wordpress » : je ne suis pas à ce point célèbre, c’est juste que Jérôme n’a pas encore compris qu’il pouvait venir ici directement en tapant dans sa barre d’adresse https://badelel.wordpress.com (ça me semble pourtant moins compliqué que http://bendis.uldosphere.org !). Ça me permet de surveiller ses passages ici quand il ne prend pas la peine de commenter.

En fait, parfois quand je vois certaines recherches, je suis toute triste de ne pouvoir avoir aidé le malheureux internaute perdu ici.

Il y a eu par exemple :

  • « je n’arrive pas a dormir sur le cote gauche grossesse » : pareil que moi, chère madame, mais en fait ce n’est pas grave tant que vous ne faites pas de malaise en dormant. Cette histoire de côté gauche vient du fait qu’à partir du 7° mois, Bébé, devenu assez lourd, peut potentiellement appuyer sur votre veine cave (pas celle de Bébé) et provoquer un malaise, bénin soit dit en passant, et qui devrait apparemment vous réveiller.
  • « chanson « savez-vous plantez des choux »  » et sa variante « musique « savez vous plantez des choux » « : désolée, je peux peut-être vous poster les paroles pour la prochaine fois, puisque manifestement ce genre de recherche s’égare régulièrement chez moi. Mais mes choux à moi parlent de livres, de musique et d’art.
  • « je cherche sage femme sur bordeaux pour cours sur le périné » : alors ma p’tite dame, je vais vous dire. Ma sage-femme à moi, elle est à Saint-Médard-en-Jalles, route de Saint-Aubin. C’est un cabinet et elles sont toutes bien, et en faveur de méthodes naturelles (si vous avez bien suivi, je deviens baba-cool). La mienne m’a suivi pendant les deux premiers trimestres de ma grossesse, m’a conseillé une gynéco-obstétricienne de la-mort-qui-tue (enfin, elle tue que la mort hein, pas ses patientes ni les bébés), m’a fait ma préparation à l’accouchement dans un genre très différent de ce qui se fait généralement (en fait, j’aurais aimé avoir aussi la technique classique, mais sa prépa à elle est vraiment rassurante, bref, il aurait fallu que je fasse deux fois la prépa), m’a envoyé sa collègue pour les suites de couche (pour les déplacements, j’étais dans le parcours de sa collègue), a répondu à mes questions sur l’allaitement, a fait ma rééducation du périnée ET a repris mon allaitement en main quand Gussette a perdu du poids. C’est d’ailleurs sa mère, sage-femme également, qui s’est rendue compte de la chose. Je ne sais pas de quel côté de Bordeaux vous cherchez, mais elles sont toutes top dans ce cabinet.
  • « tire lait avent montage » : je peux prendre quelques photos de la technique si ça peut vous aider, j’ai moi-même emprunté une notice à une amie possédant le même tire-lait. Quand on l’a fait une fois, ça vient tout seul, cela dit il est vrai que la première fois on hallucine un peu. Mais j’espère pour vous que vous avez trouvé depuis.
  • le clou du spectacle, celui qui m’a poussé à franchir le pas, « peut-on trouver un godemiché en pharmacie » : hé bien tout dépend si vous comptez faire une rééducation périnéale cher(e) lecteur(rice), néanmoins je ne saurais que trop vous conseiller de vous diriger plutôt vers un sexshop !!! NB : vous pouvez également vous en procurer un en ligne en toute discrétion sur les sites de mode tels que Quelle ou La Redoute (oui, le godemiché est l’accessoire indispensable pour être belle, c’est pourquoi on le vend avec les accessoires de mode).

Le Noël des Quoipettes

On me regarde souvent bizarrement quand je dis que je prépare brioches et croissants à Noyël. Ben… Ou qu’elle est la dinde ??? Ben la dinde, soit elle reste dans la basse-cour, soit vous pouvez considérer que c’est moi, mais attention, on ne me mange pas à n’importe quelle sauce hein !

En fait, chez nous, une tradition veut que le réveillon soit fêté au chocolat chaud et aux « brioches de Mémé ».

L’histoire n’est pas bien compliquée, ma grand-mère (Mémé, qu’elle s’appelait) avait pour habitude de servir un chocolat avec des brioches faites maison quand ses enfants étaient petits. Sauf que des enfants, elle en a eu 9 (si ça ce n’est pas de l’abnégation !!!), et que des petits, elle en avait tout le temps. Pas compliqué : mon oncle le plus jeune a 18 ans de différence avec sa sœur ainée. Donc le coup du chocolat et des brioches, c’est un peu resté dans la famille. La recette des « brioches de Mémé », également appelées « brioches de Noël » s’est transmise dans les 9 familles (ou presque), et nous, on n’a jamais voulu passer à la dinde, parce que le chocolat de Noël, c’est trop trop bon, et c’est top ambiance !

Donc le chocolat, c’est du 32% avec maousse de sucre dans un immense fait-tout, et il chauffe pendant une heure. C’est dire s’il est bien parfumé !!! Le bruit caractéristique de Noël, c’est le tac-tac-tac de l’anti-monte-lait, que si y’a pas le tac-tac-tac, le chocolat ne sera pas bon. Ça et les répliques des navets contes de Noël à la télévision dont on se gavait pendant les 4 jours qui précédaient tandis que Maman s’affairait à la cuisine et que ça sentait bon les brioches sorties du four.

Et puis les brioches, c’est pas une brioche ou deux histoire de passer la soirée hein… Y’a les brioches dans les moules à cake, les brioches dans les moules à manquer, les brioches dans le moule à kouglof, les briochettes dans les petits moules à briochettes, les briochettes dans les grands moules à briochettes. Plein de saveurs différentes pour une seule recette. Si ça c’est pas beau hein ? Et puis des réserves pour la semaine à venir aussi, vu la quantité.

Puis ma mère a tenté, à maintes reprises et en vain, d’ajouter des croissants faits maison à l’ensemble. Nous, on adorait ses « croissants ratés de Noël », mais elle, ça l’a toujours frustrée de les louper, et finalement, elle a abandonné. Quelque part je la comprends hein, parce que vu le boulot et la galère que c’est de faire des croissants, y passer autant de temps pour les louper à chaque fois, c’est rageant quand même. Mais nous, on a refusé cette fatalité, parce que, je me répète, on les adore les « croissants ratés de Noël ». Du coup, j’ai essayé de m’y mettre. Après une ou deux années difficiles, j’ai finalement trouvé une technique tip top pas trop trop chiante. Et puis même si je les rate quand même pas mal, ce qui fait toujours plaisir aux frangines (et à moi aussi hein, parce que j’adore aussi), ben je les loupe pas trop non plus. Juste assez réussis pour faire aussi plaisir à mon petit mari au CV chargé : frère, neveu et petit-fils de pâtissier, il a grandi la tête sous la pompe à chantilly et le nez dans les chocolatines. Bref, exigeant le garçon.

Alors voilà, aujourd’hui, Gussette fait sa dernière journée d’adaptation chez Nounou, elle y est jusqu’à 18h30. Du coup youhou, on est parti pour commencer les croissants, comme ça demain, je l’aurai dans les pattes mais j’aurai juste à donner un tour, et samedi, Jérôme s’en occupera pendant que je finirai les croissants et que je ferai quelques brioches aussi.

Et samedi soir, en route pour Lacanau, une Gussette, plein de cadeaux et les croissants sous le bras pour fêter une fois de plus un super réveillon à la Quoipette. Pas un comme l’an dernier hein ! Un vrai cette fois !

Spéciale dédicace pour…

… le concert où j’ai le mieux dormi de toute ma vie. Non je n’en ai même pas honte : être bercée par la voix formidable de Cesaria Evora, c’est vraiment la classe ! (heureusement que c’était des places offertes quand même ^^)

N’empêche qu’on la regrettera !

Le bon lolo de Maman

Quand je suis tombée enceinte, je savais que j’allaiterais. Ce n’est pas vraiment une décision que j’ai prise, ça me paraissait juste évident.

Au début, je pensais allaiter 3 mois, si j’arrivais jusque là (de toutes façons, il n’y a que les baba-cools extrémistes du bio qui vont au-delà). Comme la plupart des femmes finalement, ce que, avec le recul, je trouve triste (je deviens une baba-cool extrémiste donc) . La mise en place n’a pas été évidente, les habitués s’en sont sans doute rendu compte, mais après 1 mois 1/2, Gussette et moi on a trouvé notre rythme de croisière. Avec parfois des petites surprises, toujours, parce qu’avec un bébé, on ne peut jamais se reposer sur ses lauriers, mais voilà, depuis, on est bien toutes les 2.

Alors à l’idée que la semaine prochaine, Gussette commence l’adaptation chez la nounou, et que dans un mois je reprends le boulot (et contre toute attente, j’ai hâte de faire autre chose que de m’occuper de mon bébé !), ça me fait mal. Tout ce travail au quotidien pour qu’on y arrive toutes les deux et qu’on y prenne plaisir, et qu’on s’arrête là comme ça, alors qu’aucune de nous n’en a envie, ben c’est niet !

Quand j’ai commencé à réfléchir à poursuivre au-delà des 3 mois, Gussette tétait encore toutes les 2h. A raison de 10h par jour chez l’ass’ mat’, et sachant que mes tentatives de tirage avec le Avent manuel d’Aurélie n’étaient franchement pas concluantes (pour notre séance ciné, j’ai laissé 2 fois 120ml à Beau-Papa et Belle-Belle-Maman : 4 tirages commencés l’avant-veille !), je ne me voyais pas assurer la poursuite d’un allaitement complet. L’alternative, bien sûr, c’est l’allaitement mixte. J’en avais parlé à la puéricultrice de Saint-Médard qui m’avait confortée dans cette décision. Puis j’ai vaguement abordé le sujet avec ma sage-femme qui m’avait orienté dans une organisation en mixte, mais tout au fond, je n’étais toujours pas convaincue et je n’arrivais pas à me décider une bonne fois pour toute à acheter une boîte de lait en poudre.

Il y a deux semaines, j’ai décidé de me secouer. Il fallait que je prenne une décision vite parce que soit je passais en mixte et il fallait commencer à intégrer du lait premier âge, soit je poursuivais en intégral et il fallait que je commence à tirer du lait. Très étrangement, c’est une discussion avec ma responsable qui m’a ouvert les yeux : je voulais poursuivre un allaitement intégral ! C’est assez curieux, puisqu’en général, au boulot, on vous incite plutôt à passer au biberon, mais bon, Jacqueline est attachée à tout ce qui est naturel (le bio, l’AMAP, l’allaitement, le cododo, tout ça… Une baba-cool extrémiste du bio ^^), et c’est la première fois que quelqu’un a émis tout haut la possibilité que je tire mon lait pour la nounou. Voilà, ça m’a réveillée. Je veux au moins essayer. Si je n’y arrive pas je passerai au mixte (encore que je n’en ai même plus envie), mais si je ne tente pas de tirer mon lait, je crois que je le regretterai longtemps.

J’ai donc appelé la PMI pour avoir une ordonnance pour un tire-lait double pompage et la pharmacie m’a filé un truc monstrueux. En fait, après enquête, le Kitett de base est le seul tire-lait intégralement remboursé par la Sécu. Ce qui est très con, parce qu’il n’y a rien de pire pour décourager les mères qui veulent tenter le coup*. Ce machin doit dater des années 50, il est gros et bruyant (pour emmener au boulot, déjà, bonjour la discrétion et l’encombrement, et en plus, c’est un coup à bloquer la mère psychologiquement), il est inefficace ( le Avent manuel tire plus que cette horreur), il est douloureux, et en prime les téterelles font toutes la même taille et elles ne me conviennent pas. Alors j’informe au passage les pharmacies et la Sécu que Kitett a sorti un nouveau modèle, le Fisio, qui est beaucoup mieux tant qu’à faire, s’ils insistent à vouloir filer du Kitett !!! Enfin bon, ce sont toujours les mêmes téterelles, donc moi ça ne me va pas. J’ai commandé hier le Lactaline d’Ameda qui arrivait ce matin à 9h à la pharmacie. J’irai le chercher toute à l’heure quand Gussette se réveillera (et oui, elle dort !). C’est le tire-lait le plus adapté à la reprise du travail puisque c’est le seul tire-lait double pompage (les deux titis en même temps) qui soit à la fois léger, pas encombrant, assez silencieux et efficace (gagner du temps, quand on tire son lait au travail, c’est primordial). Il me coûtera un peu plus cher que le Kitett, mais pas autant que la Rolls des tire-laits (qui n’est pas vraiment adaptée au travail en plus : ça ne se fait pas d’aller travailler en Rolls). Moi j’ai pris la Jaguar. Jérôme vous le dira, j’aime les Jaguars**.

Alors avant de ramener mon Kitett de l’Enfer, je suis partie farfouiller sur Internet et je suis tombée sur un blog formidable ! A tire d’aile est un blog tenu par une consultante en lactation, il est consacré à la poursuite de l’allaitement après la reprise du travail, il fourmille de bons conseils, de bonnes idées, de témoignages, sans aucune stigmatisation, sans forcer la main, très réaliste, c’est une véritable mine d’or. J’y ai passé les 2 ou 3 derniers jours (comme d’habitude, au bout de 24h Jérôme me regarde : « Mais tu es encore là-dessus ??? » Oui, quand j’aime un blog, je le lis à fond, et là en plus, c’est vraiment utile), et depuis, j’y crois encore plus : Gussette boira le bon lolo de Maman chez la nounou (qui n’y voit pas d’inconvénient majeur \o/ ). Enfin, si ça se passe bien, parce que même la tenancière des lieux, Véronique Darmangeat, le dit : des fois, ça ne marche pas. MAIS ce blog prouve que c’est possible, alors on fonce !

 

EDIT : Bon des fois je devrais me taire. Plus de détails plus tard…

 

* L’allaitement maternel est reconnu comme étant la meilleure solution en terme de santé à court et à long terme pour la mère ET pour le bébé. Je ne vais pas entrer dans les détails (d’autres le font), mais poursuivre l’allaitement maternel est une véritable économie pour tout le monde, à commencer par la Sécu, alors rembourser des tire-laits efficaces et promouvoir la poursuite de l’allaitement au travail serait clairement une bonne idée pour réduire le trou de la Sécurité Sociale !
Au passage je rappelle les recommandations de l’OMS en terme d’allaitement, valables pour tous les pays du monde : 6 mois d’allaitement maternel exclusif, puis poursuite de l’allaitement après l’intégration de solides jusqu’aux 2 ans de l’enfant ou plus. Les tire-laits électriques sont remboursés par la Sécu jusqu’au premier anniversaire du bébé. Y’a un hic.
(Bon c’est définitif, je deviens une baba-cool extrémiste !)

** Extrait d’une conversation sur les quais de Bordeaux il y a quelques années :
– Oh je ne suis pas exigeante en terme de voiture. Ah ben tiens, comme celle-là là-bas, elle est sympa, elle me plait bien !
– …
– …
– Angélique, c’est une Jaguar.
– Ah.