Changement d’heure

Quand on a un bébé, on perd certaines notions… Petit extrait vu ce matin à Sainte-Hélène:

– OUUUUUUUUUUIIINNNN
– Zzzz… grumph… 8h20 ? Bon, ben je me lève pour de bon cette fois
– Zzzz… Hein ? T’es sûre ? On est chez ta sœur aujourd’hui, tu pourras pas faire la sieste…
– Ouais, mais justement, faut qu’on se prépare avant d’aller chez ma sœur. Le temps que la petite tète, il sera déjà 9h.
– Ah ouais, t’as raison… Zzzzz…

Une tétée plus tard j’allume la radio
– Blablabla… il est 8h01… Blablabla
– 8h01 ? Attends, c’est pas possible, il était 8h20 toute à l’heure ! ***profonde réflexion*** Ah merde on changeait d’heure cette nuit ! Bon ben finalement je retourne au lit hein, on a le temps !

Rappel des couleurs :
En rouge c’est Jérôme, en bleu c’est moi, en orange les personnages secondaires, et nouveauté : on rajoute Gussette en mauve (ses interventions risquent d’être limitées à des « OUUUUUUUUUUIIINNNN » pendant quelques temps)

Pour les Mamans

Dans la Fonction Publique, c’est comme partout : il y a de tout, le pire comme le meilleur. Je sais de quoi je parle, je suis la troisième génération de fonctionnaires de ma famille (j’espère épargner à ma fille ce funeste destin).

Je me disais que la puéricultrice de ma PMI* faisait partie du meilleur. Incroyablement disponible et professionnelle, à l’écoute, elle tient compte du point de vue des mamans pour les aider et les orienter dans leurs choix. Elle a surtout été un soutien indispensable à la sortie de la maternité quand je me suis retrouvée seule devant mes nouvelles responsabilités et mon incapacité à m’adapter à cette nouvelle vie.

Je croyais qu’elle faisait partie du meilleur, oui. Mais aujourd’hui j’ai découvert un truc. Son homologue de la PMI de Saint-Médard est pareille ! Se pourrait-il qu’elles soient toutes aussi formidables ?

* Et là, j’entends une toute petite voix novice qui ose à peine demander : c’est quoi une PMI ?

La PMI (en toutes lettres : Protection Maternelle et Infantile) est un service des Conseils Généraux pour l’accompagnement des futures et jeunes mamans et des jeunes enfants jusqu’à 6 ans. On peut difficilement être enceinte et ignorer son existence. Sauf que finalement peu de mères utilisent ce service, parce que sur le papier, on se dit que c’est joli mais que ça ne sert à rien. Surtout avec cette propension des élus à faire l’éloge de leurs propres services sans en connaître le quotidien. Quand on reçoit la plaquette du Conseil Général, on a juste envie de la déchiqueter et de la brûler. Pourtant, la PMI, c’est ma bouée de sauvetage depuis la naissance de Gussette. Je n’ai pas testé ce service pendant ma grossesse, justement parce que j’ai eu envie de brûler la plaquette, mais je regrette de ne pas avoir eu la curiosité d’aller y jeter un œil. Et je remercie le pédiatre de la maternité qui m’a conseillé de m’adresser à eux.

La maçonnerie

Petit aperçu de l’avancement de la maison. Normalement aujourd’hui, le charpentier commence son boulot. Jérôme semble optimiste sur la date de notre emménagement au vu de l’enchainement des artisans, mais je préfère rester pessimiste hystoire de ne pas être déçue. Et puis Jérôme doit voir avec le maçon un détail ou deux. D’ailleurs la maçonnerie n’est pas exactement terminée, il reste des choses à faire, mais les murs sont montés en tous cas.

Le 7 août, les fondations

Fondations

 

Le 17 septembre, après les vacances, la dalle

Dalle

 

Le 6 octobre, après le séchage de la dalle, les premières briques

Murs 1

 

Le 14 octobre, oups, petit retard

Murs 2

 

 

Le 23 octobre, le retard a été vite rattrapé, la charpente, déjà livrée, attend d’être montée

Murs 3

Et concernant mes aventures post-natales, ça va mieux. Gussette tète à nouveau normalement et recommence à dormir, signe qu’elle mange bien. J’irai quand même la faire peser vendredi matin à la PMI. Du coup, le moral va mieux pour tout le monde (enfin après le week-end, heureusement !!!)

Mauvaise mère

Mon blog c’est mon psy, je l’ai toujours dit. Moins onéreux (pour moi et pour la Sécu), plus disponible, pour un effet similaire. Alors aujourd’hui, je suis en mode dépressive, ça va être du lourd !

Être mère, c’est un rôle qui m’a toujours effrayée, je ne me suis jamais sentie capable de l’assurer et d’avoir la patience nécessaire. Et puis finalement j’ai dû imaginer que je pourrais le faire et j’ai donné la vie à une petite fille merveilleuse. Mais moi, je le suis beaucoup moins, merveilleuse.

Un mois après sa naissance, je ne comprends toujours pas ses besoins et les raisons de ses pleurs. En ce moment c’est pire que tout. Elle pleure beaucoup, dort peu (sauf la nuit… au moins son père est heureux), et en prime je n’arrive pas à mener un allaitement serein. Le tout étant certainement lié, d’ailleurs. Un coup elle demande le sein et ne tête pas, une autre fois elle fait les deux seins, les deux situations n’étant pas forcément en lien, et régulièrement elle s’énerve toute seule. Tout allait encore à peu près bien jusqu’à la fin de la semaine dernière pourtant (à part que je me sentais un peu dépassée, mais le problème ne venait que de moi à ce moment-là), mais ça a commencé à se dégrader vendredi avec un sommeil plus qu’absent.

Et puis ce week-end, nous avons fait nos premières sorties copains. Le samedi s’est très bien passé, j’ai pu me détendre tandis que les gens semblaient ravis de s’occuper de ma fille. Le dimanche a été beaucoup moins drôle : à chaque tétée, elle a passé une heure aux seins (notez le pluriel : elle ne me l’avait jamais fait avant). Les amies qui ont déjà allaité m’ont inondée de conseils. Sauf qu’ils ne me conviennent pas. Ce n’est pas comme ça que je veux mener mon allaitement, car non, le complément n’est pas la solution à une baisse de lactation, et non, les tétons en silicone ne règlent pas non plus mes problèmes de crevasses, au contraire. Ah, et la collègue de Jérôme (moins de 30 ans) aussi… « La tétée, c’est 2 fois 10 minutes, et c’est tout ». Et si Bébé a encore faim elle fait quoi ? Je croyais que cette méthode d’un autre temps n’existait plus que dans les livres des années 80…

Et en prime, depuis plusieurs semaines, une crevasse sur le téton droit refuse obstinément de se soigner malgré mes efforts et l’essai sur les ¾ des techniques existantes. Exceptée la Lansinoh… Je n’ai plus envie d’aller mettre les pieds à la pharmacie. Et acheter un truc qui coûte un bras avant de me rendre compte que c’est aussi inefficace que le reste, ça me motive moyennement.

Ce matin, j’ai trouvé le temps de tirer mon lait entre une tétée et deux pleurs pour soulager mon sein crevassé, j’ai réussi à sortir 50ml… Ma fille aura un mois demain et je ne tire que 50ml !!! Sur le sein qu’elle tête le mieux !!! Pourtant jusque là, elle a bien suivi sa courbe de poids… Je ne comprends plus rien, je suis juste à bout.

A côté de ça, on me dit qu’il ne faut pas que j’angoisse ni que je stresse. Les enfants sont des éponges, tout ça… Sauf que ça ne m’empêche pas de ne pas y arriver, et ça me met d’autant plus la pression. Plus je prends sur moi et plus ça va mal, et dans l’histoire, c’est encore la petite qui trinque. On me dit aussi : repose-toi, sors, parle. Aujourd’hui j’ai fait une croix sur la sieste que j’arrive habituellement à m’accorder : Gussette n’a pas dormi. Les sorties tiennent tellement du marathon qu’elles sont plus épuisantes qu’autre chose. Parler consiste principalement à obtenir des points de vue qui s’opposent.

Dans les jours qui suivent l’accouchement, on peut faire appel à une sage-femme pour une visite à domicile. Trop bien. La mienne est venue le lendemain de la puéricultrice qui avait déjà répondu aux ¾ de mes questions, si bien que j’ai le sentiment de l’avoir faite venir pour rien. Par contre, un mois après, j’ai des tonnes de doutes et plus personne pour me donner de réponses, ce n’est pas prévu par la Sécu qu’une mère puisse être paumée.

Shä et Salomé

Ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé BD ici tiens…

Sur RadioCampus, Loïc Clément et Anne Montel ont été interviewé par rapport à leur BD Shä et Salomé. L’archive est disponible sur ce lien. Une BD que je recommande vivement (ah tiens, faudra que je la rajoute dans la page BD ici).

Ce qu’on m’avait dit…

Il y a eu la série des « Ce qu’on nous cache », mais au milieu de tout ce qu’on ne nous dit pas, il y a des choses qu’on nous a dit, mais auxquelles on ne croit pas vraiment, ou alors en se disant que les gens exagèrent tout, tant qu’on ne s’y est pas trouvée confrontée.

  • Un accouchement peut bien se passer, sans le sentiment d’être sur une table de torture, avec un Papa présent et efficace qui ne tombe pas dans les pommes. Je vous ai déjà fait l’exposé de mon accouchement, je vous épargne la répétition.
  • On peut tomber amoureuse de son bébé à l’instant où on le voit pour la première fois. Je craignais fort de faire partie de ces nombreuses femmes qui culpabilisent parce qu’elles mettent plusieurs jours avant de se sentir vraiment mères (l’instinct maternel, des fois, c’est du pipeau). Le bébé, c’était surtout Jérôme qui le voulait, et même si j’ai attendu d’être prête pour passer le cap, je n’étais pas franchement pressée de voir débouler un micro-humain hurleur dans mon antre et je me voyais vraiment en mauvaise mère. Quelle ne fut pas ma surprise de craquer instantanément pour cette petite chose lorsqu’on me l’a mise dans les bras !
  • On s’accommode très vite des désagréments du changement de la couche. La simple idée de mettre plusieurs fois par jour les mains dans le caca me rebutait au plus haut point, mais on ne prend même pas le temps de se poser la question. Idem pour les débordements pendant le changement de couche (oui, les bébés sont coquins, ils aiment attendre d’avoir les fesses nues pour lâcher urines et excréments). Le plus pénible étant d’éviter que lesdits débordements n’atteignent les vêtements de Bébé et ne condamnent Maman à mettre l’enfant à poil (sachant qu’il déteste ça) pour le changer intégralement. Mais pour ce qui est des déjections elles-mêmes, fiou, mais qu’est-ce qu’on s’en fiche !
  • Avoir un enfant signifie sacrifier son emploi du temps. Oui oui, évidemment, ce ne sera pas pareil… Ah ça non, ce n’est plus pareil DU TOUT !!! Bébé se moque bien de savoir si on a réussi à prendre une douche ou à prendre un petit déjeuner ce matin, il veut sa mère là tout de suite maintenant, et c’est tout. On avez bien prévu de sacrifier une partie de l’emploi du temps, mais il faut se résigner à en sacrifier la totalité en fait… Jérôme finira d’ailleurs par comprendre que faire un jeu de société en me comptant parmi les joueurs revient forcément à soit interrompre la partie, soit la terminer sans moi. Il lui faudra juste un peu de temps pour assimiler cette nouvelle donnée. Et à côté de ça, on vous dit qu’il faut dormir en même temps que Bébé pour vous reposer. Pour peu que Bébé consente à dormir plus de 10 minutes d’affilée…
  • Un nouveau né peut faire ses nuits très vite. Bon, on ne m’avait pas dit que ça m’angoisserait autant de savoir que mon enfant n’a pas mangé depuis si longtemps. Cela dit, on apprécie de ne pas être réveillés avant 5h le matin.
  • Les coliques sont une véritable plaie. Non mais je n’exagère rien : c’est vraiment terrible de voir une si petite chose souffrir autant et plusieurs fois par jour sans pouvoir faire grand chose pour la soulager. Les massages de ventre ou la promener sur le bras, ça a un effet assez limité. La Calmosine la fait régurgiter, idem pour le Nux Vomica, l’efficacité en moins. Reste à tester le Babyfen et l’Eau de Chaux, mais je n’ose plus mettre le bout de mon nez à la pharmacie à force. Il parait que ça peut durer 2 à 3 mois… Pauvre chose !!!
  • On prend un abonnement à la pharmacie d’ailleurs. Et c’est rien de le dire ! Le pédiatre prescrit une foultitude de médicaments (oui parce que bon, le lait maternel, comme c’est le plus naturel et le meilleur pour Bébé, on lui rajoute de la vitamine D et de la vitamine K parce que quand même il faut bien faire travailler les industries pharmaceutiques à défaut de faire travailler les industries laitières). Bébé réclame la tototte et il n’y a pas ce qui faut à Écomarché. Bébé a des coliques. Les compresses stériles sont terminées. Maman a les seins ravagés. En fait ce n’est pas compliqué : la maison devient une annexe de la pharmacie !
  • Le porte-bébé dans la maison permet vraiment de libérer ses deux mains. Bébé est contre Maman, et en plus ça le berce. Pendant ce temps, Maman retrouve une partie de sa mobilité. Pas la totalité, faut pas abuser non plus. En tous cas ça m’a permis de manger à midi, youpi ! Et le porte-bébé fait mal au dos aussi, c’est vrai, et l’effet est plus rapide qu’on ne l’imagine. Alors oui je sais, l’écharpe, c’est formidable. Encore faudrait-il que j’aie suffisamment confiance en mes nœuds.
  • Le chat va être jaloux. Meuh non enfin, Ayrton est une crème, il a déjà supporté les supplices des nièces, et puis 9 mois qu’il n’aura pas eu de câlin de la part de la baleine : même si Bébé l’incommode, il sera content de retrouver les caresses. Ah ben si en fait, il apprécie moyennement les pleurs qui frôlent les 120dB, surtout que Bébé est constamment dans les bras de Maman, alors pour les caresses, tintin. En plus, pour peu qu’il s’y essaye, il n’a même pas le droit de s’approcher de la sirène qui a investit les lieux, et tous ces nouveaux endroits confortables (nacelle, table à langer) lui sont interdits. Ah ben si, le chat est jaloux. Bon, il n’a disparu que 24h, ç’aurait pu être pire, et il semble finalement s’accommoder de cette nouvelle présence nuisible.

Bref, en fait, malgré tout ce qu’on sait avant, devenir parent, c’est une sacrée découverte. Sur ce, c’est *encore* l’heure de la tétée…

Les joies du Net

Hier matin j’ai commis une erreur lorsque, le téléphone sonnant à 9h (pour des pubs bandes de BIIIP) et réveillant la petite qui venait de s’endormir, j’ai demandé à Jérôme de débrancher le téléphone. Voulant bien faire, il a carrément débranché la box. Je rappelle qu’en attendant la nouvelle maison, Gussette dort dans le bureau, alors forcément, la box constamment allumée, c’est pas tip top.

Lorsque Jérôme a entrepris de rebrancher ledit engin, le voyant, qui généralement est soit vert quand le net marche, soit rouge quand il ne marche pas, a soudain viré au… bleu… Ah !

Ca faisait longtemps : nous sommes en panne d’Internet le temps qu’une nouvelle box arrive (pour un simple débranchement, ça me sidère). Évidemment, un miracle n’arrivant jamais seul, c’est arrivé un samedi, comme ça on est sûrs que ça durera plus longtemps. Merci à WonderProprio qui nous prête sa connexion WiFi (qui ne fonctionne que sur le MacBook qui est toujours aussi… vieux !) pour dépanner.

Et pour finir : Jérôme reprend le boulot demain. Gussette et moi allons passer notre première journée en tête à tête. Vu le résultat pour des durées plus courtes que ça (genre 1h), j’angoisse un peu… Pourvu que la demoiselle soit un peu plus accorte pour mes débuts de Maman seule à la maison, sans quoi ma propre mère risque de ne pas attendre longtemps avant de voir sa fille et sa petite fille débarquer, toutes les deux en larmes…