Je fais construire…

La construction d’une maison, par défaut, ça a mauvaise réputation. En général, on sait que c’est le début des emm… embêtements. Je ne citerai pas Jean-Paul Dubois et son Vous plaisantez Monsieur Tanner qui décrit la triste vérité lorsqu’on fréquente l’univers du BTP. Je fermerai également les yeux sur les multiples ennuis auxquels mes parents ont eux-mêmes été confrontés lors de la construction de leur propre maison (prix finalement plus élevé que prévu, 1 an 1/2 de construction au lieu de 6 mois, plaquiste changé 3 fois, bureau d’étude qui s’est planté, matériel perso utilisé et ruiné, travail mal fait, plein de défauts, enduis facturé 2cm pour finalement 0.5cm d’épaisseur, etc. etc. etc.).

Bon après tout, je suis mariée à un collaborateur d’architecte qui a l’habitude de faire du suivi de chantier (les « c’est pas moi c’est l’autre », c’est à lui de gérer), et qui a choisi ses propres artisans par rapport à la qualité de leur travail. Je ne me leurre pas, on en verra des vertes et des pas mûres. Mon électricien de père vient précisément de râler parce que les fondations avaient été coulées avant qu’il ne fasse passer je ne sais quel truc (il a ensuite avoué ne pas avoir pris le temps de passer sur le chantier, ça commence bien).

Notre expérience de la construction est beaucoup plus drôle : les ennuis ne viennent pas des artisans. Oh ça non ! Ils interviennent bien avant.

  • Mai 2010 : nous repérons un terrain vendu par la mairie de Lacanau à un tarif très abordable, avec une surface très honorable, super bien placé. Il nous suffit de faire une proposition d’achat sous enveloppe cachetée à partir de la mise à prix proposée par la mairie. La meilleure proposition sera retenue. Facile, Jérôme aime jouer aux enchères, il a sa petite méthode. Après quelques discussions entre nous, nous faisons finalement une proposition 1000€ plus chère que la mise à prix d’origine.
  • Juin 2010 : Ouverture des plis, nous recevons à notre retour de Venise le courrier de la mairie nous informant que notre proposition est retenue. Nous sommes priés de confirmer notre proposition, ce que nous faisons tandis que Jérôme commence à travailler sur les plans. On nous signale alors que la vente du terrain sera présentée au Conseil Municipal lors de la séance du mois d’octobre. Au passage, la personne en charge du dossier, une collègue, me chuchote qu’il s’agit d’un acte administratif et que nous n’aurons pas de frais notariés. Youpi ! En revanche on nous demande des papiers dont le notaire n’a jamais entendu parler. Ce n’est pas grave, il aura rigolé un bon coup ce jour-là.
  • Octobre 2010 : le Conseil Municipal vote enfin la vente du terrain, l’opposition s’abstient, mais je savais qu’elle le ferait juste pour le plaisir. La prochaine fois qu’il nous envoie sa fille en stage, je la gratine pour qu’il se rappelle de moi  (non ça j’en suis incapable). Le temps que les papiers soient validés par la préfecture* et tout le tralalala, la collègue en charge du dossier me dit qu’ils seront prêts aux environs du 10 novembre. Nous n’avons pas encore de dossier correct au niveau de la banque. Jérôme a dû revoir ses plans, trop onéreux et un soucis avec le POS.
  • Novembre 2010 : Le cabinet du géomètre nous demande de venir signer le document d’arpentage qu’ils viennent juste d’établir… avant envoi à la préfecture*. Bon, on n’est pas vraiment prêts alors ce n’est pas si grave.
  • Décembre 2010 : Dépôt de demande de permis de construire. Le courtier envoie notre dossier de demande de crédit à ses contacts.
  • Janvier 2011 : J’apprends que je suis enceinte. Ça tombe bien, on devrait avoir la maison pour la naissance ou aux environs. Tant mieux, parce que la petite maison à Sainte Hélène n’est pas assez grande pour accueillir un pensionnaire supplémentaire. Accord du permis de construire. Pas de nouvelles des banques.
  • De février à mai 2011 : Galères avec les banques. De promesses en commissions et de commissions en refus, personne ne veut nous donner de sous, les cons méchants ! Au bout d’un moment, l’une des banques chez qui Belle-Maman a quelques fonds comprends que Jérôme est son fils (le fils de Belle-Maman donc). Revirement de situation : Belle-Maman doit se porter garante (merci Belle-Maman !) et nous devons faire un apport plus conséquent. Gloups ! Bon, on la veut cette maison, alors tant pis pour les économies.
  • Mai 2011 : Une dernière commission accepte finalement notre dossier.
  • Juin 2011 : Nous commençons à recevoir des papiers. J’arrive enfin à obtenir une réponse : nous ne sommes pas sous hypothèque. Information que je communique à la mairie puisque la question m’avait été posée. Réponse : « Bon tant mieux, comme ça il n’y a pas besoin de passer par le notaire » (Hein ? Quoi ? Bon on s’en fiche, on y réchappe). Le déblocage des fonds, en revanche, semble trainer en longueur.
  • Juillet 2011 : Les fonds sont débloqués. Dès que le papier adéquat me parvient, je fonce à la mairie prendre rendez-vous. Pas possible avant la fin du mois. Rendez-vous donc pour signature le 29. J’apprends au passage que certes il n’y a pas de frais notariés, mais il y a quand même des taxes à payer qui on à peu près la même valeur. Trop bien : on ne les a pas comptés dans le crédit du coup !!! On rassemble les miettes d’économies qui nous restent et on rame pour avoir nos chèques de banque. Non parce que faire un chèque de banque c’est simple hein… Sauf que le lundi qui précède, une partie de l’apport n’a pas été versé sur le compte de Jérôme et qu’il passe les 3 jours suivants en déplacement à l’autre bout de la France. Finalement, le chèque de banque est signé le matin à 10h. Le rendez-vous à la mairie est à 11h !!!
  • Le rendez-vous avec la mairie : Lors de la lecture de l’acte administratif, le Maire tique 2 fois.
    Le Maire – « Ah tiens, il y a autant de surface constructible ! »
    La collègue – « Oui Monsieur le Maire, certaines zones sont soumises à cette règlementation »
    (…)
    Le Maire – « Pourquoi est-ce que la mairie a acquis ce terrain au fait ? »
    La collègue – « Je l’ignore, Monsieur le Maire, c’était en 1996 »

    Manifestement, Monsieur le Maire est en train de se dire qu’il aurait pu le vendre à un promoteur, ç’aurait été plus rentable. Trop tard de toutes façons.
    La bonne nouvelle, c’est que ma collègue n’a pas de contre-indication pour que nous commencions les travaux de suite après, et que Jérôme a réussi à obtenir les plans de réservations nécessaires pour le maçon qui lui-même peut nous libérer du personnel pour 2 semaines.
  • Août 2011 : Le premier du mois, le maçon commence à bosser. Au passage surprise : il a besoin d’un compteur d’eau. La Lyonnaise des Eaux demande un délai de 6 à 8 semaines pour ledit compteur, après validation du devis que nous n’avons toujours pas reçu. Le maçon semble s’être dépatouillé pendant cette semaine. La question reste toujours de savoir s’il aura le temps de couler la dalle avant de partir en vacances, ce qui nous permettrait de gagner un temps considérable, 20 jours étant nécessaires à son séchage. A ce jour, les fondations sont coulées. Un voisin débarque et informe le maçon que les travaux sont interdits en août. J’appelle la mairie. Une collègue de l’urbanisme confirme l’information… Un arrêté municipal qui date de cette année !

Dans moins d’un mois et demi, la petite maison de Sainte Hélène encombrée et trop petite devra accueillir une pensionnaire supplémentaire quoi qu’il en soit. Et je n’ai même pas le droit de me tirer une balle dans le crane pour lui faire de la place : sa vie dépend de la mienne… Les travaux ne risquent pas de nous créer des problèmes : on n’arrive pas à les commencer !!!

* Pour info, chaque envoi à la préfecture demande un délai de traitement d’environs 3 semaines

Publicités

2 réflexions au sujet de « Je fais construire… »

  1. Diantre, quand je pense que je tanne Nico pour qu’on hachète un chez nous ! Encore faudrait-il qu’on se mette d’accord sur la région dans laquelle on voudrait vivre…
    Enfin, je vois que Jéjé et toi vous essuyez les plâtres (hé hé^^), on viendra vous harceler de questions quand on y passera à notre tour ! Bon courage en attenddant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s