Mes lectures du moment

Avec la rentrée littéraire, on a de quoi faire. Changeons un peu des BD.

La cithare nue de Shan Sa
Ce n’est pas une sortie de la rentrée littéraire puisqu’il est paru en juin, mais je viens de le lire. Pour changer un peu du Japon, plongeons-nous dans la Chine Ancienne. Deux histoires s’entremêlent. L’une se déroulent à partir de l’an 400. L’histoire d’une femme de haute naissance intimement mêlée aux aléas de l’Histoire et de la politique. L’autre se déroule plus de 250 ans plus tard. L’histoire d’un jeune luthier qui vit dans la plus extrême pauvreté tout en voulant préserver l’Âme pure de la cithare à 7 cordes. Deux histoires qui vont finalement se mêler l’une à l’autre.
Une belle lecture dans laquelle je me suis laissée emportée. Je l’ai littéralement dévorée et j’ai vraiment pris plaisir à me plonger dans l’univers particulier de la Chine Ancienne

Nagasaki de Eric Faye
Petit retour au Japon, mais pas pour le cadre ni pour la culture. Juste pour tirer une petite séance de réflexion à partir d’un fait divers invraisemblablement réel. Un homme croit devenir fou en voyant chaque jour quelques aliments disparaitre de chez lui. Il en vient à noter chaque matin le niveau de son jus d’orange et à le vérifier le soir. Finalement, pour en avoir le cœur net, il finit par installer une webcam dans sa cuisine reliée à son ordinateur au travail. Celle-ci ne tarde pas à lui révéler qu’une femme se trouve chez lui. L’intervention de la police met en évidence que cette femme habite là depuis bientôt un an à son insu. Tout le roman tourne autour des questions et des  doutes qu’on est en droit d’avoir quand on s’aperçoit qu’un intrus habite chez soi depuis si longtemps. Pas une lecture exceptionnelle, mais des interrogations pertinentes.

Les vies extraordinaires d’Eugène de Isabelle Monnin
Je suis justement en train de le lire. Je ne l’ai pas terminé, je n’en ai même pas lu la moitié encore, mais ce roman est tout simplement bouleversant. C’est pas compliqué, je prends une baffe. 23 novembre 2007, 6 jours après sa naissance, le petit Eugène né prématuré meurt des suites d’un infection par un staphylocoque doré. Ses parents, profondément touchés par une disparition si précipitée, ne se remettent pas. Le jeune père décide de reconstruire l’histoire de son fils.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s