Une journée à Sainte Hélène : le témoignage poignant de Poussette

Régulièrement, sur les blogs de mamans, il y a plein de trucs à gagner. Je participe rarement aux concours qui m’intéressent pour plusieurs raisons. Au choix :

  • soit parce que laisser un commentaire pour gagner au tirage au sort alors que je ne laisse jamais de commentaires le reste du temps, ça me parait déplacé de ma part et qu’il me semble plus légitime de laisser la place aux lectrices vraiment actives (en effet, je passe mon temps à pister les commentaires sur MON blog, mais je suis incapable d’en laisser sur ceux des autres, et en plus je n’ai pas honte)
  • soit parce que le thème du concours ne m’inspire pas, que les délais étant généralement courts je n’ai pas le temps d’y réfléchir
  • soit parce que le support demandé ne passe pas (je suis une piètre photographe, quant aux dessins j’ai généralement besoin de temps or le temps est devenu une denrée rarissime et comme dit juste au-dessus, les délais sont généralement courts).

Or il se trouve que e-Zabel vient de lancer un concours pour gagner une poussette Bugaboo Bee (message subliminal aux mamans et futures mamans dépourvues de poussette ou souhaitant en changer… Il n’y en a pas ici ? Ouf, ça fait des concurrentes de moins), et que pour une fois, le concours ne répond à aucune des négations citées ci-dessus. C’est à dire qu’il ne s’agit pas d’un tirage au sort, le sujet m’a inspirée (à savoir : la journée d’une poussette), on ne me demande de prendre ni mon appareil photo, ni mes crayons, et comme j’ai une semaine pour rendre ma copie, ben j’ai trouvé les idées et le temps nécessaire pour le faire aujourd’hui (c’est psychologique, croyez-moi).

Voici donc le témoignage poignant de Poussette, qui m’a été généreusement prêtée par Aurélie (oui, c’est nouveau, ma poussette s’appelle Poussette).

Je m’appelle Poussette. J’ai un châssis pliable avec une nacelle et un hamac. Je bosse depuis peu chez Papa, Maman et Bébé comme poussette (ça alors c’est original).

J’ai fait pas mal de jobs déjà, j’ai de la bouteille dans le métier chez une copine de Papa et Maman qui est assistante maternelle et qui a deux enfants. C’est dire si je suis loin d’être novice. Mais j’ai fait une année sabbatique et reprendre le taf est beaucoup plus pénible que je ne l’aurais cru.

Au début c’était plutôt peinard, le temps que Papa et Maman prennent leurs marques avec Bébé, ils ne m’ont pas trop trop secouée. Mais après quelques semaines, ils ont pris confiance en eux. Mince. Mes journées ne sont plus ce qu’elles étaient, et ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour moi.

Depuis que Papa a repris le boulot, c’est une vraie galère, Maman me sort pour un oui ou pour un non. Souvent pour un non d’ailleurs… Elle doit aller chez le pédiatre, ou à la PMI, ou faire des courses, allez hop, dans le coffre ! Sauf qu’une fois sur deux, elle me laisse là dans le froid et l’humidité de la voiture et préfère embarquer Bébé dans le cosi parce qu’il paraît qu’il dort et qu’il ne faut pas le réveiller… Je ne suis pas assez pratique peut-être ??? Pfff… Pourtant la nacelle qui va dans la voiture, et tout… Bon d’accord, la nacelle, ça va dans la voiture de Papa, celle de Maman n’est pas très pratique pour ça, mais ils n’avaient qu’à prendre un cosi adapté à mon armature après tout !

Bon, la nuit, je suis tranquille au chaud. Bébé dort pas très loin et je sais qu’on ne va pas m’embêter avant un petit moment, mais ça ne va pas durer. Attendez que le jour se lève, vous allez voir. Maman a décidé qu’elle devait optimiser son temps libre, parce qu’avec un bébé qui tète tout le temps, qu’il faut baigner, ou encore changer ses couches, bercer et consoler, elle trouve que ça devient du défi de booker son emploi du temps de la journée. En général, ça se passe comme ça :

Pour peu qu’il fasse beau, le matin, elle va aller faire quelques courses à la supérette du coin (ou à la pharmacie, elle va souvent à la pharmacie depuis l’arrivée de Bébé) à pied. Allez hop, me voilà dehors avec un bébé hurlant sur le dos. Je n’ai pas mon pareil pour le calmer, Maman le sait, elle en profite. Et c’est parti pour une promenade. Enfin… Promenade… Facile à dire. Pour Bébé peut-être, mais alors moi… Déjà on me charge d’un enfant de 3,5kg. Et encore c’est léger comparé au poids du sac à langer dans le panier sous la nacelle ! Et puis on me balade dans le gravier et dans l’herbe avant de pouvoir rejoindre la sérénité du bitume. C’est le parcours du combattant ! Pas mécontente d’être née avec des amortisseurs, c’est moi qui vous l’dit. Dans mes anciens boulots, j’étais en ville, mais la campagne c’est une autre histoire !

L’après-midi, Maman a décidé d’aller rendre visite à sa propre génitrice. Allez hop, dans le coffre de la voiture. La voiture de Maman, je vous explique, c’est une Twingo. Une voiture petite avec 3 portes. Il paraît qu’elle est mo-du-lable. Comme ça Maman peut avancer la banquette arrière et rabattre un demi-siège pour me permettre de rentrer mes 4 roues. Mais elle n’en fera pas plus (genre rabattre la totalité de la banquette ne lui viendrait pas à l’idée), elle se moque bien de mon confort. Écrasée telle une sardine dans sa boîte de conserve, je fais ainsi régulièrement des trajets alternant entre 15 minutes et 1 heure. Et donc, à l’occasion, je reste dans le coffre plusieurs heures parce que finalement, je ne suis pas utile.

Pour aller chez la grand-mère, il faut 1/2h. En général, Maman me sort du coffre, parce que le chat de l’aïeule est complètement branque et qu’elle ne voudrait pas qu’il arrive malheur à Bébé. Et moi ? On y pense à moi ??? Parce que bon, d’accord, le chat ne peut plus atteindre Bébé dans sa nacelle (et encore, il est inventif), mais le panier sous la nacelle, ça c’est une autre histoire ! Et voilà que je cours après ma queue dans le panier, et voilà que j’amène ma balle et que je joue avec, et voilà que je joue avec les anses de la nacelle qui pendent sur les côtés… Finalement, je préfèrerais presque rester au froid dans le coffre ! Enfin heureusement, à la fin de la journée et sauf exception, Maman veut rentrer pour accueillir Papa qui rentre du boulot. Ouste le chat !

C’est sans compter sur Maman qui est décidément sans cœur ! Pour peu qu’elle ait un rendez-vous le lendemain matin, je passerai la nuit dans la voiture. Et là, j’ai un bon aperçu de ce que peuvent être le froid et l’humidité !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Une journée à Sainte Hélène : le témoignage poignant de Poussette »

  1. Wouuuaaahahahahaha !

    Pôvre Poussette !
    Et dire que la notre dort dépliée dans la cage d’escalier depuis 6 jours alors que d’habitude elle stationne dans le coffre de la voiture !

    Et oui, dans le froid et l’humidité !
    Remarquez, c’est ça ou la cave !
    Elle se plaint beaucoup pour rien, Poussette !

  2. Mais de quoi se plaint cette poussette-là!! pensez donc à moi qui passe régulièrement la nuit dehors car maman à la flemme d’ouvrir le garage!!

    et la campagne, parlons-en, en plus de l’herbe, voilà pas qu’on me fait traverser des fossés!!
    et comme c’est pas assez dur d’avoir eu à transporter trois enfants, on m’as rajouté une marche pour qu’une fillette de trois ne se fatigue pas trop à marcher!!

    pfffiout moi je vous dit, que c’est dur une vie de poussette!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s