Ce qu’on nous cache

L’image que les médias donnent de la femme enceinte est finalement bien éloignée de la réalité quand on regarde de plus près. Je ne voudrais pas faire des redites avec le fabuleux témoignage de Florence Foresti, mais il faut bien l’admettre, « la brigade des nurses » fait bien son œuvre : on nous trompe, on nous spolie !

Car finalement sans avoir testé, si on se fie à l’image communément admise, une femme enceinte, c’est :

  • des nausées
  • des fringales
  • des envies de fraises
  • des gros lolos (et un gros bide aussi)
  • quelques vergetures
  • des envies de pipi fréquentes
  • occasionnellement des difficultés à s’accepter physiquement
  • une femme épanouie

Mais quand on y regarde de plus près, on oublie quand même deux-trois détails…

  • une femme enceinte a à peu près autant de souffle qu’une huître, et non, ça ne commence pas seulement quand ça se voit l’extérieur
  • une femme enceinte a constamment envie de dormir, mais quand c’est le moment d’aller se coucher, elle ne dort plus
  • une femme enceinte doit jongler entre ceux qui disent « t’es pas malade, t’es enceinte » et ceux qui rappellent que « attention, les trois premiers mois, c’est là que le risque est le plus important de faire une fausse couche : pose cette table !!! »
  • une femme enceinte souffre de crampes au ventre, faut bien que bébé se fasse un trou…
  • une femme enceinte a la digestion difficile, et là, c’est généralement le futur papa qui en fait les frais, faut bien qu’il assume quelque chose dans cette histoire !
  • une femme enceinte passe son temps au labo médical, elle se transforme petit à petit en passoire géante et est capable de fournir Kevin Costner en eau « potable » pendant un an
  • une femme enceinte a faim, c’est bien beau, car elle n’a le droit de rien manger
  • une femme enceinte doit refaire toute sa garde-robe, et changer de taille de soutif régulièrement
  • une femme enceinte DOIT dormir sur le côté gauche, parce que bien entendu, qu’elle n’arrive pas à dormir sur ledit côté gauche n’entre pas en ligne de compte
  • une femme enceinte n’a pas le droit de se foutre de ce qu’elle doit ou ne doit pas faire, pas qu’elle soit une future-mère indigne, c’est juste inconcevable
  • une femme enceinte offre généreusement la moitié de son cerveau à son Goa’uld. Elle n’est plus capable de retrouver ses mots, de penser à ce qu’elle doit faire, de construire une pensée correcte

J’arrête la liste ici pour commencer, car comme le dit Florence Foresti, « l’humanité pourrait s’éteindre en 50 ans à peine », faudrait pas décourager celles qui se font encore de douces illusions.

Work in progress

Autrefois, il y avait dans ce jardin un charmant petit chalet en croutes de pin. Papy Salles l’avait construit de ses mains dans les années 50, trainant les matériaux à la brouette dans le sable puisqu’il n’y avait pas encore de route.

Depuis la disparition du chalet, il y a une énorme baraque d’archi. Mais il restait au fond du jardin une réminiscence : le garage. Aujourd’hui, une équipe de mâles testostéronée à réduit à néant tout plein de souvenirs… Ce soir, il ne reste de mon adolescence que quelques gravats. Snif !

Mais bon, c’est vrai qu’on a bien bouffé ! 😛

Le point sur le Japon

Les informations ces dernières semaines ont été intenses en ce qui concerne le Pays du Soleil Levant. On nous a quotidiennement assommés d’informations sur l’état de la centrale du Fukushima au point qu’on ne comprend plus grand chose à ce qui s’y est passé. Justement, 2 semaines tout pile après le drame qui a frappé Sendaï, le journal L’Express sort un article très bien fait, complet mais pas imbuvable et sans pathos sur ce qui s’est passé et où on en est aujourd’hui.