Juste au cas où ça aurait échappé à quelqu’un…

IL FAIT CHAUD, BORDEL !!!

Ce qu’on nous cache (3)

Voilà un livre qui semble intéressant à ce sujet

Il faut que je mette la main dessus. Personne ne l’aurait dans ses cartons par hasard ?

Des nouvelles de Gussette

Elle semble aller un peu mieux que sa maman. L’échographie de contrôle confirme que ce sera une toute petite chose mais elle poursuit sa courbe de croissance. Il semblerait même que le (peu de) repos que je me suis imposée lui a permis de reprendre un peu des formes.

De mon côté : max de stress au boulot = soirée dans le canapé et contractions \o/
Rien de grave cependant, en tous cas pour l’instant.

De l’art d’apprendre à se reposer

Les docteurs m’ont dit : « Mme Marié, il faut vous re-po-ser ». Les docteurs, ils sont gentils. Plus facile à dire qu’à faire…

J’ai constaté que j’étais incapable de profiter de toutes ces occasions de se faire plaisir pendant la grossesse. Il parait qu’il y en a plein, genre :

  • faire chier le monde sans culpabiliser (est-ce réellement possible ???)
  • claquer son fric pour soi et pour le futur occupant de la maison (les femmes enceintes ont-elles un porte-feuille magique qui se remplit miraculeusement au cours des 9 mois ? Moi je n’ai rien de tel et de toutes façons j’ai toujours été incapable de me faire plaisir avec du shopping)
  • préparer la chambre de bébé (dites-moi que d’autres futures mères ont des problèmes de logement, au moins ça me rassurerait)
  • et encore beaucoup d’autres choses qui ne me semblent pas si plaisantes que ça…

Bref, me faire plaisir et me détendre, pas si facile. Finalement, 3 semaines après le verdict médical, j’ai décidé que c’était la seule chose que je m’autoriserais : regarder les autres bosser. Mais même là, ce n’est pas si évident. Envoyer les gens se lever pour aller me chercher une petite cuiller à l’autre bout de la maison, ce n’est pas vraiment dans mes habitudes. Regarder mes collègues se casser les pieds et speeder pour que le nouvel aménagement du coin jeunesse soit prêt pour 16h, je ne sais pas faire. Même ma mère m’a fait les gros yeux l’autre jour quand j’ai osé dire que j’avais décidé de ne rien foutre. Évidemment, ce n’est pas comme ça qu’elle m’a élevée. Enfin je ne crois pas. Et puis quand on a des amis à la maison, on ne va quand même pas demander à ses invités de se faire la bouffe tous seuls ???

Au final, question repos, je m’autorise une pause allongée sur le canapé au moins 1 à 2h par jour, mais Jérôme me regarde encore avec une certaine désapprobation. Et j’essaie de me coucher tôt, pas toujours évident.

L’échographie de contrôle est jeudi matin, et même si je me suis calmée question agitation, je n’ai pas l’impression de m’être réellement reposée au cours du dernier mois ainsi que les médecins me l’avaient préconisé. Pire : je me suis mise à angoisser.

EDIT : Et comment suis-je supposer me détendre quand je reçois des messages du boulot du type « RV à 14h. Urgent » ? Je crois que j’ai vraiment besoin de prendre des cours !