Histoires de boules

A force qu’Ayrton nous casse les c… nous l’avons emmener chez le vétérinaire pour qu’il goûte également à ce plaisir. Bref, la menace de voir arriver des bébés Ayrton s’amenuise, et on espère bien qu’il découchera moins souvent maintenant. En attendant, perdre ses boules, ça rend amorphe, on n’imagine pas à quel point. Enfin… une bonne nuit de sommeil et il n’y paraitra plus rien : demain aux aurores, il nous rappellera que son estomac, lui, n’a pas été amputé.

Et sinon demain je commence mes heures d’été Confus

Le retour du jedi

La Force a dû être avec lui pour qu’il survive 2 semaines sans manger le
jedi Ayrton !
Il est enfin rentré aujourd’hui, la peau sur
les os, épuisé et couvert de tiques. La véto dit que ses intestins sont
vides, signe qu’il n’a rien mangé depuis plusieurs jours, et là ben…
il dort, la pauvre petite bête.

Pour mémoire, cet imbécile a
disparu le jour où on devait l’emmener chez Virginie avant le voyage de
noces. Le voisin a rempli sa gamelle régulièrement, l’a aperçu en tout
et pour tout deux fois en presque deux semaines et n’a jamais réussi à
le choper. Depuis notre retour samedi soir, on ne l’avait pas encore vu.

De retour de voyage de noces

Rentrés de Venise tous bronzés sur un petit nuage. Je pense mettre quelques photos dans les albums en bas de cette page (je créerai sans doute plusieurs albums pour classer un peu…)

Quelques trucs très marquants qu’on ne voit pas forcément dans les guides touristiques :

– La circulation des bateaux sur les canaux est digne d’une heure de pointe sur les boulevards. Et oui : les véhicules terrestres ne sont admis que sur la Piazzale Roma, place sur laquelle on arrive depuis la terre ferme et d’où partent tous les vaporetti, véritables bus flottants. Le dédale de ruelles de Venise n’est fréquenté que par les piétons, donc tout ce qui est transport passe par les diverses barques, barges, vaporetti et autres bateaux. D’ailleurs, les premiers trajets en vaporetto ne sont pas très rassurants quand on accoste aux arrêts…

– Le nombre d’églises au mètre carré est véritablement impressionnant. D’ailleurs on en a parfois vu deux sur une même place. Chose curieuse : prendre des photos dans une église, même sans flash, est considéré comme un manque évident d’éducation. Par contre on n’est pas capable de reprocher à quelqu’un d’y faire du bruit, et visiter l’église pendant la messe n’a rien de choquant. On n’a manifestement pas la même conception du respect de la prière.

– Les gondoliers sont plus nombreux et plus nuisibles que les pigeons (qui se font de toutes façons chasser par les goélands, qui a dit que Venise était la ville des pigeons ?)

– Contrairement aux idées reçues, Venise est une ville relativement propre. La seule odeur marquante est celle de la marée (quoi de plus normal ?). Nous avons bien traversé une ou deux ruelles (par ailleurs très étroites) où l’odeur de l’urine était prépondérante, mais considérant le nombre de ruelles que nous avons traversé… J’aimerais qu’il y ait autant de rues puantes à Bordeaux, ça sentirait bien meilleur.

– A part les rues les plus fréquentées par les touristes, les maisons et les palais mériteraient bien souvent une bonne petite rénovation. Jérôme et moi avons bien envisagé d’acheter une maison là-bas (plusieurs sont en vente), mais nous n’avons pas pris la peine de nous renseigner sur les tarifs : un nombre important de critères nous rendent difficile de quitter la région bordelaise. D’ailleurs, en arrivant à la maison, un petit courrier de la mairie de Lacanau nous attendait, nous sommes virtuellement les heureux propriétaires d’un charmant terrain de 1144m² à Lacanau Ville (il nous reste à prendre le prêt, confirmer l’achat à la mairie et payer)

– Certes les puits sont nombreux, mais apparemment pas autant qu’ils ont pu l’être. Elément indispensable à la survie des Vénitiens d’autrefois, ils ont un fonctionnement extrêmement élaboré, mais se raréfient considérablement depuis l’arrivée de l’eau courante et n’ont plus qu’un rôle strictement décoratif.

– Venise compte un nombre incalculable de ruelles appelées « calle del forno ». Manifestement, ce nom est aussi original que « allée des érables » en France !

-A 17h, tous les monuments ferment ! Que c’était bien Tarragone, avec ses monuments ouverts de 9h à 21h…